Pr Baba Berthé, PDG de la CMDT : «C’est une année vraiment catastrophique»

3

Sur une prévision initiale de 810.000 hectares, moins de 200.000 sont consacrés au coton cette année. Pour le géant de l’Or blanc, le manque à gagner peut être estimé à plusieurs dizaines de milliards de Fcfa

L’Essor : Monsieur le Président directeur général, pouvez-vous nous édifier sur les causes du malentendu qui a abouti au refus de nombreux paysans de cultiver le coton ?

Pr Baba Berthé : Il y a eu un élément déclencheur pour que nous assistions au boycott massif de la culture du coton. Tout est parti de deux évènements. L’un qui était un peu antérieur à l’avènement de la Covid-19. Il s’agit de la guerre commerciale que se livre la Chine et les États-Unis d’Amérique. Cette guerre avait tiré les cours mondiaux du coton vers le bas de sorte que déjà à la fin de l’année 2019, nous avions assisté à une contraction des cours mondiaux.

Lorsque la maladie à coronavirus a fait son apparition, cela a eu une incidence sur le niveau de la demande. Car, la pandémie a occasionné la fermeture des unités industrielles de textiles, de filatures, les unités de tissage, d’impression principalement dans les pays asiatiques. Or, la première destination du coton du Mali ce sont les pays asiatiques dont les usines ont fermé. Corrélativement puisque le coton n’est pas consommé, il y avait des stockages. Les ports aussi ont fini par fermer, donc l’offre et la demande n’avaient pas de cohérence de sorte que les cours ont baissé. Le coton a perdu au moins le tiers de sa valeur sur le marché mondial.

Ce que nous pouvons signaler à ce niveau, c’est que, ce que la CMDT ne gagne pas comme ressource de commercialisation de la fibre de coton sur le marché mondial, elle ne peut pas donner aux producteurs. La CMDT paie le coton à partir des ressources générées par la commercialisation de la fibre et si le cours baisse, cela veut dire que les ressources de la CMDT baissent et la CMDT n’a pas le choix que de venir expliquer aux producteurs voilà le niveau des cours mondiaux.

Ce n’est pas la CMDT qui détermine le prix, c’est une commission prix de l’Interprofession du coton présidée par les producteurs qui fixe le prix d’achat de base du coton graine à partir des éléments qui sont donnés à savoir les ventes, les cours et les tendances des cours. Cette commission prix de l’Interprofession du coton a déterminé le prix à 200 Fcfa. Mais, parallèlement, il se trouve que depuis quatre campagnes, il y avait quelques difficultés de remboursement de la subvention des engrais. L’état depuis la campagne 2009 – 2010 avait décidé aussi de subventionner les engrais du système coton et depuis quatre ans, l’état éprouve quelques difficultés à rembourser à la CMDT l’équivalent de la subvention des engrais.

Au regard de ces difficultés, les acteurs de la filière à savoir les producteurs, la CMDT, l’OHVN se sont mis d’accord pour transférer la subvention de l’engrais au coton graine. C’est-à-dire le prix d’achat du coton graine plus le bonus. Le niveau du bonus dépend de la somme que l’état met à la disposition des cotonculteurs pour subventionner la filière.

Le montant qui était indiqué dans le plan de campagne pour appuyer les cotonculteurs, ce montant était de dix milliards qui, rapportés sur une production de 700 000 tonnes, donnaient environ 15 Fcfa/kg. Ce bonus a été ajouté au prix du coton pour donner 215 Fcfa/kg. La subvention étant transférée sur le prix d’achat du coton, alors les engrais devraient être cédés à leur prix coûtant.

Quand les paysans ont vu cela, premièrement, ils ont fait une comparaison par rapport à ce qu’ils ont gagné l’année dernière pour la campagne précédente 2019-2020. Ils avaient reçu par kilo 275 Fcfa. Parallèlement, l’engrais leur a été cédé à 11.000 Fcfa. Cette année, ils se disent qu’ils vont recevoir pour chaque kg de graine vendu 200 Fcfa plus 15 Fcfa correspondant à la subvention de l’état. Cela fait 215 Fcfa mais corrélativement, l’engrais leur serait cédé à son prix coûtant.

C’est là que ça a commencé à grincer. Deuxièmement, ils ont vu qu’au Burkina Faso, il y a eu un prix de base fixé à 240 Fcfa et parallèlement, l’engrais était cédé aux producteurs burkinabé à 14.000 Fcfa contre un peu plus de 18.400 Fcfa dans notre cas pour le complexe et quelque 16.000 Fcfa l’urée. Ils ont dit qu’habituellement, les conditions du producteur malien sont plus favorables que celles du burkinabé et donc ils ont dit qu’ils ne feront pas de coton parce qu’ils ne gagnent pas.

Nous avons organisé des campagnes de sensibilisation à travers la zone cotonnière. Par la suite, l’état a fait un effort à partir du 7 juin 2020. Les réactions des producteurs qui allaient dans le sens de l’amélioration du prix d’achat du coton et des efforts à faire pour baisser le prix de cession des intrants ont été consignées dans un rapport qui a été transmis au gouvernement. Ils ont demandé un effort supplémentaire à l’état, estimant que leur revenu est négativement impacté par les conséquences de la Covid-19.

C’est à la suite de ce rapport que le gouvernement a accepté ce bonus. Ainsi, le prix d’achat du coton graine est passé de 215 Fcfa/kg à 250 Fcfa/kg. Malgré cet effort, il y a eu quelques contradictions entre les producteurs. D’autres ont dit qu’ils feront du coton pendant que d’autres ont indiqué qu’ils ne le feront pas pour des raisons internes aux coopératives. Voilà comment ils ont décidé de boycotter le coton.

La deuxième explication qu’il faut ajouter est que quand bien même on a réuni toutes les conditions pour que les producteurs aillent faire du coton, les pluies se sont arrêtées. Dans la zone cotonnière, il n’y a pas eu de pluie entre le 15 juin et le 7 juillet 2020. Quand vous demandez à des producteurs de Koutiala, de Sikasso, de Fana de semer du coton au delà du 30 juin, ils estiment que c’est un gros risque. Ils risquent de ne pas couvrir les charges d’exploitations. Cela explique en plus en grande partie cette contre performance de la campagne en cours.

À ces points évoqués cités plus haut s’ajoutent l’influence des élections législatives et le mouvement de renouvellement des organes des sociétés coopératives qui ont aussi fait que nous sommes à un niveau de réalisation très faible cette année.

L’Essor : à combien peut-on estimer la baisse de la production cotonnière et le manque à gagner pour la CMDT ?

Pr Baba Berthé : C’est une année catastrophique. Sur une prévision initiale de 810.000 ha, nous sommes à moins de 200.000 ha. Pour le manque à gagner, vous me poser une colle, car les cours du coton fluctuent sur le marché mondial. Je ne peux pas vous le dire à l’heure actuelle d’autant plus que nous avons une partie importante du coton dans nos usines. Le manque à gagner peut être estimé à plusieurs dizaines de milliards de Fcfa.

L’Essor : Le refus de certains paysans de cultiver le coton n’est pas le seul problème. Il y a aussi la crise sanitaire liée à la Covid-19. Quel est son impact sur la CMDT et plus généralement sur le secteur coton ?

………LIRE LA SUITE SUR LESSOR.SITE

Commentaires via Facebook :

3 COMMENTAIRES

  1. AKON VIENT DE MOBILISER 2 MILLARDS DE DOLLARS POUR CONSTRUIRE UNE VILLE

    UN GAMIN SANS EXPERIENCE EN MANAGEMENT ET GESTION DE PROJETS

    LE GOUVERNEMENT MALIEN DOIT PRENDRE LE TAUREAU PAR LES CORNES POUR MOBILISER LES FONDS NECESSAIRES A LA CONSTRUCTION D USINES DE TRANSFORMATION DE COTON ET DE RAFFINAGE DE L OR COMME CMD L AVAIT INITIE

  2. TANT QUE L ON NE TRANSFORMERA PAS LE COTON MEME ARTISANALEMENT ON SERA TOUJOURS DANS CETTE GALERE DE DEPENDANCE DE COURS MONDIAUX

    ALORS QUE NOS SOLDATS NOS AGENTS ADMNISTRATIF ET NOTRE POPULATION ACHETE A LA CHINE LES VETEMENTS EN COTON NOUS ON TIRE LE DIABLE PAR LA QUEUE DANS LES CHAMPS COMME AU TEMPS DE L ESCLAVAGE

    • Vous avez carrément raison mais est-ce que le malien aime le Mali suffisamment pour consommer malien et booster la création de richesse localement?

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here