Secteur OHVN de Dangassa : Le maire de Tiagadougou-Faraba s’improvise producteur cotonnier et crée la zizanie entre cotonculteurs

0

Le renouvellement du Conseil d’Administration de la Confédération des Sociétés Coopératives des Productions de Coton du Mali, ne se passe pas en toute quiétude partout en zone OHVN. Dans le secteur OHVN de Dangassa, l’opération a fait couler beaucoup d’encres et de salives.

Toutes les sociétés coopératives des sous-secteurs de Faraba et Tounounfoudans le cercle de Kati, se sont réunies à Faraba, le 15 janvier 2020, en assemblée générale. Le but était de désigner les délégués censés participer à l’Assemblée Générale de renouvellement du Bureau de l’Union des Sociétés Coopératives des Producteurs de Coton du Secteur OHVN de Dangassa. Cette réunion a fait l’objet d’un procès-verbal, en date du 15 janvier 2020.

Cependant, à la grande surprise de la communauté, le maire de Tiakadougou-Faraba, Minkoro Doumbia, s’est opposé à la liste issue de l’AG du 15 janvier 2020 ; cela, malgré la pertinence du procès-verbal de réunion.

Dans le feu de l’action, le maire Doumbia a fait passer un communiqué radio pour inviter toutes les sociétés coopératives relevant de sa commune à une réunion extraordinaire dans la salle de délibération de la mairie de Faraba. L’objet de cette réunion portait sur le choix des délégués.

A la réunion, les délégués présents ont été stupéfaits lorsque le maire Minkoro Doumbia remet en cause, voire annule publiquement la décision de la réunion du 15 janvier, qui désigne les déléguésdu renouvellement du bureau de l’Union des Sociétés Coopératives des Producteurs de Coton du Secteur OHVN de Dangassa.

Motif avancé par le maire,  les sociétés coopératives qui désignent lesdits délégués ne sont pas à jour de leur cotisation.

D’après une source communale, cette allégation du maire est fausse. La source soutient que sur 13 coopératives écartées, 7 ont déjà payé leur cotisation. Quant aux6 autres restantes, elles ont payé leurs cotisations dans la foulée de l’Assemblée générale. Ces coopératives disposent des reçus de paiement, délivrés par Moriba Doumbia, vice-président de l’Union.

Malgré tout, le maire a mis de côté tous les délégués approuvés par les différentes sociétés coopératives, pour choisir d’autres délégués au nombre de 7 dont lui-même maire et délégué auto mandaté.

Les 6 sociétés coopératives ayant composé ces délégués sont les suivantes : coopératives de Mankaladji, Tiémokola1, Bougouba1, Tounounfou 1, Sambia, et Bagayogobougou1.

C’est ainsi que le maire et ces délégués se sont rendus à Dangassa pour l’Assemblée Générale de renouvellement de l’Union. Elle se passera sous la surveillance des gendarmes et débouchera sur un bureau présidé par Lassana Doumbia ; le maire Minkoro Doumbia est élu vice-président.

Dans les faits, l’illégalité de ce nouveau bureau ne souffre d’aucun doute ; ou du moins si l’on se réfère à l’article 99 de l’acte uniforme de l’OHADA portant sociétés coopératives. Cet article stipule : « sauf disposition contraire du présent acte uniforme, tout coopérateur a le droit de participer aux décisions de l’assemblée générale. Toute clause statuaire contraire est réputéenon écrite ».

Ici, on voit aisément que le maire Minkoro Doumbia a écarté des sociétés coopératives dont la respectueuse «Danaya» de Bougouba1, présidé par Adama Doumbia.

Autre chose est que l’ensemble des sociétés coopératives écartées par le maire, ont produit cette année plus de 1.000 tonnes de coton.

Face à la gravité de la situation, l’USCPCSO de Dangassa en appelle au recours de la  Fédération Régionale des Sociétés Coopératives de Producteurs de Coton de Fana, pour annulation pureet simple du bureau mis en place le 13 février 2020 à Dangassa ; et fixer une date pour une nouvelle Assemblée Générale.

Selon une source locale, si jamais Fana n’intervient pas,  les SCPC du secteur OHVN de Faraba et Tounounfou se retireront de l’USCPCSOde Dangassa pour former leur propre Union à Faraba.

Cette décision est aussi conforme à l’article 133 de l’acte uniforme de L’OHADA portant sociétés coopératives. Cet article dispose : « Au moins deux sociétés coopératives ayant le ou les mêmes objets peuvent constituer entre elles, pour la gestion de leurs intérêts communs, une Union de sociétés coopératives ».

A suivre…

 

Abdoulaye Koné

source : Le Délibéré

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here