Millénium Challenge : Pour la culture des OGM ?

0

Depuis la signature de l’accord de 461 millions de dollars sur cinq ans au Mali entre le Ministre des Affaires étrangères, le Millénium Challenge et les partisans du Général ATT sont montés au créneau à travers des articles de presse pour donner raison au Général président contre les auteurs de ATTcratie.

Les Maliens ne sont pas amnésiques, ils savent écouter, entendre et lire entre les lignes les bonnes et mauvaises intentions des partenaires du Mali.

A quoi serviront les 238 milliards ?

Selon le quotidien gouvernemental l’Essor n° 15828 du 13 novembre : c’est le 26 Octobre dernier que le conseil d’administration du ‘’Millenium challenge corporation’’ a officiellement annoncé la mise à la disposition de notre pays de 460,8 millions de dollars soit environ 238 milliards de Francs CFA. Le communiqué du gouvernement annonçant la bonne nouvelle explique que ce programme structurant générateur de croissance, vise à augmenter les capacités de production du Mali dans les domaines où il possède des avantages compétitifs certains et d’assurer à ses productions un accès compétitif aux marchés nationaux et internationaux.

Toujours selon l’Essor, le programme comporte deux composantes majeures. La première vise à améliorer la productivité agricole en zone Office du Niger. La deuxième permettra de faciliter l’accès aux marchés sous-régional et international par la réalisation d’infrastructures à l’aéroport international de Bamako-Sénou et l’aménagement d’une plate forme pour l’activité industrielle dans le domaine du même aéroport.

Dans le même ordre d’idée l’Agence France Presse écrit : cet accord de 416 millions de dollars vise à accroître la production agricole, encourager la création de petites et moyennes entreprises et étendre l’accès du Mali aux marchés étrangers et ses échanges commerciaux. Les investissements sont destinés à permettre au Mali de tirer partie de ses principaux atouts : le fleuve Niger et l’Aéroport de Bamako Sénou.

Mieux le reportage de notre confrère de l’ORTM lève le voile : l’agrandissement de  l’Aéroport de Sénou pour la réception de gros porteurs (entendez par là les avions américains), le conditionnement et stockages des produits’’.

La loi n° 045 du 5 septembre 2006 portant Loi d’orientation agricole éclaire nos lanternes :

Chapitre 1 : des définitions générales

          Article 7 : Tout ce qui se rapporte aux activités visant explicitement à faciliter/valoriser une activité agricole : fourniture d’intrants et de matériels agricoles, transformation, conservation, stockage et commercialisation des produits agricoles.

Concernant la biotechnologie :

          Toute application technologique qui utilise des systèmes biologiques , des organismes vivants ou des dérivés de ceux-ci pour réaliser ou modifier des productions ou des précédés à usage spécifique.

           Article 52 titre III à propos de la souveraineté alimentaire et des risques.

‘’La stratégie de développement des productions agricoles est axée prioritairement sur les mesures de spatialisation, d’intensification, de diversification et de durabilité des productions selon les avantages comparatifs, de compétitivité des produits, satisfaction des besoins nationaux, de régulation des importations et de promotion des exportations. Voilà qui est bien dit par la Loi d’Orientation Agricole (LOA). Le Mali opte pour la culture des OGM (Organes Génétiquement Modifiés).

On sait que plusieurs fois le ministre de l’agriculture est venu défendre la culture des OGM à l’Assemblée Nationale. Le lancement de la LOA a eu lieu en février 2005. Les concertations paysannes locales se sont déroulées par regroupement de Cercles (24 Ateliers locaux). Elles ont réuni les leaders paysans et des acteurs impliqués dans la vie locale. Des ateliers thématiques sur des sujets transversaux touchant des questions nationales : le foncier rural, le financement, la dynamique des milieux ruraux, la formation, le conseil, la recherche agricole et le développement des filières agricoles. Il a été mis en place un Conseil Supérieur de l’Agriculture sous la haute autorité du Président de la république.

Amy Sanogo

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER