Entreprenariat des femmes africaines : La Bank of Africa vole au secours des femmes maliennes

0

Le palais de la culture Amadou Hampâté Bah de Bamako a servi de cadre pour la signature d’une convention baptisée « Bo Nogola » entre le Programme d’entreprenariat des femmes africaines (AWEP)  et la Banque of Africa. Le montant total destiné à soutenir les femmes dans leurs activités rémunératrices est de 500 millions de nos francs. C’était le jeudi 31 mars 2016. La cérémonie  de signature s’est déroulée en présence de  M. Paul Folmsbee, l’ambassadeur des États-Unis au Mali, de M. Seidina Oumar Waigalo,  Directeur général de la Bank of Africa Mali, de Mme Simpara Astan Keita, présidente de  l’AWEP et de plusieurs autres personnalités.

L’événement est l’aboutissement d’un travail de longue haleine entrepris par le gouvernement des États-Unis, le secteur privé et la société civile malienne, a expliqué le diplomate américain. Le Programme d’entrepreneuriat des femmes africaines a été créé en 2010 pour soutenir les petites et moyennes entreprises appartenant à des femmes. Les 180 bénéficiaires du programme AWEP dans 26 pays d’Afrique subsaharienne ont ainsi créé plus de 17.000 emplois et mis en place 22 associations professionnelles féminines.  « Nous avons trouvé en l’équipe de direction de la BOA un partenaire engagé et disposé. Les États-Unis, en collaboration avec l’Agence de développement du gouvernement suédois, l’ASDI, ont lancé un partenariat en agriculture, avec un accent particulier sur les entreprises appartenant aux femmes », a précisé Paul Folmsbee. Les femmes, a-t-il estimé, sont au cœur du processus d’innovation, « lorsque les femmes entrepreneures ont les moyens de succès, les économies connaitront une croissance sans limite », a assuré l’ambassadeur américain.

Quant au Directeur général de la Bank of Africa Mali, il a souligné que cette importante convention privilégiait une approche fondée sur le partenariat et la mutualité, afin de lever les contraintes structurelles d’accès des femmes au crédit et assurer le financement de leurs activités rémunératrices. Seidina Oumar Waigalo a promis que sa banque ne ménagera aucun effort pour garantir le succès du projet. Ces crédits, explique-t-il,  seront accordés à des conditions tarifaires défiant toute concurrence avec un délai de traitement le plus court possible.

Après avoir évoqué tous les avantages de ces crédits, la présidente de l’AWEP a invité les membres de l’association à en faire bon usage afin de participer au développement socio-économique de notre pays :  « Il est temps qu’on change et qu’on fasse valoir nos droits », a-t-elle estimé. Pour cela, Mme Simpara Astan Keita a encouragé les femmes à rembourser le crédit qu’elles vont prendre, afin de bénéficier d’un autre prêt d’un montant plus élevé. A travers ce programme, elle envisage de contracter une assurance maladie pour ses membres et même de leur faire valoir une retraite.

L’AWEP est un programme crée par Mme Hilary Clinton, alors secrétaire d’État américain, pour aider les femmes entrepreneures africaines. Ce programme offre l’assistance technique nécessaire au secteur agro-alimentaire, aux femmes chefs d’entreprises et aux institutions financières en les préparant à la croissance et à la réussite dans une économie moderne et globale.

L’antenne AWEP du Mali comprend toutes les femmes du pays, de Kayes à Kidal, en passant par Koulikoro, Sikasso, Ségou,  Mopti et Tombouctou.

                                                                                                                                    Mamadou DOLO

                                                                                                                             [email protected]

Commentaires via Facebook :

PARTAGER