Ministère de l’élevage et de la pêche : Un DFM inactif ou incompétent ?

0

Le ministère de l’Elevage a été créé lors du dernier remaniement ministériel afin, de  décongestionner les activités. En effet, le Ministère de l’Agriculture englobant les trois secteurs de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche avait de la peine à  exécuter correctement  toutes les missions à lui confiées… La lourdeur administrative dans le traitement des dossiers avait relégué  au second plan certaines missions, sinon anéantit les activités des deux derniers secteurs : l’élevage et la pèche.

La nomination de Nango Dembelé au poste  de ministre de l’élevage et de la pèche  a été salutaire. Dès son arrivée, il s’est mis à la tâche, en multipliant les initiatives : rencontres avec  les services, réunions avec les différents directeurs et les chefs de projet…Ainsi,   il a procédé à la nomination d’un  Directeur des Finances et du Matériel(DFM) Aly Abdoulaye Diallo pour permettre au département  d’avoir les coudées franches dans  la gestion de ses ressources financières jusque-là gérées  par la DFM du Ministère de l’Agriculture.  Mais malgré cette nomination  le constat est amer. Le nouveau DFM, M Diallo a du mal à se montrer à la hauteur des  défis  qui l’attendent. En effet, depuis sa nomination il n’a rien entrepris pour la mise en place de la Direction des Finances et du Matériel du Ministère de l’Elevage et de la Pêche. Certains agents estiment que c’est à juste titre que le premier ministre  avait montré des réticences  au sujet de sa nomination….Son passage au niveau du ministère  de la Réconciliation est jugé catastrophique.  Au  département de l’élevage et de la pêche,  la logique voudrait que dès sa prise de fonction  qu’il nomme les différents chefs de division et un adjoint.  Ce qui est loin d’être fait.

Mais malgré cette inertie le DFM donne l’impression de maîtriser son domaine. Pour preuve lors d’une réunion la semaine dernière à la direction du budget, il a sorti un document retraçant l’état d’exécution de la dotation budgétaire de l’Elevage. Oubliant du coup que c’est à cause de sa passivité que la DFM du Ministère de l’Agriculture continue de gérer le budget de l’Elevage.

Les  directions nationales, les services techniques, les projets et programmes relevant du ministère de l’Elevage et de la Pêche prennent leur mal en patience à cause d’un DFM dont la compétence est mise en doute.

Sambou Diarra

Commentaires via Facebook :

PARTAGER