Syndicat national des chauffeurs et conducteurs routiers du Mali : « La mort de Kader Traoré n’avait rien à avoir avec la grève »

0

La grève déclenchée par  le syndicat national des chauffeurs et conducteurs routiers du Mali(SYNACOR) a été suspendue. Cependant, depuis quelques jours sur les réseaux sociaux, des informations erronées  lient la grève du SYNACOR  à la mort du jeune chauffeur Kader  Traoré froidement tué par une balle perdue lors de l’incident qui s’est produit près du commissariat de police du 13ème arrondissement de Yirimadio le 15 avril dernieralors qu’il  faisait paisiblement l’entretien de son véhicule  dans un garage  de l’autre côté de la route.Quatre autres chauffeurs qui étaient près de leurs véhiculesdans le même garage avaient reçu des balles perdues au poignet, à la cuisse et au pied. Pour couper courent à ces allégations dont le but est de créer la confusion, et pour faire taire les fausses rumeurs, les responsables du SYNACOR avec à leur tête le secrétaire général, Moctar Dabo ont organisé mercredi un point de presse au siège de la CSTM. Il s’agissait pour ces syndicalistes de donner la vraie version des faits et prendre à témoin  l’opinion nationale et internationale sur les contours de leur grève.  Les organisateurs précisent quela mort de jeune chauffeur Kader Traoré n’avait  rien à avoir avec la grève du SYNACOR.

Introduisant le point de presse, le président de la commission de Vérification du SYNACOR, Mahamane  KOUNTA a d’abord fustigé la tentative de confusion dans le dossier de l’incident du 15 avril dernier pendant la justice. Il dira que le SYNACOR, « dans sa lutte permanente  pour l’amélioration des conditions de vie et de travail de ses membres, exprime son regret  du constat amer dont fait l’objet les tracasseries routières, rackets, extorsion, d’argent par intimidation  ou par violence avec d’arme suivi souvent de mort d’homme qui prennent  des proportions de plus en plusinquiétantes ».Les chauffeurs sont aussi des maliens, indique Kounta.

Il précise que le préavis de grève du SYNACOR de 72heures, déposé le 10 avril 2017,  et qui devrait être observée du dimanche 23 avril au mercredi 26 avril 2017, concernaitla non-application des points de revendications issus du procès-verbal de conciliation des réunions du 22 et 23 décembre 2015. M. Kounta de mettre l’accent sur la prise en compte du taux de freinte découlant de la charge, du transport  et de la décharge des produits pétroliers ; la responsabilité  des pertes engendrées  étant toujours imputée aux chauffeurs ;l’exigence du contrat de travail  entre employeurs et leurs employés chauffeurs et leurs inscriptions à l’INPS ; la  création des conditions d’accessibilité aux logements sociaux et à l’AMO en faveur  des chauffeurs et conducteurs routiers.  Il dira que  les chauffeurs de gros porteurs doivent avoir une considération de l’ONAP. Il a maintenu qu’au deuxième jour de la grève, des démarches ont été entreprises par les autorités, qui contribué à l’aboutissement d’un  accord partiel. Mahamane a souligné que l’Etat doit prendre ses responsabilités dans l’application des engagements pris avec les partenaires. « Nous voulons des actes concrets, les grands discours ne servent à rien », a laissé entendre Kounta.

Sur ce point, le ségal du SYNACOR  a déclaré que si rien n’est fait avant le 10 mai 2017, la grève va devoir reprendre.

Abordant l’’incident survenu le 15 avril 2017 près du commissariat du 13ème arrondissement, Kounta a dit que c’est la  8ème fois qu’un chauffeur perde la vie pour bavures policières.  Il raconte : « Moussa Samaké, chauffeur de son état venant de la SOTERCO et qui aurait  semble-il été sifflé par un agent à la descente du 3ème pont  et qui ne serait pas soumis à cette injonction, fut violemment extirpé de sa cabine près du commissariat du 13ème arrondissement, par un groupe de policiers venu à bord d’un pick-up, puis rouiller de coups sous les yeux révoltés des populations. C’est dans cette euphorie, que les policiers  ont fait usage de leurs armes. Une balle atteignit Kader Traoré en plein  abdomen, alors qu’il  faisait paisiblement l’entretien de son véhicule  dans un garage  de l’autre côté de la route, il succomba de ses blessures sur le chemin de l’hôpital  du Mali».Il explique que la mort de Kader Traoré n’avait  rien à avoir avec la grève. Pour terminer, le ségal du SYNACOR a invité les chauffeurs et conducteurs à plus de vigilance dans leurs actes de tous les jours et dans les manières de parler avec les forces de sécurité.

Jean Goïta

Commentaires via Facebook :

PARTAGER