En un mot : La promotion d’un mauvais exemple

3

L’ex-Premier ministre Abdoulaye Idrissa Maïga abhorrait ce qu’il appelait les militants des partis au pouvoir au RPM. Il ne pouvait donc nullement composer avec des gens comme Zoumana Mori Coulibaly (ministre du Développement local dans le gouvernement SBM), réputé être de tous les partis au pouvoir et avec toutes les personnalités susceptibles d’accéder au pouvoir.

L’homme fut ainsi du clan de Soumeylou Boubèye Maïga à l’Adéma/PASJ. Il avait d’ailleurs payé les 5 millions de F CFA de caution de celui-ci aux primaires de ce parti avant de se ranger du côté des pro-ATT en 2002. En 2012, sûr de la victoire de Modibo Sidibé, il s’était fait le pionnier des Fare/An ka wuli, avant d’abandonner ce parti qui venait d’ancrer son action dans l’opposition au président IBK. Dès lors, il devient évident que ni IBK ni SBM ne font confiance à un tel homme que pour des calculs politiciens.

Tout de même, c’est la promotion des mauvais exemples qui continue…

DAK

Commentaires via Facebook :

3 COMMENTAIRES

  1. Des hommes comme Zoumana MORI COULIBALY sont des hydres à plusieurs têtes qu’il faut combattre avec la dernière rigueur pour reconstruire le Mali car ils touchent aux psy et à la conscience sociale des plus jeunes en les faisant perdre tous les repères de notre société.

  2. Ave c la présence des hommes de cet acabit dans la politique malienne aucun homme ayant un petit grain d’honneur d’un Soundiata, Fakoly, Tieba, Dah, Biton, Firhoun, Koumi DIOSSE n’approchera la politique malienne tellement celle ci est pourrie. Elle ne renferme que des traitres, des félon, des voleurs. Depuis ce qu’ils ont appelé la révolution, ils ont tous fait pour le cercle soit fermé; ou ça ne s’ouvre que pour recevoir d’autres hyène. Si par erreur un honnête homme arrive à y entrer, il est vite débarqué ou c’est lui même qui, tout en se bouchant le nez par la puanteur demande à y sortir. Mais je dis à tous ces hommes qui ont encore le sang du vrai malien dans leur veine qu’ils font erreur de se tenir à l’écart. Dans le Mandé, des jeunes prêtaient serment quand ils étaient decidés à réussir une entreprise d’honneur. Un des serment étaient que ” Celui qui se dérobe à cette entreprise est le fruit d’une union entre sa mère et un chien.

  3. Des hommes d’affaire drapés d’habits politiques,on en a assez dans le champ politique malien.
    Ce qui explique,en grande partie ,l’échec des idéaux de mars 1991.
    Les idées ne sont plus utilisées pour convaincre l’électorat,mais les relais sont financés pour amadouer les chefs traditionnels et religieux qui ont une influence certaine sur L’ électorat,surtout dans les provinces.
    C’est pourquoi des hommes de la qualité de ce ZOUMANA MORI COULIBALY sont courtisés par les hommes politiques .
    En contrepartie,ils sont intouchables.
    Un véritable crime contre l’ ÉTAT.
    Des hommes de cette qualité sont à tous les étages de L’ÉTAT,dans toutes les structures pour influencer les hommes politiques,placés leurs thuriféraires à tous les niveaux.
    L’ÉTAT est miné,envahi par des médiocres qui n’ont pour seule motivation que s’emparer des deniers publics .
    Sa faiblesse ne peut que s’étaler dans un contexte dominé par l’insécurité.
    Le pouvoir actuel n’est pas le seul concerné par ce phénomène.
    Certains partis de l’ opposition ont pu faire le maillage du territoire national grâce à ces hommes d’affaire déguisés en homme politique .
    Chacun dans sa localité finance les autorités traditionnelles et religieuses.
    Peut on arrêter de recourir à ses hommes corrompus au risque de se voir déloger par le concurrent qui ne tardera pas à faire chemin avec l’homme d’affaire délaissé par l’autre parti?
    N’est ce pas le cas de ZOUMANA MORI COULIBALY ?
    Il n’y a qu’ une solution à ce phénomène :CONSACRER DÉFINITIVEMENT LA SÉPARATION DE L’ADMINISTRATION PUBLIQUE DE L’APPAREIL POLITIQUE.
    Si l’administration est indépendante à gérer les marchés publics sans le quitus de l’ homme politique ,ces hommes d’affaires n’auront plus le goût de faire de la politique.
    On aura ainsi assaini la pratique politique permettant à nos hommes politiques de se consacrer à développer des idées,à faire réellement de la politique.
    Aucun homme politique susceptible de gagner les élections n’est prêt à faire cette réforme majeure.
    C’est pourquoi une transition cette année n’est pas une mauvaise idée .
    Elle permettra de procéder à cette réforme permettant de jeter définitivement hors du champ politique des hommes d’affaire déguisés en politique,empêchant aussi les hommes politiques de les utiliser pour corrompre la population.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here