Formation universitaire : l’ITMA apporte une innovation à l’enseignement du Droit

2

L’Institut Africain de Technologies et de Management (ITMA) a lancé, ce jeudi 12 novembre, sa filière Droit, Relation internationale et Diplomatie. C’était au cours d’une conférence de presse animée par d’éminents juristes, dont Dr. Ahmadou Touré, président d’honneur de l’Ordre des avocats, et Me Al Hassane Sangaré, ancien Bâtonnier du Mali.

« Il est inadmissible que le Mali n’ait pas d’école notariale », a déclaré Dr. Aboubacar Sylla, Professeur de Droit à l’ITMA. Malheureusement, explique l’enseignant, l’ouverture de cette école notariale n’est pas encore prévue, à cause de beaucoup d’aspérités concernant cette profession au Mali. Cependant, ajoute Dr. Aboubacar Sylla, l’ITMA lance sa licence en Droit notamment en droit minier ou encore en droit de la santé.

Beaucoup de diplômés en droit souffrent sur le marché de l’emploi. « Il faut penser à aller au niveau Master, c’est plus consistant », a affirmé Dr. Moussa Ibrahim Touré, magistrat et chargé de cours à l’Université des sciences juridiques et politiques de Bamako. Saluant l’animation de la conférence par des praticiens reconnus, Dr Touré assure que c’est la première fois qu’on voit un établissement de formation en droit « s’intéresser aux professionnels du secteur ».

Avoir une bonne formation niveau Licence, explique Dr Aboubacar Sylla, ouvre la voie à plusieurs opportunités. Les futurs diplômés de l’ITMA pourront ainsi devenir des collaborateurs de notaire, d’avocat…, des employés de banque, du secteur minier, de la santé. Le chômage des diplômés en droit n’est pas dû à un problème d’emploi. « C’est plutôt un problème de niveau de formation », a indiqué Siby Ginette Bellegarde, Directrice générale de l’ITMA. Et d’ajouter : « L’effectif pléthorique dans les amphithéâtres ne permet pas aux étudiants de nos facultés d’apprendre sereinement ».

Université Paris 13

Siby Ginette Bellegarde est convaincue que « quand on est bien formé, on a toujours un emploi». C’est pourquoi, assure-t-elle, l’ITMA met l’accent sur le nombre des étudiants et la qualité des enseignants. Aussi, après la 2e année en Droit, les étudiants auront la possibilité de faire la 3e année à l’Université Paris 13, réputée pour sa formation des notaires en France.

Tous les avocats de l’espace UEMOA sont régis par le même texte. « Un avocat malien peut désormais ouvrir un cabinet au Niger », a indiqué Me Al Hassane Sangaré, ancien Bâtonnier du Mali. Malheureusement, déplore-t-il, la formation n’est pas professionnalisante. Sur 5000 candidats au dernier concours du barreau, seuls 18 ont été admis. « Nous avons intérêt à ce que les formations soient bien données au Mali », a conclu Me Al Hassane Sangaré.

Mamadou TOGOLA/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here