Grande marche des enseignants hier à Bamako : «La marche a été suivi à 100%, c’est le peuple qui a marché aujourd’hui uni à côté des enseignants»

1

Comme  annoncé  depuis  quelques  jours, la marche  d’envergure  par le Collectif des syndicats de  l’éducation signataires du 15 Octobre 2019, a été  mis  en exécution hier, mercredi 6 mars 2019, sur  l’ensemble  du  territoire  national du Mali.  Selon  le  porte  parole  du  collectif, Adama Fomba, ce  fut  une  réussite  totale à 100%. «  Les camarades  sont  sortis  massivement  pour  battre  le pavé  en  dénonçant  la  mauvaise  foi  du gouvernement  malien  dans  la  résolution de la crise », a-t-il déclaré.

A Bamako, la marche a débuté à la place CAN et a pris fin au pied du monument Kwamé Kruma. A la fin de la marche, une déclaration a été lue par les marcheurs. « C’est  une  satisfaction  pour nous  responsables  du collectif  des  enseignants  signataires  du 15 Octobre  2016  de mobilisation  des marches  qui  ont lieu  sur  toute  l’étendue  du  territoire nationale  du  Mali , dans toutes les régions, dans tous les cercles, et dans  toutes  les communes   suite  à notre  appel. On peut  dire que c’est le  peuple  qui a marché  aujourd’hui.  Et nous  sommes vraiment  comblés  de  la mobilisation grandiose  des camarades.  Nous  sommes  en  mesure  de dire  que  la marche  a réussi à 100% partout. Et nous  n’avons  pas  enregistré  de   problèmes majeurs, elles  se sont  déroulées  dans  le calme  pacifique, sauf à Mopti où il y a eu des petits soucis, mais il n’y a pas eu d’affrontement », a déclaré  Adama Fomba.

Le  contenu  de  la déclaration, dit Adama Fomba, est  de  dénoncer  la mauvaise foi du gouvernement malien, la  légèreté  avec laquelle  le  gouvernement  traite  les questions   de  l’éducation  et  des syndicats  de  l’éducation signataires  du 15 Octobre 2016, en un mot l’école malienne. Et aussi appelé les partenaires techniques  et financiers, de la société civile, d’être vigilants, et aussi d’alerter le président de la République de donner une satisfaction  aux revendications des enseignants du Mali.

La grève de 15 jours prévue par le Collectif à partir du 11 mars, est toujours maintenue et d’actualité, réaffirme le porte parole du collectif Adama Fomba. Cela veut dire de nos constats, déclare Adama Fomba, qu’il y a échec total dans les négociations.

Sur les dix points de revendications de leur cahier des doléances, trois points divisent aujourd’hui les enseignants et le gouvernement malien. Il s’agit de l’octroi d’une prime de logement, la relecture immédiate du décret n°529 P-RM du 21 juin 2013, portant allocation d’indemnité au personnel chargé des examens et concours professionnels en ses articles 1,2 et 3 et l’accès des enseignants fonctionnaires des collectivités territoriales aux services centraux de l’État.

Hadama B. Fofana

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here