Mali/Elections Législatives : de graves menaces planent sur la tenue du second tour dans le cercle de Gourma-Rharous

3

La tenue du second tour des élections législatives prévue pour le dimanche 19 avril est sérieusement menacée dans trois communes du cercle de Gourma-Rharous dans la région de Tombouctou.

Maliweb.net-  De l’incompréhension dans le cercle de Gourma-Rharous. Et pour cause, les candidats au second tour des élections législatives suspectent le gouverneur de la région de Tombouctou, Koina Ag Ahamadou,  de vouloir annuler la tenue du scrutin dans les communes de Gossi, Inadjatafane et Adjora dans le cercle de Gourma-Rharous.

Toute chose que le chef de l’exécutif régional dément. Contacté par maliweb.net, Koina Ag Ahamadou a indiqué que nul ne peut à priori décider de l’annulation du processus électoral dans une localité. Selon le gouverneur le report de la faisabilité du scrutin relève du sous-préfet. « C’est seulement le dimanche après le rapport du sous-préfet qu’on saura si les élections se sont tenues ou pas dans une localité», a-t-il précisé.

Selon le gouverneur de Tombouctou, le  matériel électoral  a été remis le vendredi 17 avril  aux sous-préfets de  Gossi, Adjora et Inadjatafane. Toutefois, assure le chef de l’Exécutif régional,  le représentant de l’Etat de la dernière localité citée n’a pas voulu amener  le matériel électoral. Est-ce dire que les élections ne tiendront pas dans cette  localité ? « Je ne saurai pour l’instant répondre à cette question », a répondu le gouverneur.

Aussi le gouverneur a indiqué que de graves  disfonctionnements se sont déroulés lors du  premier tour des élections législativesdans les trois communes précitées. « Des urnes et du matériel électoral ont été emportés dans la commune d’Inadjatafane », a-t-il affirmé.

Le gouverneur a affirmé que ni les sous-préfets, ni les maires encore moins les conseillers communaux des trois localités ne sont sur place. « Le sous-préfet de Gossi et Inadjatafane et vivent dans le camp de garde de la localité, le maire d’Adjora et les conseillers communaux vivent à Gourma-Rharous », a-t-il précisé.

En tout état de cause, il nous est revenu que  les candidats  contestent cette velléité du gouverneur et mettent en garde contre toute annulation du scrutin dans les communes précitées. Selon les observateurs, la non-tenue du 2e tour du scrutin dans les communes de Gossi, d’Adjora  et d’Inadjatafaneentrainera un grand risque d’affrontement entre les deux candidats, qui sont nous-a-t-on dit soutenus par des groupes armées.

En attendant le dimanche, la population du cercle de Gourma-Rharous retient son souffle. « Personne ne sait de quoi demain sera fait », témoigne un habitant qui dit de préparer à toutes les éventualités y compris le pire.

Abdrahamane SISSOKO/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

3 COMMENTAIRES

  1. Demander le Confinement des Populations qui…, pour se nourrir, nourrir leurs Familles travaillent dans ” l’Informel “, qui gagnent leurs revenus au jour le jour. C’est cruel comme situation.
    S’ils ne peuvent pas sortir pour travailler…, ils n’ont pas de revenus…, comment ils font pour se nourrir…???
    Est ce que les ETATS Africains peuvent fournir à chaque Citoyen de leur pays respectif, les repas de matin-midi et soir pour leur éviter de sortir travailler… ???

    Cette Crise sanitaire est l’Occasion ( malheureuse ), mais l’Occasion pour les Gouvernants de tous les Etats du Monde…, d’instaurer ” UN REVENU UNIVERSEL DE SUBSISTANCE ” à chaque Citoyen de leur pays respectif.
    Cela permettrait aux Gens de pouvoir au moins se nourrir quotidiennement sans avoir ni à mendier ni à crever de fin.
    Surtout quand arrivent des crises sanitaire comme le Covid – 19 qui obligent au confinement, ou des crises liées à des conflits armés dans les pays.
    Je sais que ce que je dis peut paraître utopique, mais ce Confinement mondial incite les gens à interpeller les Gouvernants.

    Non aux discriminations.

    Non à la perpétuation de l’esclavage par ascendant.

    Non au racisme.
    Non à l’ostracisme.

    Vivement le Mali pour nous tous.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here