Lutte contre les catastrophes : le Directeur général de la Protection civile, le Colonel-major Seydou Doumbia, prône la prévention

0

La direction générale de la Protection a abrité, le mardi 15 octobre, la cérémonie d’ouverture d’un atelier d’échange sur le thème «Réduire substantiellement les dommages causés aux infrastructures essentielles par les catastrophes ainsi que la perturbation des services de base». C’était sous l’égide de son Directeur général, le Colonel-major Seydou Doumbia.

Cet atelier d’échange entre dans le cadre de la commémoration de la journée internationale de prévention des catastrophes, célébrée le 13 octobre de chaque année. Selon le Directeur général de la Protection civile, le Colonel-major Seydou Doumbia, les catastrophes, que ce soit des inondations, des cyclones, des tempêtes, touchent tous les domaines. «On peut être réveillé à domicile par des pluies torrentielles et même par un vent violent qui peut causer des dégâts considérables», a-t-il affirmé.

À l’en croire, nul n’est suffisamment fort ou préparé pour faire face aux catastrophes. À ce titre, le Colonel-major Seydou Doumbia prône la prévention qui constitue à ses yeux la meilleure stratégie pour lutter contre les catastrophes. Parce que, dit-il, «quand la catastrophe survient quel que soit votre degré de préparation, vous allez vous rendre compte que vous n’êtes pas suffisamment préparés pour y faire face».

Selon lui, le Mali a fait une très grande avancée dans la prévention. Car, poursuit-il, chaque année un plan est élaboré pour essayer de détecter dans les meilleurs délais les catastrophes susceptibles de survenir dans notre pays et nous préparer en conséquence.

De l’avis du Colonel-major Seydou, cette journée sera mise à profit pour faire le point sur le degré de préparation du Mali dans le cadre de la prévention contre les catastrophes par rapport aux cadres internationaux sur le sujet.

Le Colonel-major Seydou Doumbia se dit convaincu que les conclusions issues de l’atelier permettront de doter notre pays d’outils susceptibles de lutter efficacement contre les catastrophes.

Il faut rappeler que l’inondation est la catastrophe qui touche le Mali. Celle du 16 mai a entraîné la mort d’une dizaine de personnes et des dégâts matériels chiffrés selon les experts à plus de cinq milliards de FCFA.

Abdrahamane Sissoko

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here