En Commune I du district de Bamako : Deux apprentis voleurs échouent à leur stage

    0

    Deux apprentis voleurs voulant ravir la vedette à leurs aînés du quartier populaire de Banconi-Layebougou en Commune I du district de Bamako, ont lamentablement échoué à leur stage au cours d’une opération en pleine journée du 31 janvier dernier. À la police du 6e arrondissement où ils ont élu domicile, aucun sursis ne leur a été non plus accordé.

    Ils ont pour noms Bamou Samaké et Bréhima Diarra, domiciliés à Banconi-Layebougou. Les deux jeunes hommes qui se refusent de dénoncer leur maître, ont formé leur bande dont l’objectif est de voler les biens d’autrui. Dans un premier temps, ils s’essayent dans le vol à la tire dans certains quartiers de la Commune I. Convaincus qu’ils peuvent véritablement voler de leurs propres ailes, ils ont alors investi tous les secteurs sensés être juteux. C’est ainsi que dans la journée du 31 janvier, Bamou Samaké et Bréhima Diarra ont frappé chez un enseignant du nom de Konou Komi Nénonème au quartier Razel en enlevant la moto Yamaha 100 de ce dernier. La victime ayant constaté le vol de sa moto, n’a pas cherché de midi à quatorze heures, elle a couru au commissariat de police du 6e arrondissement pour faire la déclaration avant d’aller prier le seigneur pour la trouvaille de sa propriété. Les deux bandits, couronnés de cette première victoire de la journée, se retirent dans leur tanière en attendant la tombée de la nuit.

     Le même jour, à peine le soleil a-t-il regagné son lit que les deux « stagiaires » se lancent à la chasse. Ils se rendent à Boulkassoumbougou où ils rencontrent un passant muni d’un sac à main. Ils filent ce dernier jusqu’à une certaine hauteur. Voyant que l’affluence n’était pas très grande sur ces lieux, ils se jettent sur leur cible en lui retirant de force son sac à main. Malheureusement, deux motocyclistes qui étaient dans les alentours se lancent aussitôt à leurs trousses. Ce fut une course de cascadeurs pour les deux jeunes voleurs. N’ayant plus les dieux du mal avec eux, ils tombent dans les mains de leurs poursuivants. Ceux-ci les conduisent au commissariat de police du 6e arrondissement pour toutes fins utiles. Ils ont été mis à la disposition de la brigade de recherche.

    L’inspecteur de police Ibrahima Maïga et ses éléments au four et au moulin, ouvrent aussitôt une enquête au cours de laquelle ils ont découvert la moto Yamaha 100 de l’enseignant après avoir récupéré le sac à main du passant. Les deux victimes ont été convoquées à la police non seulement pour se faire entendre sur procès-verbal, mais aussi pour se faire restituer leurs biens. La question qu’on se pose, c’est de savoir si le duo est le produit de l’école de la bande de Boubacar Sidibé, spécialisée en vol à la tire ? Cette bande, rappelle-t-on, s’est enrichie en s’attaquant à des revendeurs de cartes téléphoniques de Malitel et Ikatel. Les nombreuses plaintes des victimes au commissariat de police du 3e arrondissement ont emmené la brigade de recherche à lancer une offensive contre les suspects. La bande signe le cessez-le-feu après l’abdication du chef de bande et l’arrestation d’un des généraux. Après une longue période d’accalmie, Bamou Samaké et Bréhima Diarra renaissent des cendres du royaume déchu de Boubacar Sidibé.

    O. BOUARE
    Kabako du 9-02-07

    Commentaires via Facebook :

    PARTAGER