Vol par effraction de plus de 53 millions de FCFA à Niaréla et Bozola : – Les malfrats Mohamed Yaré dit Séga et Issiaka Sanogo dit Bako s’évadent du violon – Le commissaire du 13ème Arrdt relevé

    17

    Etrange braquage à Niarela ce matin: Des hommes armés emportent 20 millions FCFA dans un bureau d'échangeCette évasion spectaculaire est un coup dur pour la police. En effet, Séga et Bako étaient activement recherchés par tous les commissariats de police de Bamako pour des faits de cambriolage et de vol à main armée. Arrêtés le dimanche 9 août dans la matinée, lors d’un contrôle de police et mis à la disposition du Procureur près le Tribunal de première instance de la Commune VI du district de Bamako, les deux malfrats, avec eux trois autres petits délinquants en garde à vue pour des délits mineurs, se sont évadés du violon. Séga et Bako sont les auteurs du braquage spectaculaire d’un bureau de change où ils ont emporté 45 millions de FCFA, plus de 8 autres millions dans une boutique appartenant à un certain Djigué et plusieurs téléphones portables volés dans des magasins.

    L’information nous a été donnée par une source sécuritaire juste quelques minutes après les faits. D’après cette source, dans la nuit du 23 au 24 août, l’inspecteur de permanence alerta son commissaire de l’évasion de Mohamed Yaré dit Séga et Issiaka Sanogo dit Bako. Notre source indique que le commissaire, après avoir constaté les faits, aurait immédiatement informé le Procureur de la commune VI et sa hiérarchie avant d’instruire à ses éléments de se lancer aux trousses des fugitifs. En vain.

    Arrêtés le 9 août à bord d’un taxi à Sabalibougou Courani, quartier situé derrière Missabougou, Séga et Bako faisaient l’objet de procédures et avaient été mis à la disposition du Procureur dès le 14 août pour cambriolage et vol à main armée et devraient passer en Cours d’assises. Mais, compte tenu de la complexité de leur dossier, nous a-t-on dit, le Procureur les aurait renvoyés au commissariat au moins trois fois en attendant qu’un juge d’instruction prenne le dossier en main. C’est dans cette attente au commissariat que Séga et son complice Bako ont réussi à s’évader, avec eux trois autres détenus.

    D’après certaines sources, Séga aurait un don surnaturel lui permettant de d’ouvrir des serrures au simple toucher de doigt. Cette thèse ne séduit évidemment que les adeptes de la métaphysique ou de la magie pure. D’autres sources nous indiquent que cela n’est pas possible surtout que dans chaque commissariat et brigade de gendarmerie, un élément (garde-violon) est détaché pour surveiller les détenus même si le violon est fermé avec plusieurs clés. Dans le cas de l’espèce, était-ce le cas ? Comment cinq détenus ont-ils réussi à se faire la belle sans attirer le moindre soupçon ?

    Il nous est revenu qu’au moment de leur interpellation, Séga était en possession de plus d’un million de FCFA et d’un téléphone Galaxy dernière génération acheté à 500.000 FCFA, la facture qu’il avait sur lui faisant foi. Soumis à un interrogatoire musclé, Séga se serait mis à table en reconnaissant être le cerveau du gang qui a cambriolé un bureau de change et emporté 45 millions et non 20 comme l’ont rapporté certains médias. En outre, ils sont les auteurs du cambriolage d’une boutique Djigué où ils ont emporté plus de 8 millions de nos francs. A leur actif, il faut également ajouter le cambriolage de plusieurs magasins de vente de téléphones portables.

    Au regard de la gravité des faits à eux reprochés, les questions qui taraudent les esprits sont les suivantes : pourquoi le Procureur de la commune VI les a-t-il gardés encore dans un commissariat de police sachant que l’enquête policière était bouclée ? Où était le garde-violon (à supposer qu’il y en avait un) au moment de l’évasion de Séga, Bako et autres ? Car si le garde-violon ne peut pas empêcher Séga d’user d’incantations mystiques pour sortir de sa cellule, sa présence physique aurait été au moins dissuasive.

    Enfin question cruciale qui reste à élucider : que sont devenus les 53 millions FCFA et autres biens de valeur subtilisés en divers lieux ? Vivement une vraie enquête menée par le haut de la hiérarchie policière (pourquoi pas la gendarmerie réputée pour sa rigueur) pour faire toute la lumière sur cette affaire qui décrédibilise une fois de plus la police et situer les responsabilités.

    Diakaridia YOSSI

     

     

    Dernière minute : le Commissaire Siriman Tangara relevé

    Suite à l’évasion  spectaculaire, dans la nuit du 23 au 24 août 2015, des malfrats Mohamed Yaré dit Séga et Issiaka Sanogo, le Commissaire de police Siriman Tangara a été relevé de son poste par le Directeur général de la police, l’Inspecteur général Hamidou Kansaye. Le désormais ex-commissaire du 13ème arrondissement paye ainsi pour l’évasion, dans son commissariat, de malfrats qui avaient cambriolé plus de 53 millions de FCFA et d’autres objets de valeur.

    Joint au téléphone au moment  où nous mettons sous presse, l’intéressé a, lui-même, confirmé sa relève de son poste de commissaire du 13ème arrondissement de police.

    Commentaires via Facebook :

    PARTAGER

    17 COMMENTAIRES

    1. l’agence de niaréla doit porter plainte contre le commissaire de police .les policiés et les procureurs st tous corompu. se st les pauvres qu’on garde ds les prisons au mali.

    2. MOKOBA c’est vrai ce que tu dis.Une fois l’étape de la police terminée,ils doivent(après 72 heures de garde à vue)placés au niveau de la prison centrale.Peut être que pour le procureur la maison d’arrêt est remplie,hors les violons des commissariats n’en sont pas moins.

    3. La police au Mali est une bande de voleurs incapable de veiller à la sécurité des citoyens

    4. Ce commissaire doit être plutôt radié et non relevé ! Ces policiers ne sont là que pour faire des affaires et ce qui se passe ici est très graves et la carrière de ce sale flic est terminée.

    5. Juste pour dire qu’en tant que journaliste évitez monsieur de créer entre les corps de la zizanie, ok. La police a ses prorogatifs, de même que la gendarmerie et chacun des corps œuvrent de façon à ce que nous demeurons en sécurité dans un état de droit. Alors soyez pro svp !!!!!!!!!!!!!!

    6. Dommage pour le commiss Tangara que je connais personnellement! Les bandits criminels doivent etre traites avec rigeur avant leur deferrement a la prison centrale. Relaxer de tels criminels est presque egal a commettre le meme crime qu’ils ont commis.

    7. Bien fait, car après 72heures pourquoi ont ils gardés les malfrats au commissariat. Leurs places est dans la prison centrale. Q’est ce que prouve que le procureur n’a pas eu quelque chose sur les 53millions? Pourquoi il retarde l’affaire??
      Dans ce pays je pense qu’il faut se rendre justice si non tu moura de crise cardiaque.

    Comments are closed.