Attentat du Radisson Blu de Bamako : L’enquête piétine

0

Deux mois après le carnage qui s’est déroulé à l’hôtel Radisson Blu, peu d’informations filtrent de l’état d’avancement de l’enquête. Malgré la sérénité des autorités sécuritaires du Mali sur ce qui s’est passé le 20 novembre 2015, les Maliens ignorent encore tout sur l’identité et la nationalité des deux terroristes qui sont à l’origine de cette tuerie qui a coûté la vie à plusieurs personnes de nationalités différentes. Élément clé de l’enquête, l’origine des assaillants suscite toujours des interrogations, surtout que l’attaque a été revendiquée par deux groupes terroristes différents. L’enquête est- elle dans l’impasse contrairement à tout ce qu’on est en train de nous  faire croire?

Plusieurs semaines passées déjà, on ne connait toujours pas l’identité et la nationalité des deux terroristes qui ont semé la terreur et la désolation sur leur passage à l’hôtel Radisson Blu. Une attaque qui a pourtant affecté tout le monde tant sur le plan national qu’international. Des individus qui ont eu l’audace d’ébranler la sécurité nationale ne doivent pas rester méconnus à ce stade de l’enquête, surtout avec tout l’appui technique dont les enquêteurs maliens bénéficient. Selon le procureur chargé du dossier, en plus de l’interpellation de deux suspects, les enquêteurs, renforcés d’une assistance internationale composée de personnes ayant de compétences avérées en matière d’investigations criminelles, ont recueillis 150 éléments sur les scènes du crime. Comment avec une telle armada, l’identité et la nationalité des assaillants ne soient pas encore connues ? Très inquiétant à plus d’un titre.

Cela sous-entend que n’importe quel terroriste peut surgir de nulle part et mener une opération suicidaire dans la capitale malienne sans pour autant être identifié par les services de renseignement après son forfait.

Au lendemain de l’attaque, soit le 26 novembre 2015, le gouvernement malien a rencontré les corps diplomatiques et à l’issue de cette réunion d’urgence tenue à huit clos, le Colonel Salif Traoré, le ministre de la Sécurité intérieure et de la Protection civile a souligné que les enquêtes progressent bien et qu’ils ont déjà procédé à quelques interpellations. Il ne dira pas plus du fait de la sensibilité des enquêtes, selon lui, aussi pour ne pas compromettre certaines de leurs sources.

Quelques heures après, le même ministre rassurait les honorables députés à l’Hémicycle en disant encore que l’enquête est en cours et qu’elle avance bien. Et huit jours plus tard, à la maison de la presse, il a indiqué que les enquêtes avancent bien et que les indices sont entrain d’être analysés pour identifier les assaillants, notamment avec des prélèvements ADN. Plus loin, il dira que son département privilégie le renseignement. Certes la répétition est pédagogique, mais dans cette situation elle devient autre chose qui ne dit pas son nom. Si les enquêtes avancent, pourquoi les assaillants ne sont –ils pas toujours identifiés ? Pourquoi maintient-on un flou artistique autour de l’enquête ? Le ministre et le procureur chargé de la lutte contre le terrorisme et les crimes organisés ont-ils, à ce jour, des informations pouvant édifier les Maliens sur l’identité et la nationalité des deux auteurs de la tuerie de l’hôtel Radisson? A défaut de réponses, le doute est permis.

Ousmane Baba Dramé

 

PARTAGER