Le Mali sous pression des terroristes : Plusieurs localités attaquées ces derniers jours

8

Au Mali, malgré l’arrivée des militaires au pouvoir et l’intensification des opérations antiterroristes, la violence des groupes terroristes va crescendo. Plusieurs localités ont été attaquées ces derniers mois par les terroristes. Trois blessés, quatre véhicules et deux motos brulés. C’est le bilan de la dernière attaque perpétrée, le mardi 2 mars dernier, contre la brigade territoriale de la ville de San.

Depuis quelques mois, les actes terroristes spectaculaires attribués à des terroristes se multiplient, mettant en évidence la vulnérabilité du système anti-terroriste mis en place par les forces armées maliennes, l’opération Barkhane et la force conjointe du G5-Sahel.

Dans la nuit du mardi 2 mars 2021, des présumés terroristes se sont lancés à l’assaut de la brigade de gendarmerie de la ville de San. Aucun bilan officiel n’est encore disponible, mais, selon des sources locales, la gendarmerie a été mise à sac, trois gendarmes ont été blessés, quatre véhicules et deux motos ont été brulés.

Un jour avant, le lundi 1er  mars 2021, vers 3 heures du matin, le poste frontalier de Hèrèmakono, situé entre le Burkina et le Mali et à une trentaine de Kilomètre de Sikasso, a été la cible d’une attaque menée par des hommes armés non encore identifiés. Le bilan provisoire, selon des sources locales, serait d’un civil tué. Les bureaux et plusieurs véhicules ont été aussi incendiés.

Le mois dernier, dans la même région, des individus armés non  identifiés ont attaqué le commissariat de Kolondièba. Les assaillants, arrivés à moto, ont ouvert un tir nourri sur les policiers qui étaient de garde. Bilan : plusieurs policiers blessés dont un gravement et des dégâts matériels importants. Dans cette région, l’insécurité et les attaques sont devenues aujourd’hui récurrentes. Un groupe terroriste lourdement armé a été signalé, en décembre dernier, dans la forêt de Koloni. En novembre dernier, un militaire malien a été tué et sept civils ont été blessés suite à une attaque contre un bus de transport entre Nièna et Sikasso. loria Cecilia Argoti ( sœur Gloria) a été enlevée, le 7 février 2017 à Karangasso, dans la même zone. La sœur franciscaine, qui travaillait comme missionnaire dans le diocèse de Sikasso, est toujours entre les mains des terroristes.

Dans son dernier rapport sur la situation au Mali, le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, a fait savoir que les Forces de défense et de sécurité maliennes, les forces internationales, la MINUSMA et les groupes armés signataires ont essuyé 35 attaques asymétriques ; 55 % d’entre elles se sont produites dans le nord du Mali, dont 14 % dans la région de Kidal, 33 % à Tombouctou et 8 % à Gao. Pour la première fois, précise le rapport, des attaques à l’engin explosif improvisées ont été enregistrées dans les régions de Koulikoro et de Sikasso, dans le sud du Mali. Le centre du Mali a été le théâtre de 45 % des attaques, dont 36 % se sont produites dans la région de Mopti et 9 % dans celle de Ségou. Aux dires du secrétaire général de l’ONU (Organisation des Nations Unies), les Forces de défense et de sécurité maliennes ont été la cible de 17 attaques au cours desquelles 30 soldats ont été tués et 48 blessés.

M. K. Diakité

Commentaires via Facebook :

8 COMMENTAIRES

  1. Tant Dicko est a Bamako les djihadistes seront touours informés et continueront d attaquer nos positions .Ce monsieur est un danger pour le pays , il vient de quitter le pays qui finance le djihad

  2. Au vu de la situation sécuritaire actuelle, il semblerait que les terroristes aient rejeté le dialogue.

    Les FAMAS ne doivent pas donné l’impression d’être sous pression, il faut qu’ils passent massivement à l’offensive sans discontinuer, c’est à dire à long terme. Que tous les villages et environ soient nettoyer en profondeur.

    Lancer la dissolution sans prévis de toute association à caractère ethnique en commençant par “Tapital pulaku” alias langue du diable.

    Également, il faut tout faire pour localiser et arrêter l’ancien directeur de la sécurité d’état le général Moussa Diawara. Ce mec est un vrai malfaiteur capable de tout et un réel danger pour la sécurité d’état.

    Fermer ou à défaut renforcer d’avantage les contrôles sur nos frontières avec le Burkina Faso. Les “mossis” font partie des peuples les plus rancuniers de l’Afrique. La majorité de ceux qui attaquent au Mali sont des Burkinabé armés volontairement par l’état burkinabé. Les FAMAS ne doivent en aucun cas oublier ce détail.

    Bon courage aux FaMas, la victoire est au bout du fusil. il faut aller la chercher.

  3. Le sentiment qu’exprime L’OPINION PUBLIQUE MALIENNE n’intresse pas la france.
    Seuls ses intérêts importent.
    CE SONT LES MALIENS QUI VIVENT CETTE INSÉCURITÉ DANS LEUR CHAIRE,MAIS C’EST L’AUTORITÉ POLITIQUE ÉLUE PAR LES FRANÇAIS QUI DÉCIDE POUR LES MALIENS.
    Décider de négocier ou ne pas négocier avec les jihadistes est de la responsabilité de L’AUTORITÉ POLITIQUE du Mali,si on pense que le Mali est un ÉTAT SOUVERAIN.
    S’opposer à une décision prise par les maliens à l’occasion d’une conférence d’entente nationale en 2017 et d’un dialogue national inclusif en 2020,c’est confirmé que le Mali n’est plus indépendant après avoir empêché l’armée malienne d’accéder à kidal en 2013 pour ensuite aider les séparatistes à s’y installer
    LA FRANCE PENSE QUE LE MALI L’APPARTIENT DU SEUL FAIT D’ÊTRE INTERVENU POUR CHASSER LESJIHADISTES.
    Les jihadistes mènent une guerre,non pas contre les maliens,mais contre la France.
    CES ATTAQUES RÉCENTES RÉPONDENT À CETTE DÉCLARATION DE MACRON AFFIRMANT QUE L’ARMÉE FRANÇAISE A MAÎTRISÉ LA SITUATION DANS LA ZONE DES TROIS FRONTIÈRES.
    Oser attaquer la zone la plus peuplée du Mali est un signal fort lancé aux français.
    Les jihadistes montent dans la criminalité au fur à mesure que le pouvoir local reste fidèle à l’impérialiste.
    Après les attaques des structures étatiques,ils vont attaquer les villages.
    Ça s’est passé comme ça dans la zone de mopti.
    Ce signal doit être décrypté par ceux qui incarnent l’Etat du Mali,s’ils pendent protéger la population.
    REFUSER DE NÉGOCIER,ACCEPTER COMME SEUL PARTENAIRE LA FRANCE OBLIGENT LES JIHADISTES À INTENSIFIER LEURS ACTIONS.
    La lutte contre l’insécurité passe nécessairement par la maîtrise de l’Etat du Mali par ses représentants.
    Depuis 2013,la souveraineté du peuple n’est plus incarnée au sommet de l’Etat.
    Cela ne veut pas dire que celui qui occupe la fonction n’est pas élue par les maliens,même s’il y a un doute à exprimer,mais que les préoccupations des maliens ne sont plus dans la réflexion de l’Etat.
    On exerce en fonction des préoccupations de l’Etat français.
    Le monde entier a vu TIEBILE DRAME courir après MACRON du seul fait qu’ un ambassadeur a exprimé ce que pensent les maliens de la présence de L’ARMÉE FRANÇAISE au Mali.
    BA NDAW et ses enfants colonels ne cachent plus leur docilité aux autorités politiques françaises.
    Ils sont prêts à sacrifier des morts afin de respecter le deal passé avec les français comme l’a fait IBK.
    Ils montrent par leurs attitudes qu’ils ne gouvernent pas au profit des maliens.
    Seule une mobilisation intense des maliens permettant aux jeunes colonels de savoir qu’ils peuvent perdre le pouvoir peut permettre d’agir réellement pour la sécurité du territoire national.
    OSER LUTTER,C’EST OSER VAINCRE!
    La lutte continue.

  4. Les FaMas ne doivent pas donner l’impression d’être sous pression. Il faut qu’ils passent aussi à l’offensive.

  5. Appel à la gouvernance de la transition et aux partenaires pour éviter la déstabilisation prolongée de la transition et du Mali par des djihadistes et non par coup d’État.

    Bonjour,

    La situation à Farabougou, dans tout le cercle de Niono (région de Ségou), dans le pays Dogon et progressivement dans la région de Mopti, n’est plus tenable du point de vue sécuritaire malgré le fait que la deuxième priorité de la Minusma soit la protection des personnes et de leurs biens au centre et l’appui du Mali pour la mise en œuvre du Plan de Sécurisation, PSIR, Intégré des Régions du Centre.

    Le nord et le sud du Mali ne sont pas en reste.

    Au Mali, en plus de l’hécatombe induite, les besoins humanitaires se sont multipliés.

    Le média, Le soir de Bamako, a raison, incontestablement, un plan de déstabilisation de la transition et du Mali est en train d’être mis en œuvre.

    Par qui ? Pourquoi ?

    Les djihadistes, aidés par des forces invisibles, exécutent ce plan de déstabilisation.

    Que faire ?

    Sachant que le statuquo n’est plus tenable, deux solutions sont maintenant envisageables :

    (1) les FAMAs et la Coalition des forces partenaires du Mali s’organisent pour agir en liaison avec l’ICMM (Initiative de commandement Militaire au Mali) sous le leadership de la Minusma sans oublier les populations locales (qu’il faut impliquer et protéger) ou bien

    (2) une négociation globale sous l’égide de l’ONU s’ouvre urgemment en demandant une trêve et un retrait des djihadistes pour cette négociation.

    La première solution, les FAMAs et la coalition des forces partenaires sous l’égide des FAMAs et de la Minusma (ICMM) se battront contre les djihadistes tout en protégeant les populations. Les civils et les communautés constituent une force à part entière qui collabore avec les autres forces.

    J’avais fait au G5 Sahel et à la coalition pour le Sahel une proposition de stratégie inclusive et collective de lutte contre le terrorisme qui va dans ce sens,

    La deuxième solution, la négociation, aura lieu sous l’égide de l’ONU et du haut
    représentant du chef de l’état Malien pour la mise en œuvre de l’accord de paix aidé par les forces vives Maliennes (societé civile….) mais pas les FAMAs (les FAMAs sont mal placées pour négocier, le cas de Farabougou l’a démontré).

    Finalement, nous avons deux entités, une qui négocie (institution du haut représentant du chef de l’état pour la mise en œuvre de l’accord de paix aidée par le ministère de la réconciliation nationale, le CNCA et les forces vives) et une entité qui fait la guerre (les FAMAs).

    Bien sûr, qu’il y a communication et synchronisation entre ces entités.

    Agissons vite et synchronisons les deux actions, la négociation et l’aspect militaire, avec l’aide de nos partenaires.

    Pour éviter une déstabilisation prolongée de la transition et du Mali, le plus tôt sera le mieux.

    Dr Anasser Ag Rhissa
    Expert TIC, Gouvernance et Sécurité
    TEL au Mali : 78731461

  6. Parce que les autorités militaires jusqu’à présent ne savent pas que le pays est en guerre .Les bandes armées savent que il n y aucun dispositif sécuritaire rigoureux autour des postes de sécurités profite des failles pour attaquer .Ce sont les même groupe qui se promènent sans être inquiété a Sikasso ,kayes ,sans.Après les attaques de la gendarmerie de diema, de boura,de massigui,de kolondieba, et d autres postes normalement les autres postes devraient être en alerte maximum surtout la nuit et anticipé éventuellement qui ils peuvent subir le même sort mais malheureusement c est pas leur soucis.Dans une guerre asymétrique il faut de la vigilance et de l anticipation.Avec cette attaque j espére que les autres qui ne sont pas encore attaquer vont prendre toutes des dispositions nécessaires pour parer à toutes les éventualité. Au niger on n ose pas s approché a 1km de postes militaires sans être neutraliser parce que ce pays qui connaît rarement des attaques a pris des mesures radicales avec l interdiction total des motos dans les régions d insécurités .Vive la paix et la stabilité

  7. Pourtant le gouvernement et ses partenaires prononcent toujours que l’armée malienne monte en puissance chaque jour et lorsque nous voyons sur terrain ces attaques tous les jours, nous, nous demandons comment cette montée en puissance se justifie t-elle? Nous avons comme impression que le gouvernement et ses partenaires se moquent du peuple, quelle ignominie? Quelle indignité? Quelle honte pour ces dirigeants qui jouent le cinéma et des fourberies aux yeux du monde entier. Ce qui reste certain, ces bandits de grands chemins ne donnent pas de cadeau, ils frappent, ils détruisent et mettent en déroute toutes ces troupes étrangères et nationales sans pitié; il est temps et grand temps que le gouvernement et ses partenaires cessent de jouer du cinéma et se mettent au travail, car après l’Afrique ce serait l’Europe et les autres pays du monde. Il faut battre le fer quand il est chaud, car si ce dernier rempart qui est l’Afrique tombe, les autres pays du monde souffrirons très fortement, à bon entendeur salut.

  8. It is clear these terrorists foreign masters are well educated in world finance plus war. They also have great Intel on our disposition us exploit our condition. They know Sahel nation’s as group need simultaneously take no stone unturned approach eradicating terrorists plus violent criminals. They know it is costly method but only one that will eradicate terrorists plus reduce violent crimes to degree acceptable. They know inclination of members of Sahel nation’s is to carry out corruption to fulfill their selfish desires at any cost including allowing their nation to be overthrown by terrorists is as likely as it is unlikely.
    At moment lack of no stone unturned management of terrorists favor terrorists coordinated actions intended to exploit our lack of needed manpower, weaponry plus equipment.
    In taking no stone unturned approach we have two workable methods with intent of having alternative being applied that is most fitting for region condition. We may establish bases or/ plus camps within regions plus launch seek plus destroy missions from those bases driving terrorists plus criminals outward in desired direction that prevent them from entering regions under government control . This driving would continue unto no area of region have not been thoroughly search plus it is ascertain all violent criminals plus terrorists are driven out. Thereafter army is to positioned itself to prevent their return . Therefrom military continue same maneuver throughout Sahel unto terrorists plus violent criminals eradicated. Second option is to form impenetrable line of defense sufficient to cover Sahel from one end to other plus thereof advance army leaving no stone unturned. As we advance we establish impenetrable defense that will not allow violent criminals or/ plus terrorists back into areas we control being all entering or leaving those area will be under observation to extent necessary defense actions may be taken.
    This is huge undertaking Mali have not seen likes of in centuries. We absolutely need be cost efficient thus should be led by military. More to point we will take on appearance of military state to survive plus thrive but with there will be obvious difference between military plus non military citizens. Our schools must have military like management of students with education agenda designed to create engineers or/ plus medical professionals. Those choosing not to become engineers or medical professionals will become best of teachers, mechanics, farmers, electricians etc. They will have developed efficient military style thought in taking actions. Thereof will be capable defense minded people we need to defeat continuously wealthy, well educated, plus inhumanely violent foreign terrorists leadership that now facilitate terrorists subjecting Sahel nations to war.
    Most of all military state like approach will allow us in transparent, inclusive plus easily comprehended manner to upgrade living conditions plus increase amount of due security throughout Mali.
    This may be only way we are able to defeat well educated plus well financed terrorists foreign leadership plus keep their terrorists ways out of Sahel.
    This is being practical as in doing what work in our short plus long term best interest. At this time we should in steps plus stages be eliminating corruption that drain finance we need to increase size of military, establish secure bases in central plus northern Mali, purchase necessary equipment plus weaponry in amount that protect our soldiers plus allow their missions to be fulfilled.
    Henry Author Price Jr aka Kankan

    PS
    Naguwethu . For me they are doing their periodic bed bug thing. They are such losers. Another good cause not to talk to them. Short story. Oh about 35 years ago I was told conditions governing me plus Prince Hall plus other niggers in United States. It was suppose to be same as in 1960s. That is government would not take sides. Well by 1980s government was taking sides. It was siding with those niggers it could control whether they acted in nation best interest or not . After going prison for United States government fuck up I am unable to get it out of my head that government is not my friend. It is these bed bug moments I cling to that most. Now you know why United States is visibly going down but that should bottom out in four to ten years.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here