Situation des refugiés : Un timide retour

0

Ils sont nombreux ces réfugiés maliens qui peinent à retourner au pays, quatre ans après la signature de l’Accord pour la paix et la réconciliation.

Depuis le déclenchement de cette crise en 2012, des centaines de milliers de Maliens ont trouvé refuge dans des pays voisins tels que le Niger, la Mauritanie et le Burkina Faso. Ils ont fui les menaces, les exactions et les exécutions extrajudiciaires.

En 2019, près de 56 000 réfugiés maliens ont été enregistrés en Mauritanie, 56 000 autres au Burkina Faso. Quant au Niger, il a accueilli sur son territoire depuis 2012 plus de 26 000 réfugiés maliens. Ce nombre a légèrement augmenté au Burkina Faso ces dernières semaines. Certains élus de la région de Mopti rapportent que les récentes attaques meurtrières et le saccage de villages par des présumés terroristes ont obligé de nombreux Maliens à fuir vers ce pays. Le bureau du Haut-Commissariat des Nations-Unies pour les réfugiés estime aujourd’hui à plus de 136 000 le nombre de Maliens vivant dans des camps de réfugiés dans les pays limitrophes. Cependant, de milliers d’autres retournent progressivement depuis plusieurs mois dans leur région d’origine. Plus de 11 000 sont revenus volontairement à Ménaka, 3 000 à Goundam dans la région de Tombouctou et des centaines d’autres à Gao. Toutefois, même si ces déplacements se sont déroulés en concertation avec le Haut-Commissariat pour les Réfugiés (HCR) qui donne la somme de 35 000 F CFA à chacun des réfugiés pour faciliter son voyage, des milliers d’autres préfèrent attendre le retour de la sécurité ainsi que les services sociaux de base.  De nombreux réfugies maliens estiment que les conditions sécuritaires ne sont pas encore favorables pour leur retour dans leurs localités d’origine.

La Rédaction

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here