Situation humanitaire au Mali : . Plus de 350 violations des droits humains . Près de 400 000 enfants privés d’école

14

Dans son dernier rapport l’organisation par le bureau de la coordination des affaires humanitaire des Nations Unies (Ocha) dresse un constat alarmant de la situation humanitaire        au Mali. Dans ce rapport on note, entre autres : plus de 367 incidents constituant des violations des droits humains ; 250 998 de personnes déplacées (avril 2020) ; plus de 378 000 enfants affectés par la fermeture des écoles dans les zones touchées par l’insécurité ; plus de 1,3 millions de personnes en insécurité alimentaire sévère… Un rapport qui illustre la dégradation de la situation sécuritaire dans notre pays. Lisez plutôt !

En effet, selon l’Ocha, la dernière semaine du mois de mai a été particulièrement meurtrière dans la région de Mopti. Elle a été marquée par une recrudescence des incidents sécuritaires dans les cercles de Koro, Bandiagara, Bankass et Douentza : « Selon les informations recueillies auprès des partenaires au moins 68 personnes civiles seraient tuées au cours d’attaques ayant conduit à de graves violations des droits de l’homme durant cette semaine. A cela s’ajoute un accident causé par un engin explosif survenu dans le cercle de Douentza et ayant fait huit morts civils et une trentaine de blessés dont cinq graves ».

Au niveau national, 367 incidents constituant, indique le rapport, des violations des droits humains -dont des atteintes au droit à la propriété, au droit à l’intégrité physique, au droit à la vie, à la liberté et à la sécurité des personnes, à l’accès aux services sociaux de base ainsi que des déplacements forcés de populations- ont été enregistrés en mai 2020. Ceci représente une détérioration de la situation de protection comparativement aux mois de février, mars et avril où 144 incidents, 351 incidents et 332 incidents ont été respectivement documentés. « Plus de 75% des incidents rapportés en mai (soit 282 incidents) ont eu lieu dans les régions de Mopti (175 cas) et de Ségou (107 cas), au Centre du pays. Les autres incidents se sont déroulés dans le Nord du pays dans les régions de Gao (47 cas), Tombouctou (30 cas) et Ménaka (8 cas) », précise-t-il.

On note une hausse des incidents, ajoute l’Ocha, affectant la protection des civils. Pour la première fois depuis le début de l’année, les atteintes à l’intégrité physique et/ou psychique sont le type de violation le plus fréquent. Les atteintes au droit à la vie sont en constante augmentation depuis janvier et les atteintes au droit à la propriété restent élevées avec 105 cas documentés. « Les hommes restent les personnes les plus touchées par la violence. Cependant, les femmes et les enfants font désormais également partie des victimes. En mai, 33 garçons et 25 filles ont été touchés par des violations et cela est dû à l’augmentation des attaques de nature indiscriminée.

Les partenaires humanitaires s’inquiètent face à la recrudescence des actes portant atteinte à la protection des civils et appellent au strict respect des droits humains y compris pour les populations vivant dans les zones de conflits », dit-il.

Le nombre de personnes déplacées internes a atteint son niveau le plus élevé au cours des six dernières années

Le rapport indique que le nombre de personnes déplacées internes (PDI) est passé de 207 751 personnes en décembre 2019 à 250 998 en avril 2020, soit une augmentation de 43 247 personnes selon les données de la matrice de suivi des déplacements (DTM). Les enfants représentent 58 pour cent des PDI et les filles et les femmes 54%. Plus de la moitié des personnes déplacées vivent dans des sites spontanés. Le nombre de PDI a atteint son seuil le plus élevé depuis 2013 (cf. graphique) : « Cette augmentation est due à une recrudescence de la violence et des conflits variés dans les régions de Mopti, Ségou, Tombouctou, Gao et Ménaka et dans la bande frontalière entre le Mali, le Burkina Faso et le Niger.  Plus de 65% des PDI vivent dans les régions de Mopti (102 481 PDI) et de Gao (62 633 PDI).

Au total, 97% des PDI se sont déplacées en raison de l’insécurité liée au conflit dans leur localité d’origine ou voisine selon le rapport DTM d’avril 2020. Certains déplacements dus à la crise alimentaire et à l’impact économique relatif au conflit sont également à signaler depuis les régions du centre et du nord vers les grandes villes desdites régions et celles du sud où les opportunités socio-économiques sont moins limitées ».

Suite à une enquête menée auprès des ménages déplacés par les équipes chargées d’analyser les données de la DTM, environ 75% des PDI ont exprimé leur intention de retour tandis que 25% souhaitent rester sur place. La majorité des PDI conditionnent leur retour à une amélioration de la situation sécuritaire, économique et alimentaire dans leurs localités d’origine.

Toujours selon l’Ocha, la grande majorité des ménages enquêtés ont perdu leur autonomisation et vivent désormais d’aides et de dons humanitaires (49%), d’aides des communautés et/ou de tierces personnes (30%). La majorité des PDI enquêtées ont indiqué comme besoins prioritaires les vivres, les abris, les emplois et l’accès aux activités génératrices de revenus : « La plupart des PDI ont un accès limité aux services sociaux de base comme l’éducation et les soins de santé. Les résultats de l’enquête précitée révèlent que 66 pour cent des enfants des PDI ne fréquentent pas l’école dans les cercles d’Ansongo, Bourem, Gao, Niono, Ségou et Gourma-Rharous principalement faute d’écoles disponibles sur place (37 pour cent) ou à cause de la fermeture des écoles (24%) ».

Concernant l’accès aux structures sanitaires, les résultats de l’enquête montrent que plus de la moitié (68 pour cent) des services médicaux se trouvent en dehors des lieux d’accueil. Les sites se trouvant dans les cercles du Gourma Rharous, Gao, Niono, San, Bourem et Tombouctou sont les plus touchés. D’où la nécessité de prioriser et de renforcer rapidement les services médicaux au niveau de ces différents cercles en cette période de pandémie de COVID-19.

Les partenaires arrivent à surmonter les difficultés liées à l’accès humanitaire pour fournir l’assistance

Bien que parfois compromis par endroits, l’accès humanitaire reste largement possible au Mali. Les interventions humanitaires se poursuivent dans toutes les localités du pays où elles sont nécessaires. Elles peuvent être temporairement limitées ou retardées par l’insécurité sans pour autant aboutir à une cessation complète. « Toutefois, il convient de noter que le niveau de déploiement des acteurs humanitaires varie d’une région à une autre. La présence des organisations est plus importante en nombre dans les régions touchées par les conflits notamment dans le nord et le centre du pays que dans le sud (cf. graphique). Cette situation pourrait s’expliquer, entre autres, par l’ampleur des besoins humanitaires, les fonds disponibles et les capacités d’adaptation aux conditions d’accès », souligne-t-il.

Les contraintes d’accès sont principalement causées par les activités des acteurs armés, les tensions inter communautaires, l’utilisation des engins explosifs improvisés et l’absence des autorités politico-administratives et des forces de défense et de sécurité dans certaines localités : « Au total, 180 incidents criminels ont touché des organisations humanitaires en 2019 comparativement à 58 incidents sécuritaires durant le premier trimestre de 2020. Des incidents, tels que les contrôles irréguliers, les détentions arbitraires de personnels humanitaires, les introductions par effraction dans les locaux des organisations humanitaires notamment à Ménaka, les menaces d’enlèvement et les vols de véhicules, continuent d’être rapportés dans le nord et le centre du pays ».

La menace relative aux engins explosifs improvisés, poursuit-il, dans les régions du nord et du Centre et les risques générés par les conflits inter communautaires, en particulier dans la région de Mopti, peuvent parfois bloquer ou ralentir les mouvements des organisations humanitaires et entraver l’accès des populations civiles aux moyens de subsistance et aux services sociaux de base.

De plus, les contraintes logistiques, notamment les infrastructures routières endommagées (par exemple la destruction des ponts) retardent aussi les interventions humanitaires, la libre circulation des populations ainsi que leurs accès aux services sociaux de base et aux moyens de subsistance : « L’accès humanitaire est aussi ralenti par certaines mesures barrières visant à freiner la propagation de la COVID-19 comme par exemple l’interdiction de regroupement qui se traduit par la nécessité d’étendre la durée de certaines opérations de distribution de vivres ou de biens non alimentaires ».

Malgré l’environnement de sécurité instable et le contexte de COVID-19, les acteurs humanitaires continuent de fournir une assistance dans le centre et le nord du Mali en utilisant des approches d’acceptation communautaires avec une adaptation à chaque contexte tout en respectant les principes humanitaires d’humanité, de neutralité, d’impartialité et d’indépendance.

1885 cas de COVID-19 dont 106 décès étaient notifiés au 16 juin

L’Ocha estime que l’actualité sanitaire reste marquée par la propagation de la COVID-19 : «  Au Mali, le nombre de cas continue d’augmenter et de toucher toutes les franges de la population. De 28 cas et 2 décès au 31 mars, le pays est passé à 1 885 cas dont 106 décès au 16 juin. Au total, 10 758 prélèvements ont été analysés depuis le début de l’épidémie. Au 16 juin, 626 cas confirmés étaient en cours de traitement dans les différents centres de prise de charge et 8 patients transférés à l’étranger sur demande. Le pays a enregistré 1 145 personnes guéries à cette date ». Et d’ajouter que dans ce contexte, les partenaires humanitaires soutiennent les actions de prévention de la maladie et de prise en charge des cas. Au mois de mai, les premiers cas de COVID-19 ont été détectés sur un site de déplacement/famille d’accueil dans la région de Mopti.  Les partenaires humanitaires ont élaboré une note d’orientation pour prévenir et renforcer la réponse à la maladie dans les sites de personnes déplacées internes et autres lieux d’accueil des déplacés. Ces lieux sont fortement à risque en raison de la promiscuité et des conditions sanitaires précaires.

« La pandémie arrive dans un contexte de crise sécuritaire et humanitaire affectant déjà plus de quatre millions de personnes. Elle aggrave ainsi les défis liés à l’accès aux services sociaux de base, à l’insécurité alimentaire et met en exergue la vulnérabilité des ménages dont les opportunités socio-économiques sont de plus en plus réduites.

L’insécurité couplée à l’épidémie de COVID-19 ont pour conséquence une baisse de la fréquentation des centres de prise en charge des cas de violences basées sur le genre (VBG). Sur 32 partenaires qui offrent des services de gestion des cas de VBG notamment en appui psychosocial et qui collectent des données, seuls 13 sont opérationnels (source: cartographie des services VBG, avril 2020).  La prise en charge consistant à utiliser les cliniques mobiles pour assister les femmes et les filles à risque ou survivantes/victimes des violences basées sur le genre coûtent très chère. Aussi l’augmentation du nombre de nouveaux intervenants (y compris les intervenants humanitaires non traditionnels) à cause de la COVID-19 peut engendrer le risque d’avoir des cas d’exploitation et d’abus sexuels selon le sous cluster VBG.

Pour rappel, plus de 378 000 enfants sont affectés par la fermeture des écoles dans les zones touchées par l’insécurité. Actuellement, la mobilisation du secteur de la santé pour faire face à la COVID-19 a des conséquences négatives sur d’autres programmes essentiels de santé comme par exemple la vaccination, la prise en charge des victimes de violences basées sur le genre, l’accès à la santé maternelle et reproductive.

De plus, la crise économique engendrée par les mesures restrictives va accentuer la pauvreté à un moment où la période de soudure, en cours (de juin à août), est caractérisée par une hausse -de plus de 70 pour cent par rapport au début de l’année- du nombre de personnes en insécurité alimentaire sévère pour atteindre 1,3 million.

Mohamed Sylla

 

Commentaires via Facebook :

14 COMMENTAIRES

  1. Il ne suffit pas de lister les problèmes au Mali, le peuple a surtout besoin de savoir qu’avez-vous fait en tant que communauté internationale et humanitaire pour l’aider à faire face à cette situation. Il est évident, comme partout ailleurs, que vous n’avez ni les réponses ni les solutions. A cet effet, il faut arrêter de nous sortir ces bilans macabres de la situation humanitaire au Mali sachant que vous ne ferez rien pour soulager les souffrances de ces pauvres populations prises en otage par vos gouvernements respectifs. Vous êtes tous bien payés pour continuer à entretenir ce chaos dans les pays. Trouvez d’autres astuces pour demander des aides financières internationales et laissez le peuple malien s’organiser comme d’habitude pour s’en sortir.

    • Faux Vincent 😎

      Toi, il est ÉVIDENT que tu as usurpé le pseudo de VINCENT, (un internaute très sensé qui poste de temps à autres des commentaires sur ce même forum!), pour tenter de “lui faire dire”😁……..TES PROPRES THÉORIES À 2 BALLES !!!😂😂😂😂😂😂😂😂

      Malheureusement pour toi, se cacher derrière le pseudo d’un type intelligent et sensé quand on est soi-même qu’un “intellectuel de grin” au cerveau limité, NE PEUT TROMPER PERSONNE !😂😂😂

      Évite donc de “piquer” les pseudos des autres pour écrire tes foutaises, et utilises TON PROPRE PSEUDO😎😎😎

      PS: Il m’est moi-meme déjà arrivé 2 ou 3 fois que des “petits malins” postent leurs commentaires sous……NFP😂

      • Et pourtant, Nfp, tu te trompes. C’est moi-même Vincent. Je n’ai jamais changé de pseudo et je dis seulement ce que je pense.

  2. Bande d’ignares….la langue officielle du Mali c’est le rapt, la rançon, le vol, la corruption, les arrangements entres amis.
    Ça c’est la vrai langue des maliens

  3. 👍👍👍👍👍👍👍👍👍👍👍👍👍
    ET AUJOURD HUI …DANS LE N 72 DE ECHOS MEDIAS …
    👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀

    AFFAIRE BMS -S.I.C.G
    LES TRIBULATIONS D EGLISE DU JUGE AVEUGLE ISSOUFI TOURE …
    👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀

    ….CAR LA LOI PRIVILEGE DIT QUE LES ETATS DE CREANCES S ETABLISSENT COMME EN MATIERE D IMPOTS ….
    MAIS LE JUGE ISSOUFI TOURE …A T IL AU MOINS LU ….COMME AWA BA TOUMAGNON D AILLEURS ….LA LOI DES FINANCES QUI PRECISE JUSTEMENT COMMENT DOIVENT ETRE FAITS LES ETATS DE CREANCES ?
    🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣
    NOUS …MAINTENANT …ON RIGOLE …
    D ACCORD …ON NE L A PAS FAIT DEPUIS QUINZE ANS ….
    D ACCORD …
    🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣

    • 👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👍👍👍👍👍👍👍👍👍👍
      …ET IL FAUT LE REDIRE ICI …:

      EXTRAIT DE L ARTICLE :
      “”””L ARRET N 20 DU 11 FEVRIER 2009 DE LA COUR D APPEL DE BAMAKO EST D UNE TELLE GRAVITE QUE L EX BHM S EN EST SERVIE POUR INSCRIRE DANS SES ETATS FINANCIERS PLUS DE 77 MILIARDS D ETATS DE CREANCES ETABLIS A LA MADOFF ….ET CE DEPUIS 2008 ET QUI METTENT AUJOURD HUI SON EXIISTENCE EN DANGER …….”””””
      👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀👀

      • EXISTENCE ….PARDON !
        🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣
        …EN FAIT C EST LA BMS SA …L HERITIERE ….QUI SE RETROUVE EN DANGER …

        D AUTANT PLUS QUE JUSTEMENT … LA BMS SA ..HERITIERE ..A FAIT PASSER …A PEINE CONDAMNEE PAR LA CCJA …LE 14 MARS 2019 …..UNE ANNONCE …OU ELLE SE DISAIT PROPRIETAIRE DES HALLES DE BAMAKO ( 🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣)
        …EH OUI …EH OUI …! ! !
        ALORS QU ELLE N EN A JAMAIS ETE PROPRIETAIRE !
        JAMAIS …ET QU ELLE LE SAVAIT EN PLUS !
        https://www.maliweb.net/communique/avis-dappel-doffres-ouvert-n01-2019-2809396.html
        🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣
        CAR LES 22 ET 23 AOUT 2007 …J AVAIS FAIT TRANSMETTRE A L AVOCAT DE BHM SA …ET A LA BHM SA …PAR HUISSIER …ET JE POSSEDE NATURELLEMENT LE DOUBLE DE L ACTE D HUISSIER …L ACTE DE PROPRIETE DES HALLES DE BAMAKO …APPARTENANT A S.I.C.G SA …ET NON A S.I.C.G MALI …! ! ! ! ! !
        ENCORE UNE “”BELLE BLAGUE”” DE ISSOUFI TOURE …
        .CELLE LA COUTERA A LA BMS SA …TRES CHER !
        😂😂😜😜😜😜😜😜😜😜😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂

  4. POURQUOI DEVONS NOUS PARLER FRANCAIS?

    https://information.tv5monde.com/les-jt/afrique#edition0

    LES FRANCAIS ONT APPRI CETTE LANGUE FRANCAISE EN MEME TEMPS QUE LES COLONISES NEGRES!

    🤣EN 1880 PLUS DE 65% DES HABITANTS DE FRANCE NE PARLAIENT PAS FRANCAIS, ENCORE AUJOURDHUI ENCORE BEAUCOUP ONT LEURS LANGUES DENOMMEES PATOIS:🤣

    Langues régionales picard, alsacien, francique lorrain, flamand occidental (dialecte néerlandais), corse, créole guadeloupéen, créole martiniquais, créole guyanais, créole réunionnais, tahitien, certaines langues kanak (en 1992 ; mais sans statut pour la plupart des 28 idiomes), breton et gallo (depuis 2004 considérés comme langues de Bretagne), basque (depuis 1951 en Aquitaine), francoprovençal et occitan (depuis 2009 en région Rhône-Alpes), catalan, et occitan (depuis 2001 dans les Pyrénées-Orientales1)
    Langues minoritaires Bonifacien, calvais, grec de Cargèse, majorité des parlers d’oïl, parlers transitionnels occitano-ligures, une vingtaine de langues kanak, yéniche, créoles bushi-nengué et langues amérindiennes de Guyane
    Principales langues immigrantes Arabe (sous ses formes dialectales), Arménien (arménien occidental et arménien oriental) langues chinoises (mandarin et wu), espagnol, italien, langues berbères (formes algériennes – dont kabyle – et marocaines), croate, polonais, portugais, roumain, russe, serbe, tchèque, turc, anglais, pulaar,soninké,malinké, persan, etc.
    Principales langues étrangères
    Anglais
    34
    Espagnol
    13
    Allemand
    8
    Italien
    2

    • ….EH OUI …! ! ! ! !!!!!!!!
      ET EN PLUS …IL PARLE FRANCAIS …LE FETICHEUR !
      😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂

      …MAIS …
      CONTRAIREMENT A CE QUE TU DIS ….
      PLEIN DE MALIENS , HEUREUSEMENT PAS TOUS , N ONT PAS APPRIS L HONNETETE !
      L H O N N E T E T E ! L’ “”ART”” DE LA MAGOUILLE ….
      LA …ET CE NE SONT PAS NOS ANCETRES LES COLONS QUI LEUR ONT APPRIS A VOLER ….
      …CA … C EST UN “”DON “” QUI VIENT DE QUI ?
      😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂
      ….
      ET IL EXISTE DE GRANDS “”TALENTS “” CHEZ VOUS …
      MAITRE MADINA DEME COULIBALY ..EPOUSE D AMBASSADEUR …SOUS ATT
      MAITRE BASSALIFOU SYLLA …DEJA “”GRAND AVOCAT “” …SOUS ATT ..
      ISSOUFFI TOURE ….ANCIEN PRESIDENT DE LA COUR D APPEL SOUS ATT …
      AWA BA TOUMAGNON …ANCIENNE PATRONNE DU CONTENTIEUX DE L ETAT …SOUS ATT …
      YACOUBA DIALLO …ANCIEN MINISTRE SOUS ATT …
      SIDI SOSSO DIARRA ..ANCIEN VERIFICATEUR NATIONAL …SOUS ATT …
      AGUIBOU BOUARE …””JURISTE “” A BHM SA …SOUS ATT ..
      L AUTRE “”JURISTE “” CELUI DU POLE ECONOMIQUE …CELUI QUI A FAIT DISPARAITRE NOS TRENTE HUIT PALINTES PENALES ….SOUS ATT …
      ……
      EUX …MANIFESTEMENT …ILS N ONT APPRIS QU A COMBINER …PENDANT LES RECREATIONS ?
      😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂
      ….ET VOTRE GRAND MAITRE …LE BASSALIFOU SYLLA …. C EST UN CHAMPION !
      😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂
      IL N A PAS HESITE UN INSTANT A PAYER LE CENTRE-AFRICAIN …EX PATRON DE LA CCJA …
      POUR QU IL NE JUGE PAS NOTRE AFFAIRE A LA CCJA !
      HUIT ANS ! …AVANT QUE LE COUILLON NE SOIT APPELE DEVANT UN JUGE …
      ET QUE NOTRE AFFAIRE SOIT JUGEE !
      😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂
      ET …TU SAIS QUOI “”FETICHEUR “” ?
      IL N A PAS OUVERT UNE FOIS LA BOUCHE …VOTRE BASSALIFOU SYLLA !
      😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂
      ….PEUT ETRE REFLECHIT IL AU FAIT QU IL DEVRA PAYER CE QU IL NOUS A VOLE
      EN PLUS ….EN SAISISSANT FAUSSEMENT LES HALLES DE BAMAKO …
      👍👍👍👍👍👍👍👍👍👍👍👍👍👍👍👍👍👍👍👍👍👍👍👍👍👍👍👍👍👍👍👍
      …IL EST VRAI QUE JE DETIENS …POUR LE LUI AVOIR FAIT SERVIR PAR HUISSIER
      LE 22 AOUT 2007 …L ACTE DE PROPRIETE DES HALLES …
      QUI N APPARTIENNENT PAS …ET N ON JAMAIS APPARTENUES A S.I.C.G MALI ….
      …..A QUI ON PRIS …AU MALI …CE QUI NE LUI APPARTENAIT PAS !
      👍👍👍👍👍👍👍👍👍👍👍👍👍👍👍👍👍👍👍👍👍👍👍👍👍👍👍👍👍👍👍👍

      TIENS …COUILLON BETE …IL FAUT QUE JE TE RASSURE QUAND MEME …
      MOI …JE SUIS FRANCAIS …
      JE SUIS GASCON …
      ET JE PARLE PATOIS …COURAMENT !
      TU AS DONC QUAND MEME DIT UNE PART DE VERITE !😂😂😂😂😂😂😂😂😂

      • ..ET RELIS BIEN WIKIPEDIA ..GRAND FETICHEUR …

        TU Y APPRENDRAS …SI TU NE LE SAIS PAS …QUE SEULEMENT 17 % DES MALIENS PARLENT FRANCAIS ..
        BIEN QUE LE FRANCAIS SOIT LA MANGUE OFFICIELLE …
        😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂

        • …LA LANGUE OFFICIELLE DU MALI …PARDON !
          😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂

      • J AIME LE CASSOULE ET JE PASSE A TOULOUSE ET C EST TOUJOURS UN SAUT A LA MAISON DU CASSOULE!
        J AI DE GRANDS AMIS, FRANCAIS, VRAIS PAS DES ALSACIENS OUI, QUI SONT AUSSI DU PAYS D’OC, MONTPELLIER, NIMES ETC…DES GENS DE FAMILLE, A GENTILS ET HONNETES, LES MAIS TOI T ES UN VRAI D ARTAGNAN QUI VEUT SE TAILLER DES MILLIARDS A L EPEE!…BON CLAUDE MON GRAND TES AFFAIRES, CA FAIT CHIER TOUS ICI…TU DOIS TE RENDRE COMPTE QUE LA GENERATION ATT SONT TOUS FORMES DANS VOS GRANDES ECOLES EN FRANCE, BIEN TUNES TOUS LABAS CHEZ TOI, ET PARACHUTES AU MALI AVEC TOI EN 1991…

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here