Boko Haram : plus de 1000 victimes au Cameroun

0
Boko Haram : plus de 1000 victimes au Cameroun
LeFigaro.fr/Berthemet, Tanguy - Un soldat camerounais surveille l'entrée de la localité de Fotokol, prise pour cible par Boko Haram. / © Reuters Staff / Reuters/REUTERS

Le gouvernement camerounais a publié vendredi le bilan des exactions de Boko Haram dans le pays. Près de 1200 personnes été tuées, dont plus de 1000 civils.

La guerre larvĂ©e de Boko Haram contre le Cameroun est sanglante. Selon YaoundĂ©, près de 1200 personnes ont Ă©tĂ© tuĂ©s par les islamistes depuis 2013, un bilan plus Ă©levĂ© qu’attendu. «Au total, 1.098 civils camerounais, 67 de nos militaires et 3 de nos policiers ont perdu la vie Ă  la suite des agressions barbares dirigĂ©es contre notre pays par le groupe terroriste», a dĂ©taillĂ© vendredi le ministre de la Communication, Issa Tchiroma Bakary.

Les attaques se sont toutes concentrĂ©es dans la rĂ©gion de l’ExtrĂŞme-Nord, frontalière de l’Ă©tat nigĂ©rian du Borno, fief du mouvement terroriste. Les civils sont pour la plupart des villageois, tombĂ©s alors que le Cameroun servait de base de repli et de «rĂ©serves» aux miliciens de Boko Haram. Les raids et les pillages se sont multipliĂ©s en 2013 et 2014, notamment pour s’emparer de vĂ©hicules, d’armes et surtout de vivres. «En 2015, le nombre de boeufs volĂ©s en territoire camerounais s’Ă©lèverait Ă  4200», a affirmĂ© le ministre, prĂ©cisant qu’en 2014 dĂ©jĂ , 1 160 tĂŞtes de bĂ©tail avait «étĂ© volĂ©es».

Plus de 17.000 morts au Nigeria depuis 2009

Face Ă  ces attaques, l’armĂ©e camerounaise a rĂ©agi, dĂ©ployant Ă  partir de 2013, avec un certain succès, l’opĂ©ration Alpha pour sĂ©curiser ses frontières. Mais c’est la mise sur pied, dĂ©but 2015, d’une offensive conjointe des troupes tchadiennes, nigĂ©riennes, camerounaises et nigĂ©rianes qui permettra de rĂ©ellement faire reculer les islamistes et de rĂ©duire l’influence de Boko Haram. TraquĂ©s dans leur repaire, les islamistes vont alors changer de stratĂ©gie, abandonnant les attaques massives dont ils n’ont plus les moyens pour des attentats plus ciblĂ©s.

Le Cameroun est dĂ©sormais confrontĂ© Ă  une vague d’attentats. (…) Lire la suite sur Figaro.fr

SOURCElefigaro.fr
PARTAGER