«L’Algérie dispose de l’outil juridique pour rapatrier les fonds détournés et transférés à l’étranger»

0

Maître Hind Benmiloud, avocate à la Cour suprême et au Conseil d’État algériens, a indiqué devant la presse que la loi anticorruption 01-06 offre à l’Algérie l’outil adéquat pour rapatrier l’argent détourné et transféré à l’étranger.

Lors d’une conférence donnée au forum du quotidien El Moudjahid, à Alger, Maître Hind Benmiloud, avocate à la Cour suprême et au Conseil d’État, a affirmé que l’Algérie dispose de l’instrument juridique approprié pour récupérer l’argent détourné ces dernières années et transféré à l’étranger.

«L’Algérie dispose de l’outil juridique pour rapatrier les fonds détournés et transférés à l’étranger et demander le gel des avoirs douteux pour peu qu’existe une volonté politique pour ce faire», a-t-elle déclaré, selon l’Algérie Presse Service (APS).

L’avocate a précisé que l’outil en question est la loi 01-06 relative à la lutte contre la corruption, inspirée «mot à mot» de la convention internationale en la matière.

Insistant sur la nécessité de traiter les dossiers de corruption avec rigueur et professionnalisme, loin des passions, Me Benmiloud a souligné que «cela va être difficile». «Et en tant que juriste, j’insiste sur le fait qu’on ne peut s’attaquer à une personne sans un dossier solide à l’appui, la preuve étant essentielle dans les affaires pénales», a-t-elle ajouté, soulignant que «toutes les affaires de corruption, que ce soit en Algérie ou ailleurs, prennent énormément de temps».Évoquant le secret bancaire, considéré souvent comme l’obstacle majeur au rapatriement depuis l’étranger de capitaux illicites, la juriste a expliqué que depuis quelques années cet obstacle «cède devant les impératifs juridiques», y compris dans un pays comme la Suisse réputé pour cultiver le respect de la confidentialité bancaire.

Dans un entretien accordé à Sputnik, Ali Benouari, ancien ministre algérien du Trésor et expert international en finances, a affirmé que la vague d’arrestations qui a commencé à déferler dans le pays «doit s’étendre aux présidents de banques, complices de l’évasion de plusieurs dizaines de milliards de dollars vers l’étranger».Dans une autre intervention, en 2015, au quotidien algérien El Watan, suite au scandale connu sous le nom de SwissLeaks, M.Benouari avait affirmé que «les estimations des fonds placés à l’étranger, liés à la corruption et à la surfacturation, dépasseraient les 100 milliards de dollars depuis le début des années 2000, tandis que les fortunes algériennes établies à l’étranger seraient de près de 200 milliards de dollars».

Source: https://fr.sputniknews.com

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here