Entretien avec Aly Touré le point focal du PDES à Sikasso

0

 Nous serons au second tour des prochaines Présidentielles si les conditions de transparences sont réunies comme le réclame toute la classe politique nationale et nous pensons être au nombre des dauphins du Président sortant Amadou Toumani Touré affirme sans ambages  M. Aly Touré du PDES de Sikasso.

Après la tournée politique dans certaines localités du Kénédougou qui a permis d’échanger avec le plus grand nombre de militants des villages les plus reculés par une forte délégation du parti pour le développement économique et la Solidarité conduite par le président Hamed Diané Séméga, notre reporter s’est entretenu avec M. Aly Touré  point focal du PDES à Sikasso sur l’avancement de l’implantation des cellules de base du Parti dans la troisième région. Lire…

Le National : Pouvez-vous, vous présentez à nos lecteurs ?
Aly Touré 
: Merci, je suis M. Aly Touré, le secrétaire général du comité de Sikasso, le point focal du cercle de Sikasso, le coordinateur adjoint du PDES à Sikasso. Je suis également le secrétaire national chargé de planification de l’aménagement du territoire au bureau national du PDES.

Le National : Vous venez d’effectuer une tournée dans la région de Sikasso. Quel est l’état d’avancement de l’implantation du parti pour Développement Economique et la Solidarité (PDES) dans la 3ème région.
Aly Touré : Nous avons en effet effectué une tournée dans la région de Sikasso du 17 au 19 août 2011. La  forte délégation du Parti était conduite par le président du PDES, M. Hamed Diané Séméga. Aujourd’hui nous pouvons dire que nous sommes à 60% d’implantation des sections de base, c’est-à-dire des cellules, des comités dans la région de Sikasso. Mais, si on prend les cercles de Yorosso nous sommes à 95%, Kadiolo à 95% le cercle de Sikasso nous sommes à 85%. Mais sur l’ensemble de la région nous somme à 60%. Ce qui a été apprécié par président du parti lui même. A Sikasso, on a mis en place 33 comités de bases. Avec la fin du mois de carême, nous allons poursuivre le travail de mise en place des structures du Parti par la mise en place du bureau de coordination du cercle de Sikasso ; suivra ensuite celui de Yorosso, Kadiolo. C’est par les cercles que nous voulons boucler cette opération d’implantation des comités de bases.  J’avoue que ce n’est pas facile, mais Dieu merci, sur plus de deux milles villages dans la région de Sikasso nous avons pu couvrir 489 villages du cercle de Sikasso. Nous avons plus de 60% de cellules dans ces villages.

Le National : Quelle est votre grande satisfaction après cette tournée dans le cadre de la mobilisation ?
Aly Touré :
En ce qui concerne la mobilisation, nous sommes largement satisfaits car j’ai pu apprécier moi-même le travail que nous avons abattu sur le terrain avant l’arrivée de la délégation. C’est donc satisfait de ce travail préparatoire que nous avons fait venir le président pour qu’il apprécie lui-même le degré de mobilisation. Ce souhait a été exprimé il ya 3 mois quand nous avons demandé au président Hamed Diané Séméga de venir constater l’état d’avancement de la mise place des cellules du Parti. La confiance n’exclut pas le contrôle. Cette mobilisation a été totale, il n’y avait ni pagnes PDES, ni T-shirts, la population a répondu spontanément à l’appel pour accueillir la délégation. Partout où elle a passé, le Président Seméga et sa délégation ont apprécié l’ambiance qui prévalait le long du parcours. Nous avons voulu tester pour voir non vrai militants dans la région du Kénédougou. Tout ce qu’on peut dire à Sikasso le PDES bouge à grand pas.

Le National : Est-ce que à Sikasso vous avez déjà pensé à choisir un candidat pour les élections présidentielle de 2012 prochain ?
Aly Touré : Nous sommes un parti politique et la coordination du cercle de Sikasso n’est qu’une structure de base au niveau regional. Nous n’avons pas réfléchi sur le choix du candidat parce que le parti n’a pas demandé cela. Une fois de plus, on n’a jamais demandé aux coordinations régionales de proposer un candidat encore moins demander à celles de faire les primaires comme ça se fait dans d’autres partis. Le parti PDES n’est pas à ce stade pour le moment. Pour l’heure, l’objectif principal c’est de poursuivre l’implantation des cellules à travers le pays et à l’extérieur et de préparer la conférence nationale qui aura lieu du 27 au 30 octobre 2011. C’est à partir de cette conférence nationale qui regroupera l’ensemble des délégués des 49 cercles du Mali et des six communes de Bamako qu’on pourra discuter du choix du candidat du parti. Vous comprenez donc que Sikasso seul ne peut pas choisir un candidat pour le parti. Mais il y a des agitations ça et là de certaines  personnes par rapport au choix du parti. Pour le moment le parti  ne s’est pas prononcé sur la question du choix de son candidat aux Présidentielles de 2012.

Le National : Quelles sont les motifs réels qui ont poussé le président Sémega à conduire la délégation durant cette tournée ?
Aly Touré :
Vous savez Sikasso est une région particulière pour les amis du président Amadou Toumani Touré. C’est également un symbole parce qu’il ne faut pas oublier  que c’est dans cette région qu’ATT a fait le 10 mars 2002 sa déclaration de candidature aux présidentielles de 2002. C’est également la région qui a la plus grande densité démographique au Mali. La preuve entre autres Koutiala seul qui compte 6 députés, Sikasso 7 députés, Bougouni 4 députés. En plus des 7 cercles qui compose la région de Sikasso et 147 communes. C’est la seule région qui a ce nombre de communes. Voilà quelques facteurs qui ont poussé le président Hamed Diané Séméga a effectuer cette tournée dans région du Kénédougou.

Le National : Quelle est la force du PDES pour les élections présidentielle de 2012 ?
Aly Touré : Nous sommes convaincus que le PDES au regard des cadres qui animent le parti de la 1ère région en passant par le district jusqu’à la 8è région a un atout politique majeur. S’il s’agit des potentielles humaines, nous sommes convaincus qu’aux élections présidentielles de 2012 et dans les conditions de transparence souhaitées par toute le classe politique le PDES a de grandes chances de se retrouver au deuxième tour des élections et même être le dauphin de notre idole ATT si bien entendu le parti décidait de se lancer dans la course. Puisque partout les militants sont engagés et déterminés pour la cause du PDES. Nous sommes avec le président ATT il ya dix ans nous savons que son soutien ne ferra pas défaut. C’est une question qu’on ne doit pas se poser.

Entretien réalisé par Boubèye Maïga

Commentaires via Facebook :

PARTAGER