Me Tapo à propos de la création de l’organe unique de gestion des élections : « Sa mise en place est impossible compte tenu du délai imparti »

1

Le président du Mouvement pour la renaissance du Mali ( MOREMA) Me Kassoum Tapo que nous avons rapproché a donné son avis sur l’actualité du pays. Il nous livré ses impressions par rapport à ce qu’il considère comme des solutions pour sortir le Mali de l’ornière. Entretien

22 Septembre : Que pensez vous de la création de l’organe unique de gestion des élections ?

Kassoum Tapo : Pour l’organisation des élections présidentielles de 2022, nous avons voulu qu’elle soit gérée par un organe unique. C’est une décision politique qui a été prise lors du Dialogue National Inclusif et non par les Autorités actuelles de la transition. C’est le Dialogue National Inclusif, tenu en 2019 qui avait recommandé d’aller vers la mise en place d’un organe unique de gestion des élections. Mais en son temps, qui pouvait imaginer qu’on serait là où nous sommes aujourd’hui ? Ce n’était pas l’objectif du dialogue de préparer la transition. Alors, on peut se poser la question. Est ce qu’on peut créer un organe unique de gestion des élections pour organiser les élections dans le délai réparti ? C’était l’objectif de la rencontre organisée par le ministre de l’Administration territoriale tenue au CICB. Les débats ont permis de décider par la quasi-totalité des participants de renforcer la CENI qui a la mission de superviser les opérations de vote et de la doter d’un pouvoir robuste. En gardant les autres structures intervenant dans le processus électoral tels que le ministère de l’Administration territoriale, la DGE. Nous avons fait cette recommandation qui sera vraisemblablement adoptée par les autorités de la transition.

22 Septembre : Quelle est votre position personnelle par rapport à la création de l’organe unique de gestion des élections ?

K.T: Je l’ai dit, d’ailleurs je suis le premier à dénoncer la mise en place de cet organe pour les futures élections car le délai imparti est court. J’avais proposé qu’on renforce la CENI pour pouvoir contrôler le ministère de l’Administration c’était ma proposition et cela a été adopté lors de l’atelier de réflexion au CICB sur la question à l’unanimité par la classe politique.

22 Septembre : Comment se porte le MOREMA et quel est son agenda politique ?

K.T: Nous avons créé le MOREMA, il y’a juste quelques mois mais il se porte bien aujourd’hui. Il y’a des jeunes et femmes qui ont adhéré à ce mouvement car sa vision est bonne.

Ce mouvement a suscité beaucoup d’engouement chez les maliens. Les jeunes ont vu qu’il y a la nécessité de refonder l’Etat dans les domaines sécuritaires, politiques et de la gouvernance. Il est nécessaire aujourd’hui qu’il ait un sursaut national. Le MOREMA veut poser des jalons du Mali nouveau. Nous sommes en train de mettre en place des bureaux dans les différentes communes de Bamako et bientôt ce sera à l’intérieur du pays. Nous irons à Mopti où je suis natif, ensuite à Ségou, puis Sikasso et Kayes.

22 Septembre : Est ce que le MOREMA aura un candidat à l’élection présidentielle où il soutiendra un candidat ?

K.T: Pour le moment, ce n’est pas non agenda. Cela n’est pas à l’ordre du jour. J’ai fait un droit de réponse à un confrère. Ce mouvement n’appartient pas une seule personne. Ni moi, ni une autre personne. Pour ma part, je suis un militant de l’Adema, je milite à la section de Mopti. Mon parti c’est l’Adema et je reste Adema.

22 Septembre : Quelle est la position du MOREMA par rapport à la transition ?

K.T: Je l’ai dit . Cette transition nous a été imposée par la classe politique. La transition n’a pas vocation de gérer un pays. La rue ne peut pas être source de pouvoir. Malheureusement certains politiciens nous ont conduits dans cette situation. Mais aujourd’hui, nous ferons tout ce qu’il faut pour sortir notre pays de cette situation. Il y a un délai qui a été arrêté par les Forces vives qui se sont retrouvées pour élaborer la Charte de la transition, contrairement à ce qu’on entend par ci et par là. Ce n’est pas la communauté internationale qui a fixé le délai à 18 mois. Ce sont les Forces vives de la nation qui décidé à 18 mois la transition. Elle a pour une mission essentielle, l’organisation des élections. Quand un président démocratiquement élu sera au pouvoir, il va s’occuper des réformes. Nous sommes disposés à accompagner la transition. Elle n’a aucune légitimité de refonder l’Etat, faire des réformes institutionnelles, politiques et administratives. Il faut qu’on retourne vers le people, afin qu’on ait un président légitime. Celui qui aura le soutien du peuple pourra engager les réformes.

22Septembre: Étant un acteur de l’avènement de la démocratie au Mali, Quel conseil avez vous à donner aux autorités de la transition ?

K.T: Je répète, la transition n’a pas vocation à gérer un pays. Alors, je conseille aux jeunes officiers dont je comprends leur intervention de tout faire pour respecter le délai de la transition. Je n’ai pas dénoncé ce coup d’Etat comme en 2012 parce que cette fois ci, c’est la classe politique qui l’a voulu et a tout fait pour nous conduire où nous sommes aujourd’hui. Il faut qu’elle assume. Il faut qu’on sorte de cette situation et qu’on ait des autorités légitimes.

22 Septembre: Quel est votre mot de la fin ?

K.T : Je vous remercie d’avoir effectué le déplacement pour recueillir mes impressions en tant que président du MOREMA. Je vous remercie de m’avoir permis de parler de mon mouvement (MOREMA). Je souhaite que mon pays, le Mali retrouve la cohésion qui l’a toujours caractérisé.

Entretien réalisé par

 Seydou Diamoutené

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. TAPO est un farfelus, c’est lui seul qui connait pourquoi il a crée cette association MOREMA qui n’a aucun sens. Compte-t-il sur les subsides du financement public des partis politiques ? Prévenez le tout de suite, il n’y aura pas d’argent à jeter par la fenêtre pour cette fois. Ce monsieur se vante d’être membre du barreau de Paris, qu’il aille en France pour chercher de l’argent s’il est homme, si ses testicules ont rempli sa culotte. Ce monsieur ne pense qu’ARGENT.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here