Nioro du Sahel le Gouverneur parle : « On ne peut pas prétendre être religieux, fréquenter la mosquée cinq fois par jour et venir… »

4

Le Gouverneur de la région de Nioro du Sahel, le colonel major Aly Anadji a accordé une interview à notre correspondant le mois dernier. Dans cet entretien le chef de l’exécutif de la cité religieuse parle de la transition en cours dans notre pays, sa mission, de la cohésion sociale et la paix dans sa région, le chômage des jeunes,  la sécurité des populations et surtout la scolarisation  des jeunes filles car selon lui, ce que le savoir n’a pas protégé ce n’est pas  l’ignorance qui va le protéger. Donc il appelle les populations à la tolérance au travail et au vivre ensemble pour un développement harmonieux de la nouvelle région administrative de Nioro. Lisez  plutôt.       

ENQUETEUR : Depuis  le mois de février 2021, vous êtes ici à Nioro du sahel en qualité de gouverneur de cette nouvelle région, c’est dans quelles conditions vous exécutez votre feuille de route afin d’accomplir la mission qui vous a été assignée ?

Gouverneur : Ma feuille de route est celle de la transition qui concerne le Mali. Je suis arrivé à Nioro et trouvé une population disposée à m’accompagner, une population animée d’une réelle volonté  de développer leur région , donc j’estime être très heureux parce que déjà, j’ai eu un terrain fertile pour l’exécution de ma feuille de route et mon projet qui est un projet de développement de la région de Nioro du Sahel , développement dans tout les sens .Donc , cette feuille de route , je suis entrain de l’exécuter avec la population, pour la population que j’exhorte à fournir plus d’effort et d’engagement dans le domaine de l’agriculture et de l’éducation surtout l’éducation des filles. Il est coutume de dire que celui qui a le savoir a deux forces, la force de savoir et la force physique et les deux forces associées pourrons permettre à la région d’avancer et si j’ai insisté sur la scolarisation des filles , c’est parce que , ce sont elles les futur mères   et j’espère que chaque maman et chaque papa souhaitent un bon mari pour leur fille  et le premier mari qui ne divorce pas qui n’insulte pas et qui ne dénigre surtout  pas les parents , c’est le diplôme et c’est le lieu de dire ce que le savoir n’a pas protégé ce n’est pas  l’ignorance qui va le protéger , donc permettez aux filles d’aller à l’école dans la règle de l’art , dans la discipline et dans le respect de nos us et coutumes.

 ENQUETEUR : Monsieur le gouverneur, quelles ont été vos priorités dès votre prise de fonction ?

GOUVERNEUR :  Mes priorités sont les priorités de la population de Nioro du Sahel .J’ai Calqué mes priorités aux besoins réels et immédiats de la région de Nioro du sahel  et de sa population, c’est d’abord œuvrer pour la matérialisation de la région. C’est à dire, le contour et le contenu, ce qui est déjà fait également la réconciliation de la population de la  région de Nioro du sahel avec elle-même et cela est déjà en cours. Nous nous félicitons que beaucoup ont compris que dans ce Mali , nous sommes tous égaux devant la loi et devant le devoir ce qui est très important. Donc en résumer, mes priorités aujourd’hui, c’est la santé, nous aurons très prochainement un hôpital d’une très grande envergure. La santé pour les mamans, doter la région d’un personnel médical à hauteur  des besoins. Ma priorité, c’est aussi l’éducation c’est dans ce cadre que j’ai évoqué l’encouragement  des jeunes filles à aller à l’école. Ma priorité c’est aussi et surtout l’agriculture. Il  y a des métiers qui ont été dénigrés par méconnaissance. Un agriculteur ne doit pas rabaisser quelqu’un. Un agriculteur doit être fier de l’être. Donc je souhaite et je demande aux medias  d’anoblir certains métiers en montrant à l’opinion locale et nationale que ces métiers sont nobles et tout comme leurs exercices, ça ne diminue pas  notamment l’agriculture, l’élevage tout ces métiers comme tout les autres métiers artisanaux ne  doivent pas constituer un dénigrement, c’est dans ce sens que je dis que mes priorités sont les priorités de la population de Nioro du Sahel.

Enquêteur : Venons en à la régionalisation de Nioro du Sahel l’aboutissement d’un projet qui était  impatiemment attendu par les populations qui aujourd’hui se posent la question intrigante de savoir si  l’Etat malien est encore suffisamment prêt pour l’effectivité de cette régionalisation quand on sait que vous-même vous êtes en location et nous ne voyions pas encore certains services administratifs en fonction ?

GOUVERNEUR : Je m’en vais vous dire que la région de Nioro ne se résume pas à son nom ou à son cadre administratif .La région , c’est avant tout la population de Nioro du Sahel et je crois que la population de Nioro du sahel est suffisamment mure pour cette régionalisation et si les hautes autorités ont pensé à cette régionalisation et inclure Nioro du Sahel , c’est que à l’analyse, Nioro a démontré ses compétences et ses capacités d’être une région, le reste est aux mains des populations de la région de cette circonscription administrative. S’agissant des représentants de l’Etat et des services régionaux, certains sont sur place, certains  ont été nommés et les préparatifs pour  leurs arrivés à Nioro est en cours. Vous avez parlé de la location, je crois que, un citoyen responsable  doit utiliser les moyens de bord  pour venir travailler et exécuter sa mission. Si on reste toujours à attendre le confort, je pense que ce n’est pas normal, donc je suis là au nom de l’intérêt de la région et l’intérêt de la nation Malienne parce que, aujourd’hui je suis en location mais c’est en attendant la construction qui est en cours , donc s’il faut pénaliser la région et la population de Nioro du sahel en attendant que les constructions soient faites  cela n’est pas logique .Il faut venir travailler simultanément avec la construction des bâtiments qui sont déjà là.

 ENQUETEUR : Dans votre discours du 22 septembre 2021, vous avez évoqué l’aspect sécuritaire en demandant de par la même occasion l’implication des populations à soutenir les forces de l’ordre les faisant comprendre qu’ en le faisant, c’est pour leurs propres sécurités. Quelles sont les dispositions prisent par le gouvernement pour rassurer ses populations quand à l’accomplissement de la mission régalienne de ces  forces de l’ordre ?

GOUVERNEUR : Merci pour cette question pertinente mais, il faut se dire que le Mali a traversé et continu de traverser une période de turbulence, une période d’insécurité comme d’ailleurs dans d’autres pays .Chaque Pays au monde connait sa part d’insécurité et pour ce qui concerne la région de Nioro du Sahel, à comparer à d’autres région, la région de Nioro doit se féliciter

Les  Forces de défenses et de sécurité sont à pied d’œuvre pour cette mission de sécurisation des personnes et de leurs biens, certes il y a des actes de banditisme dans certains endroits qui se soldent souvent  par des morts d’hommes mais cela ne doit pas nous décourager et nous distraire, nous sommes là et d’autres forces viendront renforcer ceux qui sont là pour cette mission. Ce que je peux dire aux populations, c’est de collaborer et de coopérer avec les forces de défense et de sécurité pour leur sécurité parce que les agent de la sécurité sont en armes et ils prennent cet outil de défenses légitime pour défendre ses populations , j’estime donc  que ces populations doivent être heureuses d’avoir des personnes à leurs côtés pour les sécuriser , alors, ils doivent les aider en terme de collaboration et cela va améliorer les conditions de vie et de sécurité de la région de Nioro du sahel.

ENQUETEUR : Qu’avez-vous prévu pour une éventuelle possibilité de régler le problème de chômage des jeunes de cette région sahélienne ( Nioro ) ?  

GOUVERNEUR : Merci, c’est une question qui s’invite à tous les débats dites vous que ces chômeurs sont catégorisés .Il y a ceux qui resteront éternellement au chômage   parce que, ils n’ont pas pris le chemin du travail. Je m’explique, d’habitude on ajoute les jeunes diplômés si quelqu’un a eu sa spécialité, il peut être chômeur ailleurs mais pas à Nioro du Sahel  parce que sa spécialité n’est pas là  donc il n’est pas chômeur à Nioro du Sahel. Ceux qui veulent travailler doivent aller à des formations professionnelles en attendant l’embauche correspondant à leurs spécialité .Certainement  certains m’ont parlés de juristes, d’économistes, mais ceux-ci ne peuvent pas se dire être chômeurs. Un chômeur  c’est celui qui a un métier et qui ne parvient pas à l’exercer. Il n’est pas chômeur celui qui peut aller à l’agriculture et il ne cultive pas. Il y a le chômage volontaire, il ne faut pas fuir le mot. On ne peut pas avoir des opportunités qui peuvent engendrer des revenus et rester indifférent en attendant d’être embauché par x ou y. Dans certains pays du monde, être à la fonction publique constitue une peine. Il faut que chacun soit autonome et dans sa propre entreprise.

En résumé, nous avons prévu des formations professionnelles  pour pouvoir permettre aux jeunes d’avoir des métiers à exercer dans leurs Villages , arrondissements et cercles en attendant qu’ils aient la possibilité d’exercer le métier de leur spécialité. Certains se disent chômeurs et continus à plaider et à constituer un fardeau dans leurs familles  pendant qu’ils peuvent cultiver. Ils  peuvent faire des entreprises de plusieurs genres à savoir entre autres, l’élevage, la pisciculture, mais je constate que se dire chômeurs maintenant, les gens en ont pris goût et ils commencent à faire de cela un refuge pour leurs mauvaises volontés de travailler. ‘’ Je répète, n’est chômeur que celui qui n’a pas la possibilité d’exercer un métier ou celui qui a la possibilité d’exercer un métier mais qui n’a pas les moyens de démarrer’’, il doit œuvrer et nous sommes là pour les aider. Il y aura des formations professionnelles et des kits d’accompagnement qui vont permettre à ceux qui vont apprendre certains métiers d’avoir avec quoi démarrer.

Je voudrais tout simplement dire aux jeunes de Nioro du sahel, que la région de Nioro du Sahel contient beaucoup d’opportunités et nous comptons sur eux, ils peuvent aussi compter sur l’accompagnement du gouvernement mais se doter d’une volonté réelle de travailler et non pas continuer de jouer la victime. Certains ont pris cette habitude de jouer le rôle de la  victime et, ils savent très bien jouer ce rôle.

ENQUETEUR : Nous sommes presque au terme de notre entretien mais avant de nous quitter, quel est votre message à l’endroit des Niorois ?

GOUVERNEUR : Les conseilles que j’ai ou l’appel que j’ai à l’endroit des populations de Nioro du Sahel , c’est d’abord de leurs dire de se rappeler que le Mali nous appartienne  tous et que aucun ressortissant d’un autre pays ne viendra à nous pour nous développer ou nous sécuriser ou pour améliorer nos conditions de vie, c’est à nous de travailler et d’œuvrer à cela. Je veux également les rappeler le caractère sacré de l’article 2 de la constitution du Mali de 1992 qui dispose  que tout les Maliens naissent et demeurent libres et égaux en droit et en devoir, toute discrimination fondée sur l’origine sociale, la couleur, la langue, la race, le   sexe, la religion et l’opinion politique est prohibée, donc tout ceux qui se mettront en porte à faux à cet article, s’exposerons aux sanctions qui s’imposent. Notre religion l’islam nous recommande la cohésion sociale, la fraternité, le vivre ensemble donc personne n’est au dessus de l’autre. Je leurs demande d’œuvrer à cette cohésion et à ce vivre ensemble parce que , on ne peut pas prétendre être religieux , fréquenter la mosquée cinq fois par jour et venir se mettre en porte à faux avec un pilier fondamental de la religion qui est le respect  de son frère musulman, de son intégrité physique et morale ainsi que le respect de sa propriété donc que les populations de Nioro du sahel sachent , qu’il est temps de prendre conscience  que certaines tâches ou traditions ne sont plus compatibles avec les données d’aujourd’hui , avec les données d’un état démocratique.

Malick Gaye, depuis Nioro

Commentaires via Facebook :

4 COMMENTAIRES

  1. Monsieur le gouverneur, savez-vous qu’en 1850, Nioro était la capitale du Kaarta Bamanan Massassi, de patronyme Coulibaly, et qu’il n’y avait pas de vocable “Nioro du Sahel”?
    Savez-vous à quel prix il est tombé sous la coupe des djihadistes d’El Hadji Omar Tall ? Pas moins de 10 000 morts? Lisez l’histoire et vous saurez les gérer ce territoire où les derniers tentent, par le biais de la religion et de la violence, de devenir les premiers.

  2. ” …ENQUETEUR : Nous sommes presque au terme de notre entretien mais avant de nous quitter, quel est votre message à l’endroit des Niorois ?

    GOUVERNEUR :
    … Je veux également les rappeler le caractère sacré de l’article 2 de la constitution du Mali de 1992 qui dispose que tout les Maliens naissent et demeurent libres et égaux en droit et en devoir, toute discrimination fondée sur l’origine sociale, la couleur, la langue, la race, le sexe, la religion et l’opinion politique est prohibée, donc tout ceux qui se mettront en porte à faux à cet article, s’exposerons aux sanctions qui s’imposent. Notre religion l’islam nous recommande la cohésion sociale, la fraternité, le vivre ensemble donc personne n’est au dessus de l’autre. Je leurs demande d’œuvrer à cette cohésion et à ce vivre ensemble parce que , on ne peut pas prétendre être religieux , fréquenter la mosquée cinq fois par jour et venir se mettre en porte à faux avec un pilier fondamental de la religion qui est le respect de son frère musulman, de son intégrité physique et morale ainsi que le respect de sa propriété donc que les populations de Nioro du sahel sachent , qu’il est temps de prendre conscience que certaines tâches ou traditions ne sont plus compatibles avec les données d’aujourd’hui , avec les données d’un état démocratique… ” …///…

    :
    Monsieur le GOUVERNEUR,
    On espère que la POPULATION de NIORO vous a entendu.
    On espère que votre Collègue GOUVERNEUR de la Région esclavagiste ( de par ses chefferies traditionnelles ) de KAYES est dans le même état d’esprit que vous. Et qu’il aura lui aussi le même courage de donner ce genre de conseils. Plutôt que de se contenter de paroles diplomatiques qui ne dissuadent les esclavagistes, en parlant de coutumes traditionnelles. Une façon de ménager la chèvre et le chou.

    Vivement le Mali pour nous tous à égalité de Droits et de Devoirs.

  3. ama tu es toujours fachee, laisses la racune a cote et aides le Mali a sortir du goufrre ou il a ete mis par Boua le ventru IBK et ses regimes. Merci d’avance!

  4. Mon colonel laisse cette affaire de mosquée , Dicko ne loge pas pratiquement dans la mosquée ? Et le chaos dans lequel nous nous trouvons n’est pas le fait de ces religieux dont son protecteur le chérif de Nioro ? Les plus grands voleurs de ce pays ne fréquentent ils pas la mosquée ? Les criminels du Nord ne font ils pas au nom de la religion musulmane ?Ces faux politiciens qui ont ruiné ce pays ne vont pas à la mosquée ? Même des colonels félons ne vont ils pas aussi à la mosquée ? Ces syndicalistes qui prennent l’école malienne en otage ne fréquentent pas aussi la mosquée ?Et ces agents de la santé qui refusent de soigner les malades dans les structures sanitaire publiques sauf dans les cliniques ne vont ils pas à la mosquée?

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here