Mahamadou Diagouraga, président du Comité de Suivi del'Accord d'Alger : l'Alliance est toujours à Kidal""

0

Avant hier une dépêche d’une Agence de presse annonçait le retrait des représentants de l’Alliance des insurgés du Comité de suivi de l’Accord d’Alger, dont le siège est à Kidal. Le Contrôleur général de police, Mahamadou Diagouraga, Président dudit Comité, que nous avons joint hier à Kidal, dément l’information.

Hier, à 15 heures nous avons pu joindre par téléphone (à Kidal) le Président du Comité de Suivi de l’Accord d’Alger, Mahamadou Diagouraga qui venait de présider une réunion de cette structure chargée de veiller à l’application et la mise en oeuvre de l’accord signé, le 4 juillet dernier, entre le gouvernement malien et les insurgés de Kidal. Diagouraga est formel : "les représentants de l’Alliance sont ici (à Kidal). Nous venons tout juste de terminer notre réunion quotidienne".
La réunion d’hier du Comité de suivi avait pour principal ordre du jour : l’élaboration du premier rapport trimestriel d’activités. En effet, le Comité est fonctionnel depuis le 11 août 2006. Cela fait trois mois que Diagouraga et son équipe sont à Kidal afin d’y ramener la paix.

Dans ce sens, l’officier de police admet l’existence de difficultés : "c’est un long processus qui ne va pas sans difficultés. Si ces difficultés n’existaient pas, nous ne serions pas là. Mais notre mission est aussi de les surmonter à chaque fois qu’elles se présentent".

Le Président du Comité de Suivi, reconnaît que la semaine dernière, il y avait effectivement quelques "petits problèmes", mais ils ont été aplanis, précise-t-il.

"Ce sont donc ces petits problèmes qui sont souvent amplifiés par certains. Mais dans quel but ?", s’interroge Mahamadou Diagouraga.

Pour ce qui est du cantonnement des combattants de l’Alliance, le contrôleur général de police, indique qu’une délégation de cette organisation était à Alger. Cette délégation a quitté Tamarasset, le mardi 14 novembre, pour rejoindre Tegharghat (base des insurgés).

Les représentants de l’Alliance siégeant à Kidal doivent rejoindre leur base les jours à venir pour discuter avec leurs responsables des modalités du cantonnement.

C’est après qu’une date sera fixée en accord avec les autorités. Mais avant, le contrôleur général de police rassure : "le processus de paix à Kidal est enclenché et il ira jusqu’au bout".

Aussi, Diagouraga indique que les populations ont commencé à revenir dans la ville. Et pour les rassurer, l’armée a commencé à alléger son dispositif. "S’il y avait des problèmes, c’est tout le contraire qui allait se produire" précise l’officier de police.

C.H Sylla

Commentaires via Facebook :

PARTAGER