Opération française : Polémique autour des soldats touaregs comme éclaireurs

10
L’opération Barkhane est un cheval de Troie pour le Mali

Même si le nombre n’est pas connu, les soldats touaregs de l’armée malienne qui servent aux côtés de la force française de Serval à Barkhane font parler d’eux. L’AFP a fait un reportage sur ces hommes qualifiés des chiens de chasse.

 

Soldats touaregs de l’armée malienne restés fidèles à Bamako, ce sont les éclaireurs de l’opération française Serval : assis à six sur le plateau autour de la mitrailleuse, trois de chaque côté les jambes pendantes, deux à l’avant, ils accompagnent partout, dans le Nord du Mali, les forces françaises et leur servent d’interprètes, de guides, de combattants à l’occasion.

Derrière son chèche blanc et ses fausses Ray-Ban, l’adjudant Alo Mazzak Ag Namaka attend que ses hommes aient terminé de faire le thé vert, assis à l’ombre d’un acacia dans la vallée d’Inaïs, au nord-est de Gao. “Avant le coup d’Etat à Bamako cela allait, on tenait face aux terroristes”, dit-il. “Mais ensuite nos ennemis étaient trop nombreux, les armes sont venues de Libye, on ne pouvait plus rien faire. Alors on est partis”.

Menés par leur chef, le colonel-major Alaji Ag Gamou (aujourd’hui général de brigade, Ndlr), ils étaient environ 400 à s’être repliés en mars 2012 au Niger voisin après avoir été défaits par les groupes armés, notamment les indépendantistes touaregs du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA).

Ils étaient de retour moins d’un an plus tard, dans le sillage des victoires françaises. Depuis, Paris a compris ce qu’ils pouvaient apporter et chaque unité tricolore est accompagnée dans ses offensives par une vingtaine d’entre eux. Ils savent où il faut aller, se portent à l’avant, observent, reconnaissent, parlent à la population.

Pour le colonel Bruno Bert, qui commande depuis près d’une semaine le ratissage de la vallée d’Inaïs, fief du groupe islamiste Mujao (Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest), leur apport est précieux. “Ce sont nos éclaireurs”, dit-il. “Ils ont une connaissance intime du terrain et de la population”.

 

Des hommes de terrain

“Ils nous aident par exemple à trouver les pistes secondaires, moins susceptibles d’être minées. Nous avons nos moyens topographiques, mais rien ne remplace la connaissance humaine. L’autre jour, un homme nous a semblé avoir un comportement suspect. Ils nous ont dit non, c’est normal, c’est une activité agricole”.

En milieu d’après-midi les blindés français approchent du village d’Inaïs. Avant d’y pénétrer, ils installent sur trépieds un haut-parleur. Un officier tend à un Touareg une feuille de papier sur laquelle il a écrit : “Les terroristes font votre malheur. Ne les aidez pas ou vous serez complices. Ne gênez pas les opérations en cours. Montrez-nous les caches d’armes”.

L’éclaireur prend la feuille, traduit dans le micro d’une voix impérieuse en tamashek, la langue des Touareg.

A la tombée du jour, deux autres pick-up arrivent en trombe près d’un poste de commandement français. L’adjudant-chef Aman Ag Nani et ses hommes vont s’installer pour la nuit. On leur apporte des rations de combat, des cartons d’eau minérale. “On connaît tout le Nord du Mali”, dit-il en souriant sous sa grosse moustache. “Dans chaque équipe, il y a un ou deux des nôtres qui est du coin. Nous savons tout. Les gens peuvent mentir et cacher des choses aux Français. Pas à nous”.

“Nous servons surtout de guides, mais s’il faut se battre nous sommes là. Nous ne laissons pas notre place. Pourquoi on la laisserait ? Quand quelqu’un est venu t’aider, pourquoi le laisser combattre seul ?”

Il verse trois cuillères de sucre dans la théière de fer blanc. Derrière lui le plateau du Land Cruiser déborde : un fût de 500 litres pour le carburant, des bidons d’eau que l’on siphonne au besoin, caisses de munitions, nattes et couvertures pour la nuit, branches de bois mort pour le feu.

Il est originaire de Kidal, berceau des Touareg maliens, ville en principe contrôlée par les rebelles du MNLA et une centaine de soldats français.

“En fait, ce sont les mêmes terroristes. Ils ont échangé le drapeau d’Ançar Eddine (groupe islamiste armé) ou d’Aqmi contre celui du MNLA”, affirme-t-il. “Ils peuvent tromper les Français, mais pas nous. Nous les connaissons tous, un par un”.

Si c’est une évidence que des éléments de l’officier loyaliste sont au service de la force française, il n’en demeure pas moins que des vraies interrogations et débats entourent leurs missions. Et le fait que seuls des militaires touaregs qui ont été choisis pour mener ces genres d’opérations intriguent au sein même de l’armée. D’où la clarification qui s’impose de la part du partenariat est même de rassurer les plus sceptiques.

A. M. C. avec AFP

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

10 COMMENTAIRES

  1. Normal…et nécessaire…intelligent…On aimerait en savoir plus sur le Gatia arrivé au bon moment et efficace.
    Quand on sait ce que l’on veut il faut choisir les bons moyens ..Dans d’autres territoires la france travaillera avec les populations du lieu …

  2. Où est le problème ici? Cest parfaitement logique que les forces françaises utilisent ce genre d’éléments pour les aider à ne pas tomber dans l’erreur etc… On peut aussi recruter quelques éléments Sonrais et quelques éléments Peuls, vu qu’ il y a plusieurs zones au nord où ce n’est pas les Tamasheq que l’on deal avec….

    • 🙂 🙂 🙂 🙂 🙂 🙂 🙂
      NOTRE INTELLECTUEL , APRES BEAUCOUP D ‘ERRANCES …..S”EN VIENT A TOUT COMPRENDRE ? ….. UH DIU !
      TOUT ARRIVE !
      IL FAUT SEULEMENT SAVOIR ATTENDRE :
      😆 😆 😆 😆 😆 :lo
      l: 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

  3. CE le gouvernement SARKOZY qu’ à la base de tout çà complicité avec MNLA contre notre pays MNLA terroriste SARKOZY complice point 😀 😀 😀 😀

  4. Enfin un commentaire sensé sur l'aide de la france. Si ce n'etait pas la france tous serais entrain de porter de pantacourt, mais je vois que cela ne derange pas certains maliens vu leur haine insensée contre la france. Encore mille fois merci a la france!!!!

  5. Les Français aimeraient ne pas faire cette guerre si le Mali pouvait le la faire. Ils sont entrain de faire pour nous nous le sacrifice que tout pays fait pour soi-même. Nous pouvons voir le Diable en tout ce que la France fait mais la réalité est que personne ne peut miser sur le guerrier Bambara qui détale au premier coup de feu.🤓 🤓

    • “…le guerrier Bambara qui détale au premier coup de feu”, c’est vrai qu’ils détalent tellement vite que même les 4×4 sont trop lents pour eux 😀 😀 Le Ministère de la defense vient encore de leur offrir des neufs mais bon à la prochaine attaque, ces 4×4 vont se retrouver entre les mains des rebelles.

  6. Je ne vois pas où est le mal à ce que ce ne soit que des touaregs. Primo ce sont eux qui maîtrisent le terrain ( mieux en tout cas que ceux du sud qui connaissent seulement le chemin vers le sud en cas de grigra), secundo ces touaregs ont été fidèles à la République. Je ne sais pas ce que vous voulez de plus. C’est bien de vouloir gagner sa vie en publiant des articles mais pas des torchons.

  7. pourquoi donc etre scandalisé parce que des touaregs servent d’éclaireurs à l’armée française ?? vous trouvez qu’elle n’a pas encore payé assez cher sa présence au Mali ???? Rien que 3 morts la semaine dernière en sautant sur une mine avec un engin blindé . Au moins dans le désert les touaregs sont chez eux et capables d’etre alertés au moindre soupçon . 😮 😮 😮 😮 😮

    • Tient la merrda blanche est toujours vivante… dommage…

      Le seul toubab au monde a avoir fait immigrer une prostituee malienne en franSS, apres un enfant, elle lá jete comme une vielle merrrde blanche quíl est…

Comments are closed.