La Mairie du District en deuil : Moussa Badoulaye TRAORÉ, le Lutteur a LÂCHÉ la rampe

0

La triste nouvelle a rapidement fait le tour de la capitale hier. Le maire du district de Bamako, Moussa Badoulaye Traoré s”est éteint dans la nuit de mardi à la clinique Pasteur.

Il est décédé des suites d”une longue maladie. Les obsèques auront lieu ce matin au domicile paternel du défunt à Niaréla. Doté d”un physique robuste quand la maladie ne l”avait pas encore affaibli, Moussa Badoulaye Traoré aura passé les derniers mois de sa vie à livrer une bataille qu”avant lui personne n”a remportée. Il l”a fait, au début, sans rien laisser paraître avant de céder sur la fin mais, en tentant toujours de donner du change. Né en novembre 1947 à Bamako, il fit ses études fondamentales à l”école de Quinzambougou avant de fréquenter le lycée Prosper Kamara. Il entreprend ensuite des études universitaires à Dakar, à l”Institut fondamental d”Afrique noire dans la section sciences économiques.

Après un début de carrière dans la mécanographie centrale de Bamako, il obtient une bourse qui lui permit d”effectuer des études à l”École supérieure d”informatique de Paris. Ayant reçu une éducation dans la pure lignée des valeurs traditionnelles, celle-ci s”imposa comme bréviaire de conduite au fils de Abdoulaye avant d”inspirer les actions qu”il mena tout au long de sa vie.

Une vie en deux volets dont la première partie a eu, par certains côtés, des relents d”émigration avec cette quasi obsession de la réussite. C”est sans doute ce qui contribua à lui forger ce caractère "d”entêté" qui, plus tard, se révéla une de ses qualités en politique. Moussa Badoulaye Traoré parvint à réussir et s”intégra si bien que dans un premier temps, il s”installa en France même s”il effectuait de fréquents aller-retour entre Niaréla et Corbeil-Essonnes. Il y a travaillé près des deux décennies avant de revenir s”installer définitivement au bercail en 1990. C”est à partir de cette date que "Moïse", comme l”appelait affectueusement ses amis, entamera une seconde vie. Moussa Badoulaye Traoré s”implique activement dans la vie associative puis politique. La même année, il adhère à l”association Alliance pour la démocratie au Mali. Il milite ensuite dans le Parti africain pour la solidarité et la justice (ADEMA-PASJ) et sera élu conseiller municipal en Commune II du district de Bamako.

Entre 1993 et 1997, il est successivement conseiller du District et président du collectif des conseillers municipaux de l”ADEMA-PASJ alors au pouvoir. Cependant son militantisme ne s”accomplira pas sans heurts. Suspendu à la fin des années 90 par la direction de son parti, il connaîtra plus tard, un retour en grâce qui l”amènera lentement mais sûrement à entamer sa remontée vers la surface. Cette remontée conduira à son élection comme conseiller municipal Adema en 2004. Dans la foulée, c”est la consécration. Moussa Badoulaye Traoré est élu par ses pairs Maire du district de Bamako et secrétaire général adjoint de l”Association des municipalités du Mali qui regroupe les 703 communes que compte le pays.
Deux ans plus tard, en septembre 2006, il est lauréat du grand prix international Roch d”or du meilleur maire d”Afrique de l”ouest décerné par l”ONG Africa Development Roch. En février dernier, il avait été décoré par la ville de Corbeil-Essonnes (chef-lieu du canton d”Essonne en France) pour sa gestion exemplaire.

Le maire du District laisse derrière lui 2 épouses et 11 enfants inconsolables. Dors en paix Moussa Badoulaye Traoré !

S. DOUMBIA

Commentaires via Facebook :

PARTAGER