Application de la��Accord : La��ONU met la pression sur Bamako !

2

Pendant que le Centre du Mali connait une situation sA�curitaire dramatique avecA� des centaines de victimes et des milliers de dA�placA�s, la��organisation des Nations-Unies, A� travers le prA�sident du Conseil de sA�curitA�, Christoph Heugsen, se prA�occupe plutA?t pour la mise en A�uvre de la��accord da��Alger. La preuve, ca��est cette dA�claration (sous forme da��ultimatum adressA� aux signataires de la��accord da��Alger) A�manant du siA?ge de la��ONU A� New-York. Dans cette dA�claration, il est clairement A�crit, entre autresA�: A�A�Le Conseil exhorte le Gouvernement malien et les groupes armA�s de la Plateforme et de la Coordination A� continuer da��accA�lA�rer la��application de la��Accord au moyen de mesures sA�rieuses, significatives et irrA�versibles, A� prendre de maniA?re urgente. Il souligne la��importance da��une plus grande appropriation et priorisation de la mise en A�uvre de la��Accord. Il encourage la��adoption par les parties maliennes da��une feuille de route rA�visA�e avec un calendrier clair, rA�aliste et contraignant, portant sur un nombre restreint de prioritA�s, y compris la��aboutissement de la rA�forme constitutionnelle A� la��issue da��un processus de collaboration et de participation, la��adoption da��un plan global en vue da��un redA�ploiement effectif des Forces de dA�fense et de sA�curitA� maliennes rA�formA�es et reconstituA�es vers le nord du Mali, ainsi que la crA�ation de la zone de dA�veloppement des rA�gions du norda��A�A�.

Alors questionsA�: est-ce cette injonction A�manant de la��ONU qui fait trembler le prA�sident IBKA�? Est-ce parce que le Conseil de sA�curitA� et da��autres donneurs da��ordres le veulent que le chef de la��Etat sa��est-il prA�cipitA� A� engager le processus de rA�vision constitutionnelle, malgrA� le dA�saccord autour de ce projetA�? Le voile se lA?ve A� la lecture de la dA�claration du prA�sident ConseilA� de sA�curitA�. Voici la��intA�gritA� de cette dA�claration.

Le Conseil de sA�curitA� rappelle la rA�solution 2423 (2018) dans laquelle il a exhortA� le Gouvernement malien et les groupes armA�s de la Plateforme et de la Coordination A� prendre immA�diatement des mesures concrA?tes pour appliquer des dispositions clefs de la Feuille de route adoptA�e le 22 mars 2018 sur une pA�riode de six mois.

Le Conseil prend acte du rapport du SecrA�taire gA�nA�ral prA�sentA� en application du paragraphe 6 de la rA�solution 2423 (2018) (S/2019/207).

Le Conseil prend bonne note de certains progrA?s accomplis dans la��exA�cution de la��Accord pour la paix et la rA�conciliation au Mali depuis la��investiture du PrA�sident Keita le 4 septembre 2018. Il constate que davantage de mesures ont A�tA� prises durant les huit derniers mois qua��au cours des premiA?res annA�es ayant suivi la signature de la��Accord, qui se sont caractA�risA�es par une certaine lenteur au niveau de la mise en A�uvre. Il se fA�licite de : la tenue, dans le calme, de la��A�lection prA�sidentielle, avec la��appui des groupes armA�s signataires ; de quelques progrA?s dans le processus de dA�centralisation, y compris grA?ce A� la��adoption da��un dA�cret fixant les modalitA�s du transfert aux collectivitA�s territoriales des services dA�concentrA�s de la��A�tat, selon leurs domaines de compA�tence respectifs ; de nouvelles mesures en vue de la��entrA�e en activitA� des administrations intA�rimaires dans le nord du Mali ; de la��enregistrement de tous les combattants admissibles aux fins du dA�sarmement, de la dA�mobilisation et de la rA�intA�gration et du lancement da��un processus accA�lA�rA� A� la��intention de 1 423 combattants ; de la��adoption da��un dA�cret fixant les modalitA�s da��intA�gration dans les Forces de dA�fense et de sA�curitA� maliennes rA�formA�es et reconstituA�es ; et da��une plus grande reprA�sentation des femmes dans le Gouvernement actuel.

Le Conseil note que la mobilisation du Premier Ministre A� la��appui de la��application intA�grale, effective et sans exclusive de la��Accord, ainsi que la pression exercA�e par la communautA� internationale, y compris la perspective de sanctions, ont constituA� autant de facteurs pour obtenir ces rA�sultats positifs. Il compte continuer de surveiller de prA?s la��application de la��Accord. Il souligne que la Mission multidimensionnelle intA�grA�e des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA), ainsi que les autres forces de sA�curitA� A�voquA�es dans la rA�solution 2423 (2018), contribuent considA�rablement A� la��application de la��Accord et A� la stabilisation du Mali. Il se fA�licite des mesures prises par la MINUSMA pour adopter une dA�marche plus robuste au cours des derniers mois, ainsi que de la��intensification de la frA�quence et de la��ampleur de ses opA�rations.

Le Conseil regrette vivement que plusieurs dispositions de la��Accord A�voquA�es au paragraphe 4 de la rA�solution 2423 (2018) na��aient pas encore A�tA� pleinement appliquA�es, voire amorcA�es, malgrA� ses appels rA�pA�tA�s dans ce sens, ces derniers mois : la��adoption, A� la suite de consultations en bonne et due forme, da��une loi portant crA�ation da��une police territoriale A� la��A�chelle rA�gionale ; la��affectation des ressources humaines, techniques et financiA?res nA�cessaires aux administrations intA�rimaires dans le nord du Mali pour qua��elles puissent sa��acquitter de leur mission ; la��intA�gration complA?te da��au moins 1 000 membres des groupes armA�s signataires aux Forces de dA�fense et de sA�curitA� maliennes ; le dA�but de la rA�insertion socioA�conomique des membres des groupes armA�s signataires non intA�grA�s, avec le concours de partenaires internationaux ; des progrA?s en vue du dA�veloppement socioA�conomique du nord du Mali, grA?ce A� la��adoption da��une loi portant crA�ation de la zone de dA�veloppement des rA�gions du nord ; une plus grande participation des femmes aux mA�canismes A�tablis par la��Accord en vue da��en appuyer et da��en suivre la mise en A�uvre.

Le Conseil note que les dA�lais prolongA�s sur le plan de la��application concourent A� un vide politique et sA�curitaire qui met en pA�ril la sA�retA� et la sA�curitA� du Mali, ainsi que la viabilitA� de la��Accord. Il rappelle les dispositions de la rA�solution 2423 (2018) dans laquelle il avait affirmA� son intention de suivre de prA?s la mise en A�uvre de la Feuille de route adoptA�e le 22 mars 2018 et de rA�pondre au moyen des mesures prA�vues par la rA�solution 2374 (2017) dans le cas oA? les parties ne respecteraient pas les engagements convenus selon le calendrier prA�vu. Il souligne qua��il incombe au premier chef A� toutes les parties A� la��Accord de faire des progrA?s constants pour ce qui est de son exA�cution. Il les exhorte A� sa��abstenir de tout acte qui porterait atteinte A� la mise en A�uvre de la��Accord. Il demande A� toutes les parties prenantes au Mali da��appuyer les dA�cisions nA�cessaires en vue de la pleine application de la��Accord, da��une maniA?re inclusive.

canada ian pharmacy, canada ian pharmacy, canada ian pharmacy, canada ian pharmacy, canada ian pharmacy, canada ian pharmacy, canada ian pharmacy, canada ian pharmacy. Le Conseil exhorte le Gouvernement malien et les groupes armA�s de la Plateforme et de la Coordination A� continuer da��accA�lA�rer la��application de la��Accord au moyen de mesures sA�rieuses, significatives et irrA�versibles, A� prendre de maniA?re urgente. Il souligne la��importance da��une plus grande appropriation et priorisation de la mise en A�uvre de la��Accord. Il encourage la��adoption par les parties maliennes da��une feuille de route rA�visA�e avec un calendrier clair, rA�aliste et contraignant, portant sur un nombre restreint de prioritA�s, y compris la��aboutissement de la rA�forme constitutionnelle A� la��issue da��un processus de collaboration et de participation, la��adoption da��un plan global en vue da��un redA�ploiement effectif des Forces de dA�fense et de sA�curitA� maliennes rA�formA�es et reconstituA�es vers le nord du Mali, ainsi que la crA�ation de la zone de dA�veloppement des rA�gions du nord. Il insiste sur la��achA?vement rapide de la rA�forme constitutionnelle A� la��issue da��un processus inclusif de collaboration, avec la participation sans rA�serve et la��assentiment du Gouvernement, des parties armA�es signataires, de la��opposition politique et de la sociA�tA� civile. Il lance un appel A� la��intA�gration dans les Forces de dA�fense et de sA�curitA� maliennes des combattants qui prennent part au processus accA�lA�rA� de dA�sarmement, de dA�mobilisation et de rA�intA�gration et qui rA�pondent aux critA?res A�tablis, ainsi qua��A� la��adoption da��un projet de lA�gislation relatif A� la mise en place de la zone de dA�veloppement des rA�gions du nord, avant la fin du mandat en cours de la MINUSMA. Il rappelle qua��il importe de progresser rapidement en vue da��une participation A�gale et effective des femmes, comme A�noncA� dans la rA�solution 2423 (2018).

Le Conseil prie le SecrA�taire gA�nA�ral, dans le cadre de ses rapports pA�riodiques sur la MINUSMA, da��intA�grer dans son prochain rapport trimestriel des recommandations sur les mesures concrA?tes A� prendre dans les trois domaines prioritaires en vue da��une feuille de route rA�visA�e A�noncA�es dans le paragraphe ci-avant, que les parties maliennes doivent appliquer dans la perspective du renouvellement du mandat de la Mission, sur la base des derniers engagements pris.

Il demande au SecrA�taire gA�nA�ral de prA�senter des options en vue da��une possible adaptation significative de la MINUSMA et de donner au Conseil le temps de les examiner avant la��expiration du mandat de la Mission, afin que cette derniA?re renforce la��efficacitA� de son soutien A� la mise en A�uvre de la��Accord, en consacrant davantage da��attention aux tA?ches prioritaires, sans pour autant mettre en pA�ril la stabilitA� du Mali et de sa rA�gion ; son rA?le central dans le soutien A� la mise en A�uvre de la��Accord ; ou encore sa capacitA� da��interaction avec les autres forces de sA�curitA�, qui peuvent A?tre des instruments se renforA�ant la��un la��autre, afin de rA�tablir la paix et la stabilitA� au Mali et dans la rA�gion du Sahel, comme indiquA� dans la rA�solution 2423 (2018).

Il note que ces options doivent prendre en compte la��insA�curitA� extrA?me, y compris dans le centre du Mali, et la menace que reprA�sentent les groupes terroristes, tenir compte de la sA�retA� et de la sA�curitA� du personnel et A�valuer la hiA�rarchisation en cours des prioritA�s des objectifs de la MINUSMA. Il compte envisager ces options en prenant en considA�ration la��A�tat da��avancement et le rythme de la��application de la��Accord.

Le Conseil exprime sa prA�occupation croissante A� la��A�gard de la��A�tat de la sA�curitA� dans le centre du Mali. Il condamne fermement les attaques persistantes, y compris les attentats terroristes, contre les civils, les reprA�sentants des institutions locales, rA�gionales ou A�tatiques, ainsi que les forces de sA�curitA� nationales, internationales et des Nations Unies. Il condamne A�galement la propagation rA�cente des violences intercommunautaires, y compris la��odieux attentat da��Ogossogou le 23 mars 2019, qui a fait plus de 160 morts parmi les civils. Il exhorte les autoritA�s maliennes A� amener ceux qui commettent ces crimes, y compris les violations des droits de la��homme et les atteintes A� ces droits et les violations du droit international humanitaire, A� rA�pondre de leurs actes, et A� traduire ces personnes en justice sans dA�lai.
Il engage les autoritA�s maliennes A� continuer de sa��employer A� mettre en A�uvre un plan global visant A� rA�tablir la prA�sence de la��A�tat dans le centre du Mali et de renforcer son action pour rA�instituer des relations pacifiques entre les populations. Il prie instamment le SecrA�taire gA�nA�ral, dans le cadre de ses rapports pA�riodiques sur la MINUSMA, da��intA�grer des recommandations dans son prochain rapport trimestriel sur les faA�ons dont la MINUSMA pourrait renforcer ces efforts. Il encourage la MINUSMA A� continuer da��appuyer le rA�tablissement de la��autoritA� de la��A�tat dans le centre du Mali, da��user de ses bons offices et da��exA�cuter sa mission de rA�conciliation et de protection des civils, conformA�ment aux dispositions applicables de la rA�solution 2423 (2018). Il demande aux autoritA�s maliennes da��A�tablir une A�troite coordination avec la MINUSMA au sujet des mesures A� prendre en vue du rA�tablissement de la prA�sence de la��A�tat dans le centre du Mali.

Le Conseil rA�affirme son appui sans rA�serve au ReprA�sentant spA�cial du SecrA�taire gA�nA�ral pour le Mali et Chef de la MINUSMA, Mahamat Saleh Annadif, A� la��A�quipe de mA�diation internationale, A� la MINUSMA et aux autres forces de sA�curitA� au Mali et dans la rA�gion du Sahel, A�voquA�es dans la rA�solution 2423 (2018).

Le Conseil souligne qua��une paix et une sA�curitA� durables ne pourront A?tre A�tablies dans la rA�gion du Sahel qua��au moyen de la��application intA�grale, effective et sans exclusive de la��Accord et da��un train de mesures politiques, de sA�curitA� et de dA�veloppement au bA�nA�fice de de toutes les rA�gions du Mali. Il souligne la��importance da��une mise en A�uvre inclusive de la��Accord, qui associe toutes les parties maliennes ayant soutenu le processus de paix.

Source: Bureau de la Communication StratA�gique et de la��information publique de la MINUSMA

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. Christoph Heugsen, UN “MATHER FUCKER”, UN “SON OF BITCH” PARFAIT, DOIT SAVOIR QUE LE PEUPLE SOUVERAIN DU MALI A DIT NON Á LEUR CHANTAGE DE RÉVISION CONSTITUTIONNELLE.

    CHERS MALIENS, CHERS MAMANS, CHERES SOEURS, CHERS PERES ET FRERES, FAISONS ATTENTION Á CECI :
    —- DE QUEL DROIT, UN NON-CITOYEN DU MALI EXIGE UNE RÉVISION CONSTITUTIONNELLE EN
    EN TERRE MALIENNE..???
    EN PLUS LORSQUE LES CRITERES DE CONSTITUTIONNALITÉ DE CETTE RÉVISION NE SONT
    PAS REMPLIS.

    Christoph Heugsen, UN “MATHER FUCKER”, UN “SON OF BITCH” PARFAIT, EXIGE DE IBK UNE VIOLATION FLAGRANTE DE LA CONSTITUTION DU MALI.

    Christoph Heugsen, UN “MATHER FUCKER”, UN “SON OF BITCH” PARFAIT, NE DEVAIT-IL PAS PENSER Á CE QUE SON PAYS, L’ ALLEMAGNE, VERSE DES COMPENSATIONS AUX AFRICAINS POUR LES SOUFRANCES DES DEUX GUERRES MONDIALES??

    VISIBLEMENT, LA FRANCE MUTUALISE SA “DIPLOMATIE” AVEC L’ ALLEMAGNE QUI COMMENCE ENCORE Á SE NAZIFIER, PAR REFLEXE PAVLOVIEN…

  2. L’accord d’Alger ne concerne pas en réalité les maliens mais seulement le gouvernement du Mali qui ne représente pas les maliens, de la Plate forme et des terroristes de la CMA.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here