Niamé Keïta s’en va après dignes et loyaux services rendus à la Nation

0

Avec tristesse et consternation, anciens camarades politiques et anciens camarades d’armes ont appris le décès du député et ancien directeur national de la police, le Général Niamé Kéita, de suite de maladie.

Travailleur, battant, Niamé Keïta était cet homme de commandement qui ne badinait pas et qui a fait beaucoup parlé de lui sous le régime du général président déchu Moussa Traoré. Son nom à l’époque semait la terreur dans l’esprit des délinquants et des malfrats. Né le 24 octobre 1949 à Nara (Région de Koulikoro et diplômé de l’Ecole Centrale pour l’Industrie, le Commerce et l’Administration (ECICA), Niamé Keïta a été recruté à la police en 1973 comme aspirant.

Le changement de régime en 1991, lui a valu un temps d’hibernation, assimilé par certains à une « mise au garage », qu’il a su mettre à profit pour se former et obtenir une maitrise, afin de mériter aussi des avantages de fonction.

Niamé Keïta s’était fait coller l’étiquette d’un gros travailleur, et même d’un « travailleur zélé ». A force de travailler et sans complexe, le contrôleur général Niamé Keïta gravira tous les échelons pour se retrouver ensuite à la tête de la police nationale, avec un passage remarquable à la Brigade anti-criminalité. Un sac à dos à la tête de la Police, a-t-on pu dire.

Sa carrière politique 

Admis à la retraite en décembre 2012, Niamé Kéita avait consacré son temps aux travaux champêtres avant d’entreprendre une carrière en politique. Il est élu en 2013 député de Nara sous les couleurs du RPM, avant de quitter les tisserands pour l’URD dont il était membre du secrétariat chargé des questions de défense et de sécurité du Bureau Exécutif National. A l’Assemblée nationale, l’honorable Niamé Kéita était vice-président de la Commission des Affaires Etrangères, des Maliens de l’Extérieur et de l’Intégration. Dors en paix Général !

 

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here