Commune rurale de Sy : La 2e rencontre des Boïté sur la promotion de la paix

0

La Commune rurale de Sy, dans le cercle de San a abrité du 19 au 20 juin 2021 le deuxième regroupement de la grande famille Boïté. Organisée par la jeunesse, cette initiative avait pour objectif de rassembler tous les membres de la famille ainsi que les habitants des communes afin de promouvoir la paix, leur culture et contribuer au développement de leurs villages. 

 

Un instant de fraternité, d’amour et de bénédictions, voilà à quoi se sont résumées ces deux journées de rencontre de la grande famille Boïté.

De la rencontre virtuelle sur un groupe WhatsApp, les Boïté ont décidé d’aller à la rencontre physique d’où cette merveilleuse retrouvaille à Sy. Ils sont massivement venus de Bouaké, Koutiala, Danderso, Tiêrè, Douna, Madiama, Kimparana, Tinèni, Bamako, Sybougou et bien d’autres.

Eloignée du cercle de San de 35 Km, la Commune rurale de Sy est composée de 11 villages et habitée par 16 780 personnes. La chefferie appartient aux noms Boïté et la religion dominante est l’islam. En dehors des écoles modernes, l’éducation des enfants passe par l’enseignement coranique.

Bounô Boïté, chef du village de la commune de Sy a salué ce rassemblement et la considération de la famille initiatrice pour sa personne. Cette activité représente pour lui le symbole de la paix. ‘’Venus de différents horizons, certains sont de Bouaké, Madiama et bien d’autres. On a appris de nos ancêtres que l’union et la paix sont des sources de chance et du bonheur. Nous vous souhaitons encore beaucoup de bonheur et la paix. J’invite tous les villages voisins à imiter ce même geste des Boïté’’, se réjouissait-il.

Séparée du cercle par le fleuve Bani de 1 km500, les habitants traversent à la pirogue ou à la navette.

Cette journée si fraternelle a donné l’occasion à chaque personnalité, de faire des bénédictions, remercier la jeunesse Boïté et les contributions pour la construction de leurs villages. Chaque intervenant a pris la parole par une formule coranique en terminant par des bénédictions.

Après une cérémonie d’ouverture assez mouvementée, la soirée a permis aux imams, maîtres coraniques et leurs disciples, de procéder aux prêches. Les cousinages à plaisanterie étaient au centre des amusements et les cousins à plaisanterie sont Coulibaly, Sanogo, Bouaré, Mariko et Sogodogo.

Hormis la réunion familiale, cet évènement a permis des échanges sur les problèmes de la commune notamment le manque d’infrastructures routières.

Ils ont observé une minute de silence en la mémoire des morts. ‘’Nous remercions Dieu de nous avoir permis d’assister ce jour. Nous avons initié cette réunion annuelle pour établir une familiarité entre les membres de notre famille et apprendre aux jeunes leurs village d’origine notamment les ressortissants d’autres régions ou pays. L’objectif est qu’ils connaissent leur village natale Sy, leur famille, ancêtres et histoire’’, a indiqué Moussa Boïté, représentant des ressortissants de Bouaké.

Selon le représentant du parrain de la cérémonie, Moussa Boïté, leur souhait est que la Commune de Sy soit reconnue officiellement comme village d’origine des Boïté.

La cérémonie d’ouverture de cette rencontre s’est déroulée en présence des hautes personnalités de la Commune rurale notamment, le chef du village Bounô Boïté, l’imam de la grande mosquée Lamine Danté, le maire Madan Boïté, le député Boicar Bouki Koté et le sous-préfet Youssouf Konaté.

‘’Nous souhaitons que cette union serve d’exemple pour chaque ethnie de cette commune. Nous remercions Diankinê Diarra pour l’ouverture d’une radio dans notre village et Koroba Sacko pour l’offre d’une ambulance pour les malades d’urgence. Nous avions des difficultés pour amener les cas d’urgence à l’hôpital de San. Nous saluons les femmes de Sy et nous sommes très heureux pour cet évènement car il permet de renforcer les liens familiaux. Le Mali a besoin de l’union de toute la population. De la première édition à aujourd’hui, la famille s’agrandit grâce aux retrouvailles. Nous remercions le bon Dieu car il n’y a aucun malentendu entre les habitants de ce village. Nous lançons un appel aux autorités pour qu’ils prennent en compte nos préoccupations. Nous avons trois communes derrière le fleuve Bani qui sont Sy, Wôlô et Siyadougou. Avec 35 km de distance, la route de Sy est fortement dégradée. Plus de 16 780 personnes sont des habitants de la commune après le dernier recensement ’’, informe Madan Boïté, maire de la Commune de Sy.

Après avoir exprimé sa profonde réjouissance, Youssouf Konaté, Sous-préfet de l’arrondissement de Sy affirme que ces types de rassemblements méritent des encouragements pour la construction et la réconciliation du Mali. A son avis, un village est une entité de sous-bassement et sa bonne construction rentre dans les intérêts du pays.

‘’La famille Boïté a fait plusieurs réalisations. Cette édition a été plus grandiose que la première par ce que l’information est diffusée dans plusieurs pays et villages. Les participants sont plus nombreux cette année par rapport à la 1ère édition. Plusieurs idées novatrices et de développement sont conçues lors de leurs réunions. Ils s’enquièrent des problèmes du village, de la commune pour unir leur effort en cotisant pour réaliser des projets de construction. Pour le bon exemple, il y a un centre d’alphabétisation à Sy qui a été équipé par les membres de la famille Boïté. Ici, nous n’avons plus de gardes ni d’autres agents de force de l’ordre nationale, cela signifie que l’insécurité dont on parlait appartient au passé’’, a-t-il rassuré.

Nous retenons selon le sous-préfet, que l’inter-fleuve de San, les communes de Sy, Siyadougou et Wôlon ne sont plus en période d’insécurité comme les gens le pensaient auparavant.

Il ajoute que cette situation alarmante qu’ont vécue leurs cercles, continue de les pénaliser en terme de bailleurs de fonds, projets, missions nationaux et internationaux. Les partenaires refusent de venir selon ces propos, par peur d’insécurité alors que cela est du passé.

‘’C’est vrai les chasseurs ont contribué à l’apaisement du climat de l’inter-fleuve, mais ils ont commis des exaltions également envers certaines populations. C’est une question délicate. Effectivement les forces de sécurité nationale ne viennent plus ici depuis plus de cinq ans et les chasseurs ont pris le relais sachant que leurs familles se trouvent dans l’insécurité. Il y a eu des dérapages mais force est de reconnaitre que c’est grâce aux chasseurs que les populations font des va-et-vient sans être inquiétés’’, a-t-il ajouté.

Selon l’intervention de l’honorable Boicar Biki Koité, député de la Commune de Sy, la majorité des aliments de San sont cultivés derrière le fleuve Bani. Ces communes méritent d’être bien aménagées. Il lance un appel aux autorités, de mobiliser tous les moyens pour la construction des routes de la Commune rurale de Sy.

‘’Les Boïté sont les chefs du village et ils sont liés aux Koté, Danté par des liens de mariage. Les activités principales de ce village sont l’élevage, l’agriculture et le commerce. Mais la grande difficulté liée à ces travaux demeure le manque d’infrastructures routières. Nous sommes séparés du cercle par le fleuve et la route est dégradée. Il faut parcourir une distance de 35 Km pour un frais de transport qui s’élève à 1500 F et pendant la pluie les déplacements sont quasiment difficiles. On a effrayé tous les partenaires financiers par des rumeurs sur l’insécurité à Sy, mais en réalité, ce village est stabilisé. Le village est hautement sécurisé par les chasseurs contre les djihadistes’’, a clarifié le député.

Fatoumata Kané

(envoyée spéciale)

 

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here