Lutte contre la radicalisation et le terrorisme : Le Maroc appelle au renforcement de la coopération interétatique

La ministre déléguée marocaine auprès du ministre des Affaires étrangères et de la coopération, Mme Mbarka Bouaïda, a souligné à Lisbonne, la nécessité d'échanger les informations entre les pays afin de pouvoir identifier les auteurs de ces actes ignobles et barbares pour prévenir de nouveaux attentats. C'était le jeudi dernier à la tribune du Forum de Lisbonne - édition 2015.

0

La ministre déléguée auprès du ministre des Affaires étrangères et de la coopération, Mbarka Bouaïda, a appelé jeudi dernier à Lisbonne, les pays à renforcer davantage leur coopération en vue de lutter contre la radicalisation et le terrorisme. S’exprimant à l’occasion du Forum de Lisbonne (3-4 décembre) qui s’est tenu autour du thème : “Comment combattre la radicalisation et le terrorisme : outils de prévention et connaissances partagées dans l’espace méditerranéen et européen”, Mme Bouaïda, a vivement condamné les attaques terroristes perpétrées récemment dans différentes parties du monde. Elle a aussi souligné la nécessité d’échanger les informations entre les pays afin de pouvoir identifier les auteurs de ces actes ignobles et prévenir de nouveaux attentats.

Mme Bouaïda, qui intervenait au cours du panel “État de droit et réponses démocratiques, un rempart contre la radicalisation”, a de même souligné la nécessité d’adopter une approche multidimensionnelle pour combattre l’extrémisme dans toutes ses formes. L’approche sécuritaire à elle seule ne suffit pas pour éradiquer ce fléau, a-t-elle insisté, en mettant l’accent à cet égard sur les différentes réformes politiques, économiques et sociales adoptées par le Maroc pour le renforcement de la démocratie, avec à leur tête la nouvelle Constitution adoptée en juillet 2011. L’édition 2015 du Forum de Lisbonne, présidée par le conseiller de Sa Majesté le Roi, André Azoulay, a connu la participation d’une importante délégation marocaine composée de hauts responsables, de parlementaires et d’acteurs associatifs aux côtés de quelque 250 représentants d’organisations internationales, des ministères des États méditerranéens et européens, des Parlements, des collectivités locales et de la société civile. Les travaux de cette rencontre s’articulaient autour de trois axes fondamentaux, à savoir : “L’État de droit et les réponses démocratiques : un rempart contre la radicalisation”, “la Prévention de la radicalisation par l’éducation et la formation” et “le renforcement du rôle des jeunes et des femmes pour prévenir et combattre la radicalisation”.

Organisé chaque année depuis 1994, le Forum de Lisbonne constitue une plateforme unique permettant de réunir des participants de haut niveau d’Europe, des régions de son voisinage et d’autres continents afin de partager les expériences, les bonnes pratiques et les expertises autour des thèmes en relation avec la promotion de la démocratie, les droits de l’Homme et l’État de droit.

Le Maroc est le premier pays du sud de la Méditerranée à avoir adhéré, en 2009, au Centre Nord Sud. Le Royaume occupe la vice-présidence du comité exécutif du Centre en la personne de l’Ambassadeur du Maroc à Lisbonne, Karima Benyaïch.

B.KONÉ

 

PARTAGER