Ministère de la recherche scientifique : Un nouveau-né en de bonnes mains

11

Détaché du département de l’Enseignement supérieur, le tout nouveau ministère de la Recherche scientifique a toutes les chances de faire de bons résultats. Et pour cause, le nouveau-né est laissé aux bons soins d’une experte du secteur, Pr. Assétou Founé Samaké Migan, qui a consacré une bonne partie de sa carrière à la recherche en sa qualité de biologiste généticienne.

 

Celui qui a la lourde tâche de dynamiser la recherche scientifique du Mali, n’est autre que Pr. Assétou Founé Samaké Migan. Le tout-nouveau ministre de la Recherche scientifique, Mme Migan est une chercheuse aguerrie. Maître de conférences à la Faculté des sciences et techniques de l’Université de Bamako, la promue est une biologiste et généticienne, respectée par ses pairs.

Cet enseignant-chercheur a fait ses études de biologie en Ex-Union soviétique et ses études de biotechnologie appliquée à l’agriculture à l’Université Cheikh Anta Diop. Ce qui lui a valu, en 1993, de dispenser des cours de biologie à l’Ecole normale supérieure (EN Sup) de Bamako avant d’être mise à la disposition de la Faculté des sciences avec la création de l’Université du Mali en 1996.

Elle y reste jusqu’en 2013, l’année à laquelle elle franchit les portes de l’administration en tant que conseillère technique au ministère de la Réconciliation nationale et du Développement des régions du Nord. En juillet 2014, elle quitte ce département pour celui de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique où elle est conseillère technique chargée de l’enseignement et de la recherche. Elle occupe ce poste jusqu’à ce 15 janvier 2016 daté à laquelle elle nommée ministre de la Recherche scientifique dans le gouvernement III de Modibo Kéita.

En plus de ses activités académiques, la désormais ministre de la Recherche scientifique côtoyait des organisations socio professionnelles, notamment dans le domaine de l’agriculture et de l’environnement, dans le but de faire un pont entre les connaissances  académiques et les réalités du terrain.

En sa qualité de conseillère technique, chargée de la recherche scientifique, elle avait attiré l’attention du président de la République sur l’importance de la question dans la leçon inaugurale à l’occasion de la cérémonie solennelle marquant la  rentrée  universitaire 2015-2016, dont le thème était “la recherche scientifique : moteur du développement”. Un exposé qui lui a permis de placer sur orbite la recherche scientifique au Mali.

Elle avait dit ceci : “La démarche que je propose pour traiter ce thème s’écarte des conventions en la matière, car elle est  prospective, ponctuée d’interrogations, d’analyses et enfin des propositions de solutions  en fonction de nos potentialités, nos acquis en matière de science, technologie et innovation”. Cette déclaration démontrait déjà que la “commandante” du nouveau département de la Recherche scientifique a une vision claire de sa mission.

Beaucoup expliquent la nomination de Mme Migan par sa connaissance du secteur de la recherche. Ce qu’elle a prouvé par le diagnostic qu’elle a fait de la recherche malienne lors de la rentrée universitaire en décembre dernier. Le nouveau ministre de la Recherche scientifique, Pr. Assétou Founé Samaké Migan, a toutes les cartes en main pour réussir la lourde mission à elle confiée.

Youssouf Coulibaly

 

PARTAGER

11 COMMENTAIRES

  1. Bonne chance Pr. Assétou Founé Samaké Migan,
    Pour ma part, je vous conseille de vous faire épauler par les Ingénieurs de recherche (des diplômés des écoles de Bibliothéconomie). Ensuite, je vous demanderai de mettre dans votre programme la création d'une bibliothèque de référence pour les chercheurs. Et enfin, je vous demande de visiter les structures telles que la CODESRIA, l' AUF et la Bibliothèque Universitaire de DAKAR pour vous inspirer davantage dans la réalisation de vos oeuvres. Je vous remercie Pr.

  2. Je ne vois pas la pertinence de cet article. Il donne l’impression que son auteur s’aventure à démontrer quelque chose (fictive ou réelle) par des ramassis de la rue de Bamako.
    Si vous voulez nous monter les compétences en matière de recherche de notre nouveau ministre, alors veuillez nous citer ses publications dans les journaux internationaux. J’ai fait sciemment de taper son nom dans Google Scholar, je n’ai rien vu !

  3. 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 Poor People 😆 😆 😆 😆

  4. J’ai perdu cette partie ci-dessous:
    Traduction du commentaire anglais de “sogolodiata”: “Bonne chance chere soeur, (moi comme etudiant qui fait de la recherche et developpement ici aux EU) nous allons vous joindre ( to join = joindre ; a joint = chanvre!) un jour pour faire avancer votre travail. Je crois et faits confiance que cette sorte d’approche faira avancer le pays.
    Bonne chance une fois de plus. Pardonez-moi les non-anglophones”

  5. Traduction du commentaire anglais de “sogolodiata”: <> A sogolodiata, l’anglophone, sachez aussi que to trust = faire confiance. Par contre, trush =maladie causee par le fungi Candida albicans qui s’attaque a la bouche ou au vagin; trush peut etre aussi un oiseau de la famille Turdinae. J’espere que ces petites corrections vous eviteront des ambarrassements quand vous ecrivez en Anglais!
    Parfaitement d’accord avec “climate”. J’ai fait une pettite recherche sur NCBI et n’a vu aucun article scientifique publie par notre nouvelle ministre. Si quelqu’un retrouve des articles scientifiques de notre ministre, publiez les sur maliweb s’il vous plait.

  6. Good luck my Dear Sister, We (as Student doing R&D here in the USA) will joint you one day to further your work. I believe and thrush that these kind of approach will put the country in ahead of growth.
    Good Luck again. Sorry for the non English speakers! 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

  7. Mr. le journaliste quand vous presentez un Professeur il faut faire tout pour parler de ses publications. C’est tres important puisque nous sommes ds un pays ou les gens sont devenues frofesseur par nomination et le Mali est le seul pays a faire ainsi.

    Bonne chance a madame Assetou Foune samake

    • Je partage votre point de vue, ce passage est très important. A mon humble avis il faut que dorénavant le gouvernement malien évite de nommer les prof par nomination car cela n’est pas clair. Il est tant que nous évoluons au même titre que les autres nations.

Comments are closed.