Aliou Boubacar Diallo : «Ni IBK, Ni Soumi»

0
Aliou Diallo
Aliou Diallo

Le candidat du parti ADP-Maliba, Aliou Diallo était face à la presse hier jeudi 9 août au siège de son parti. Objectif: dénoncer la fraude lors du scrutin du 29 juillet, remercier ses militants pour leur engagement tout en leur donnant le libre choix de voter pour le candidat qu’ils veulent au second tour qui oppose le président sortant Ibrahim Boubacar Keita à Soumaila Cissé.

Il était 11 heures lorsque le candidat de l’ADP-Maliba, Aliou Boubacar Diallo a effectué son entrée dans la cour du siège de son parti, vêtu d’un boubou blanc. Les quatre tribunes installées pour accueillir les militants, sympathisants et alliés refusait du monde. Les militants débout comme un seul homme, ont  accueilli leur candidat arrivé 3ème au premier tour par un tonnerre d’applaudissements.

Après l’exécution de l’hymne national du Mali, Aliou Diallo prend la parole.

« C’est avec le cœur plein d’émotion que je m’adresse à vous aujourd’hui à l’issue d’une intense campagne électorale. Avant tout propos, je tiens à vous remercier tous très chaleureusement du rôle que vous avez joué pour la troisième place que nous occupons dans cette élection malgré la fraude, le bourrage des urnes et l’achat des consciences. Je tiens également à remercier la presse qui a aussi joué un grand rôle dans la médiatisation de notre campagne », a-t-il déclaré. Cette déclaration est survenue au lendemain de la proclamation des résultats définitifs du scrutin du 29 juillet par la Cour Constitutionnelle qui donne le candidat Aliou Diallo 3ème sur les 24 candidats avec 8,03% des voix.

Selon  le candidat de l’ADP-Maliba, après avoir consulté bon nombre d’acteurs qui l’ont accompagné durant sa campagne, il est ressorti d’une analyse majoritaire que le scrutin du 29 juillet constitue la pire atteinte à la démocratie que le pays ait connue. Pour lui, la démocratie malienne a pris un grand coup car il reste persuadé que le scrutin a été émaillé de fraude et d’irrégularités et que son score est très loin de refléter la réalité des urnes.

«Nous ne pouvons pas cautionner la continuité du mensonge, des irrégularités et de la fraude qui nous a empêchés d’arriver au second tour. Comme vous le savez, mon engagement politique s’est fait de manière sincère. Les piliers du Mali de demain que nous voulons bâtir ensemble doivent reposer sur la vérité. Je ne peux faire davantage que d’inviter les Maliens à penser au Mali et à leur avenir. Chacune et chacun d’entre vous sait en toute conscience, quel est son devoir républicain. C’est donc aux Maliens que je laisse le soin de s’exprimer comme ils le souhaitent au second tour de l’élection présidentielle prévu le dimanche 12 août prochain. Je souhaite au Mali de connaître un scrutin apaisé », a laissé entendre  Aliou Diallo. Qui s’est réjoui de la mobilisation sans pareil de ses militants qui leur a permis de conquérir le cœur et l’esprit des Maliens pendant la campagne.

«A travers le projet pour une nouvelle indépendance, nous avons fait renaître l’espérance dans le cœur de ceux qui avaient perdu toute confiance en notre cher pays. Nous sommes parvenus à imposer notre rythme et notre style unique dans un environnement politique qui n’a jamais voulu voir émerger ma candidature du lot. Mais par la force de votre engagement, nous sommes passés d’outsiders à favoris», s’est-il réjoui.

Cette déclaration du candidat de l’ADP-Maliba est contraire à ce qui se disait déjà dans les états-majors de certains candidats qui annonçaient le soutien d’Aliou Boubacar Diallo au candidat de l’URD Soumaila Cissé au second tour. Surtout que Soumaila Cissé, après avoir été reçu par le Cherif de Nioro le lundi dernier avait annoncé sur sa page Facebook, le soutien de ce leader religieux à sa personne pour le second tour. L’information avait vite été démentie par certains proches d’Aliou Boubacar Diallo.

Au lieu de soutenir un des candidats au second tour, il a préféré rester neutre en ne donnant aucune consigne de vote. Pendant ce temps, il compte se préparer pour les élections législatives à venir.

« Nous devrons également redoubler d’efforts pour préparer les élections législatives du mois de novembre et obtenir une majorité de contrôle de l’action du président qui sera investi le 4 septembre prochain. Je vous appelle à rester sereins et combatifs. Tôt ou tard, la vérité finira par triompher. Nous savons que nous méritons mieux que cette troisième place. En somme, nous devons consolider les acquis démocratiques et nous engager davantage à la transparence et à la crédibilité des futurs processus électoraux en les dotant d’un antivirus contre la fraude et le bourrage des urnes », a-t-il soutenu.

Moussa Sékou Diaby

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here