Entre nous : Le gouvernement dans un imbroglio

6

Le Premier ministre, Soumeylou Boubèye Maïga, a jeté un pavé dans la marre en affirmant au siège de la Plateforme Ensemble pour le Mali (EPM) la volonté du gouvernement de reporter, sine die, les élections législatives prévues le 28 novembre et le 16 décembre. Cette annonce a été accueillie avec une certaine froideur par le président de l’EPM, Dr Bocary Tréta, qui semble rejeter d’ores et déjà toute idée de report de ce scrutin.

Le président du Rassemblement pour le Mali (RPM), selon des propos rapportés par certains confrères, aurait sérieusement pris à part le ministre de l’administration territoriale et de la décentralisation, Mohamed Ag Erlaf. Ainsi, Dr Bocary Tréta n’a pas hésité à traiter de « danger pour la République et pour le chef de l’Etat » et « de fossoyeur de la République » le ministre  qui est pourtant membre du RPM. Les mots sont à la fois durs et violents.

Les contradictions internes de la Plateforme, ayant porté la candidature du Président IBK pour un second mandat, jusque-là redoutées, se sont révélées au grand jour. Le Chef du gouvernement ne peut pas s’attendre à un soutien de la part de Dr Bocary Tréta sur l’initiative de report des législatives. L’attitude du président de l’EPM qui a dirigé la direction de campagne du candidat IBK laisse penser qu’il ne maîtrise pas toutes les formules de ce fétiche dont il avait la garde pendant la campagne électorale. Cacophonie au sommet de l’Etat ? D’hésitations en hésitations, le gouvernement est dans un véritable imbroglio.

Ce report non encore acté, ne vise nullement à faire plaisir à l’opposition. Certes, un collectif de candidats à l’élection présidentielle a demandé dans une déclaration commune, le report des législatives. Avant cette déclaration le Premier ministre avait demandé l’avis de la Cour Constitutionnelle sur une éventuelle prorogation de neuf mois du mandat des députés à l’Assemblée Nationale. A cette requête, les sages ont rendu un avis défavorable qui n’a cependant aucune valeur juridique contraignante pour le gouvernement. Or sans ce report, il serait difficile, voire impossible pour le Premier ministre de traduire en actes concrets certains engagements du Chef de l’Etat, lesquels sont décisifs pour lui après sa réélection « contestée » par l’opposition.

La situation du pays, devenue plus confuse après l’élection présidentielle, est telle qu’il faut des compromis politiques pour éviter que le Mali ne bascule davantage. Ce qui nécessite d’engager des vraies discussions avec les forces politiques et la société civile pour mieux analyser les menaces réelles pesant sur les institutions de la République. Un consensus serait alors indispensable pour asseoir le schéma à adopter après le report des législatives.

Si certaines inquiétudes soulevées par le président de l’EPM ne sont pas totalement sans fondement, Dr Bocary Tréta n’aurait d’autre choix que de soutenir les initiatives du gouvernement si celui-ci ne changeait pas d’avis. Avec un front social en ébullition, une situation sécuritaire très instable sur fond de difficultés d’application de l’accord pour la paix et la réconciliation et des tensions politiques marquées par des marches à répétition de l’opposition, l’avenir de la République semple plus qu’incertain. Déjà, personne ne veut prédire la suite du bras de fer entre le gouvernement et les syndicats des magistrats, qui observent une grève illimitée depuis plus de deux mois. Les semaines à venir seront donc décisives pour clarifier certaines positions.

Par Chiaka Doumbia

Commentaires via Facebook :

6 COMMENTAIRES

  1. La loi fondamentale est l’expression de la volonté du peuple, certes, mais si les conditions ne sont pas réunies pour organiser des élections législatives crédibles et transparentes, la meilleure alternative demeure leur report. La cour constitutionnelle elle-même n’avait pas respecté les textes lors de l’élection présidentielle. Son avis, par voie de conséquence, est nul et de non effet. Une société est gérée sur la base de ses valeurs et textes et il faut les respecter pour prévenir ou éviter toute dérive.

    • Vincent, aux USA nous disons two wrongs don’t make a right. Selon votre opinion, il y a eu une violation par la Cour Constitutionnelle. Je ne suis pas d’accord avec vous. Je ne suis pas juriste et je ne pretends pas l’etre. En tant qu’observateur, je constate que les resultats de la presidentielle sont valides parce que la Cour Constitutionnelle a donne’ son avis conformement a’ son role defini par la Constitution. La Cour Supreme a reconnu les memes resultats en acceptant de laisser le president preter serment devant elle pour debuter son deuxieme mandat! Meme si on n’aime pas l’avis des hautes instances de la justice, on est oblige’ de les respecter sinon on se retrouverait dans une situation ou’ le plus fort fait ce qu’il veut et le faible n’a aucun droit! La sagesse Bamanan dit: MOGO BISE’ KO TIAMAN NA , ITE’ OUKE’!!!!
      Les conditions dont vous parlez, prendront du temps pour etre regle’es! Il y a des dimensions externes a’ la crise que le Mali ne controle pas. Seule Allah sait quand cette crise aura une solution definitive!!!!
      Une autre sagesse Bamanan dit: “NI IYE’ IDEN TO BO LA KO SANDJI BINA, NI SANDJI MANA , IDEN NA TO BO LA.” En d’autres termes si tu refuses de nettoyer ton enfant qui vient de chier parce que tu penses qu’il va pleuvoir et la pluie lavera l’enfant. S’il ne pleut pas, ton enfant restera avec son caca!
      “…NOUS N’AVONS PAS BESOIN D’HOMME FORT. NOUS AVONS BESOIN DES INSTITUTIONS FORTES!!!!” Evitons de ramener les affaires de l’etat au niveau de nos personnes. RESPECTONS LA CONSTITUTION, LES LOIS EN VIGUEUR ET LE INSTITUTIONS DE LA REPUBLIQUE!

  2. La constitution malienne qui est la loi supreme au Mali decrit tres clairement le role de la Cour Constitutionnelle et la fonction du depute’ et comment on devient un depute’ au Mali.
    LA PROLONGATION DU MANDAT DU DEPUTE’ N’EXISTE NULLE PART DANS LA CONSTITUTION!
    Nous avons un president dument elu qui a nomme’ un Premier Ministre et sur proposition du Premier Minstre, a nomme’ les membres du gouvernement! LA CONSTITUTION MALIENNE DIT TRES CLAIREMENT QUE LE PARLEMENT CONTROLE L’ACTION DU GOUVERNEMENT!!! LE MALI NE DOIT JAMAIS SE RETROUVER DANS UNE SITUATION OU’ L’INSTITUTION QUI CONTROLE L’ACTION DU GOUVERNEMENT, N’EXISTE PAS ET/OU EST CONSIDERE’E ILLEGITIME PARCE QUE MISE EN PLACE PAR UNE METHODE QUI N’EST PAS CONFORME A’ LA CONSTITUTION!!!
    Je ne pense pas que le Premier Ministre Soumeylou Boubey Maiga et le ministre de l’Administration Territoriale soient des ennemis du president mais je suis persuade’ qu’ils se sont trompe’s d’analyse ici!!!
    L’avis de la Cour Constitutionnelle doit etre respecte’. Il faut donc organiser les legislatives comme prevu !!!!! On peut toujours continuer et finir la reaorganisation des regions. Une fois que toutes les regions sont en place, LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE PEUT TOUJOURS DISSOUDRE LA NOUVELLE ASSEMBLE’E NATIONALE. DE NOUVELLES LEGISLATIVES SERONT TENUES CONFORMEMENT AUX LOIS EN VIGUEUR AU MALI! Je n’oublie pas le cote’ financement des legislatives mais je dis que c’est meuilleur que defier l’avis de la Cour Constitutionnelle et avoir une Assemble’e Nationale qui est illegitime!
    ALLAH KA BE’ SON HAKILI GNOUMAN NA!!!

  3. comrades message from Julu Mandingo to Julu Ubuntu. Who among having access to IBK have courage to tell him what must be done to get “house of government of Mali in order”. thereto draft feasible plan that will allow getting of order of ” house of government of Mali”to be bought to order quickly plus at thrift cost. It is clear plans IBK have allowed himself to implement up to this point are anything but adequate for needs of Mali.
    When or if IBK government gets its house in order citizens In kind treatment of government will prove to be best thing that could happen to modern government however, unto IBK get house of his government in order Mali will continue to be in dangerous chaos.
    People of Mali deserve for government of Mali to get its house in order Now.
    Very much sincere,
    Henry Author(people of books) Price Jr. aka Obediah Ubuntu IL-Khan aka Kankan aka Gue.
    translationbuddy.com

  4. Lynx22
    Le peuple n’écoute pas ces irresponsables.
    CES IRRESPONSABLES CRIMINELS SE SONT IMPOSÉS AU PEUPLE.
    Le choix du peuple a été détourné pour permettre à ces délinquants de continuer leurs vagabondages.
    ON A CRÛ EN DÉMOCRATE QUE LES URNES PEUVENT SUFFIR À RÉTABLIR LA LÉGITIMITÉ POPULAIRE PERMETTANT D’APPLIQUER LES SOUHAITS DU PEUPLE.
    Ces délinquants viennent d’ajouter à leurs perversions une nouvelle couche :celle de la confiscation du pouvoir.
    Face à une autre donnée,une nouvelle stratégie s’impose d’où la création du FSD.
    Il faut une force politique organisée,non pas destinée à conquérir le pouvoir,mais à rétablir la démocratie car elle n’existe plus depuis le 12 août dernier.
    Le peuple a perdu son pouvoir confié en 2013.Il n’est plus considéré par le pouvoir en place.
    Il est mème méprisé à travers le comportement adopté par le gouvernement face aux mécontentements exprimés.
    Le FSD ne provoque pas le soulèvement car la souffrance du peuple est l’essence du soulèvement ,lui donne plutôt un cadre d’organisation pour reprendre le pouvoir intelligemment permettant d’éviter l’anarchie qui suit les révolutions populaires,compte tenu de la situation sécuritaire de notre pays.
    Des hommes D’ÉTAT qui composent ce regroupement peuvent parfaitement conduire une transition conduisant à l’ élection sincère et transparente des autorités réellement représentatives du peuple malien .
    Il faut impérativement montrer à la face du monde que ces délinquants ne représentent pas le MALI.
    Il faut les huer,les insulter…a chacune de leurs sorties à l’ extérieur du MALI pour MONTRER qu’ ils expriment plus l’humiliation de tout un peuple.
    Que notre peuple mérite mieux car il est fier et travailleur,déteste ce qui est entrain de s’effectuer au sommet de L’ÉTAT .
    À rappeler que le soulèvement populaire est aussi un acte démocratique que le vote du citoyen ;que le système actuel qui a permis au duo IBK -BOUBEYE,qui ont tendance a l’enterrer,de s’exprimer et d’être au sommet de L’ÉTAT est le fruit d’un soulèvement populaire qui a obligé certains officiers supérieurs très proches du dictateur à intervenir.
    OSER LUTTER ,C’EST OSER VAINCRE!
    LA lutte continue .

  5. Le principal hopital du pays manque de gants latex et de sterilisateur mais curieusement le peuple continue d’ecouter ces irresponsables…

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here