Congrès ordinaire de l’UDD : Tiéman Hubert Coulibaly plaide pour une mobilisation totale autour de l’accord de la paix

0

Durant ce congrès, Tiéman Hubert Coulibaly a exhorté tous les militants de l’UDD à se mobiliser comme un seul homme pour aider et accompagner le président de la République Ibrahim Boubacar Keïta, dans la mise en œuvre de l’accord.

Le parti Union pour la Démocratie et le Développement  (UDD) a tenu son 6e congrès ordinaire les 16 et 17 janvier au Palais de la Culture Amadou Hampaté Ba. La cérémonie d’ouverture était présidée par Tiéman Hubert  Coulibaly, président du parti et non moins ministre de la Défense et des Anciens combattants.

Dans son allocution, le président de l’UDD, Tiéman Hubert Coulibaly, a noté que ce congrès est placé sous le signe de la réconciliation nationale.  Il a également rendu hommage aux  anciens qui ont loyalement servi le parti, notamment le président d’honneur Moussa Balla Coulibaly et Assane Barry.

L’occasion était aussi bonne pour le président de faire le point sur le parcours du parti depuis son élection à sa tête, le 25 avril 2010, jusqu’à nos jours. Selon lui, durant ce temps, l’actuelle équipe a tout mis en œuvre pour  rehausser le parti et de le porter vers le succès.

Le président a également affirmé que 2012 a été pour le Mali un tournant historique : «nous avons eu des événements survenus dans le pays qui étaient inattendus et non souhaités, mais qui sont arrivés». Pour M. Coulibaly, son parti a toujours œuvré pour la réconciliation nationale. C’est pourquoi, il a exhorté tous les militants de l’UDD, en tant que parti de la majorité, à se mobiliser comme un seul homme pour aider et accompagner le président de la République Ibrahim Boubacar Keïta dans la mise en œuvre de l’accord de paix, et réunir à nouveau tous les fils du Mali.

Aux dires du ministre de la Défense, il ne peut y avoir de développement économique, social, culturel sans la paix : «Sans la paix, les axes de développement que nous allons imaginer seront impossibles. Et dans cette quête de paix, il s’agissait de créer un cadre nécessaire pour que les frères maliens puissent s’asseoir et parler. Ce conflit qui a secoué notre pays n’aura jamais de solution militaire. La solution militaire sera celle que nous aurons à adresser aux terroristes».

Mariatou Coulibaly, stagiaire  

 

PARTAGER