Plus de 895 millions FCFA évaporés dans la gestion du fonds d’entretien routier : Le DG de l’AGEROUTE face à l’ardoise de son prédécesseur

4

Le Nouveau Directeur Général de l’Agence  d’Exécution des Travaux d’Entretien Routier (AGEROUTE), M. Mohamed Attayer Ag Hamani, doit nettoyer les écuries d’Augias de cette structure étatique dont il a la charge pour empêcher des responsables et leurs combinards de poursuivre à casser les fonds publics. Mais surtout, assurer aux maliens l’entretien routier et éviter à ce que cet espoir ne vire au cauchemar.

C’est sous le règne de l’ex Directeur général de l’AGEROUTE, le  colonel Youssouf  Traoré, que l’ouverture de comptes bancaires sans l’autorisation du ministre chargé des Finances et l’octroie d’avantages indus au personnel sont devenus courant à l’AGEROUTE. S’y ajoutent, l’exécution de dépenses inéligibles et  la simulation de mise en concurrence par le Dg sortant, lors de la passation des marchés… Autant de pratiques à l’origine de l’évaporation de 895 millions FCFA (895 512 029F) à l’AGEROUTE, pendant les périodes 2016, 2017, 2018 et  2019 (1er Octobre).

Décidemment, la gestion du Colonel Youssouf Traoré à la tête de l’AGEROUTE, pendant les années 2016, 2017 ; 2018, et 2019 (1er octobre)  est entachée par des irrégularités financières et bien d’autres phénomènes jugés diffus. En bloc, l’ancien DG de l’AGEROUTE, le colonel Youssouf Traoré, est le pilier de l’exécution des dépenses de fonctionnement qui a exorcisé la mauvaise gouvernance de 2016 à 2019 dans cette structure et entretenu, un flou artistique autour de l’exécution sur les dépenses du fonds d’entretien routier.

Depuis, l’actuel Directeur général de l’AGEROUTE, M. Mohamed Attayer Ag Hamani, nommé il y a moins d’une année, en novembre 2019, a du pain sur la planche. Pire, il hérite du passif de l’ancienne direction de l’Agence et reste confronté à une ardoise salée de son prédécesseur, le désormais Colonel à la retraite, M.Youssouf Traoré.

Aujourd’hui, la tâche ne s’annonce pas facile pour l’actuel DG de l’AGEROUTE. Surtout à un moment où un rapport d’enquête du Vérificateur général sur ce service étatique met à nu des irrégularités financières de 895, 51 millions FCFA, avec à l’appui, des  flagrants délits de fraudes et de magouilles.

Mettre un bémol aux détournements impunis du dénier public, lutter contre la corruption et la délinquance financière… Tels sont, entre autres, les principales missions assignées  à l’actuel DG de l’AGEROUTE, M. Mohamed Attayer Ag Hamani pour ce qui est de la gestion du fonds d’entretien routier du Mali.

Mauvaise gestion à ciel ouvert

Selon le rapport d’enquête du BVG sur la gestion du fonds d’entretien routier par l’AGEROUTE, la somme de 895,51 millions FCFA ont disparu des caisses, entre les périodes 2016, 2017, 2018 et 2019 (1er octobre), sans laisser la moindre trace. Comme par magie. Vol ou détournement ? En tout cas, au niveau de l’AGEROUTE, on entoure aujourd’hui, ces trous de caisse de mystère. Surtout que des personnalités impliquées dans cette hémorragie financière sont toujours aux affaires au niveau de la régie et de la comptabilité de l’AGEROUTE.
Et si le nouveau DG de ce service, M. Mohamed Attayer Ag Hamani pouvait ordonner, sans complaisance ni parti-pris, un audit de toutes les prestations de l’AGEROUTE, on devrait, peut-être, découvrir un grand réseau mafieux savamment monté en vue de saccager les fonds d’entretiens routiers.

À en croire nos sources, ce genre de petits truands à l’AGEROUTE ne cesse de causer d’énormes préjudices à l’État malien, par leur façon de faire. À travers cette fraude de plus de 895 millions de francs CFA, on voit qu’au niveau de l’AGEROUTE, les anciennes amours, sont encore présentes dans les têtes des responsables évoluant au sein de cette entité administrative.

Le jeu est très facile, expliquent  nos sources : le Contrôle interne de l’AGEROUTE présente des insuffisances.

En effet,  le Conseil d’Administration de l’AGEROUTE a accordé des avantages indus au Délégué du Contrôle financier. Aussi, le Chef de la Division Recettes de la Direction des Grandes Entreprises a minoré les droits d’enregistrement et l’ancien DG de l’AGEROUTE, le Col. Youssouf Traoré, a ordonné le paiement d’un contrat de marché (n°017/DAB-AGEROUTE 2016) de 65 millions FCFA, irrégulièrement enregistré.

Plus grave encore, l’ex DG de l’AGEROUTE, le col. Youssouf Traoré, a ordonné le paiement d’un contrat de marché sans l’acquittement de la redevance de l’ARMDS. Et comme si cela ne suffisait pas, il n’a pas reversé les produits issus de la vente des DAO à l’ARMDS.

Complicité à tous les niveaux

Toujours unis par les liens sacrés de la complicité, l’Agent Comptable de l’AGEROUTE, n’a pas retenu à la source l’impôt sur le revenu foncier (IRF) ainsi que la Taxe foncière sur les paiements effectués pendant la période sous revue sur le contrat de bail n°002/DAB/AGEROUTE relatif à la location du bureau du PCA de l’AGEROUTE pour un montant annuel de 5 256 000 FCFA TTC.  Le montant total compromis s’élève à 2 310 000 FCFA dont respectivement 1 848 000 FCFA pour l’IRF et 462 000 FCFA pour la taxe foncière.  De plus, l’Agent Comptable n’a pas retenu l’IBIC sur des paiements effectués au profit des prestataires locaux non titulaires d’un numéro d’identification fiscal sur leur facture. Le montant total de l’IBIC (Impôt sur les Bénéfices Industriels et Commerciaux) non retenu se chiffre à 6 519 309 FCFA. Et ce n’est pas tout. Loin s’en faut.

L’Agent Comptable, ne tient pas tous les documents de la comptabilité-matières. Pendant ce temps, l’ex DG de l’AGEROUTE, le col. Youssouf Traoré a utilisé des Dossiers-Types d’Appel d’Offres non conformes. Pire, ce dernier et son homologue de la Direction Nationale des Routes (DNR) ont signé des conventions de maîtrise d’ouvrage non conformes. Par la suite, l’ancien DG de l’AGEROUTE a ouvert des comptes bancaires sans l’autorisation du ministre chargé des finances.

Même le régisseur d’avances de l’AGEROUTE n’a constitué ni la caution, ni prêté serment avant sa prise de fonction.

Bref, l’AGEROUTE a été sacrifiée sur l’autel d’intérêts égoïstes par son ancien DG. Autrement dit, la caisse de la structure a subi une saignée financière de 895,51 millions de francs CFA de 2016 au 1er octobre 2019.

En réalité, cette mauvaise gestion est le fruit d’un système bien huilé, mis en place par l’ancien DG de l’AGEROUTE et certains responsables  toujours aux affaires au sein de cette structure.

Selon ce système, les cadres de l’Agence veillent aux « bons soins » de leurs parrains et de leur propre personne: enveloppes de fin du mois, marchés de gré à gré, bons de carburant à gogo, voyages à l’étranger et autres cadeaux en nature. Du moins, s’ils veulent éviter des « ennuis ». D’où cette gabegie financière à  l’AGEROUTE.

Pour toutes ces raisons et bien d’autres encore, le nouveau DG de cette structure, Mohamed Attayer Ag Hamani nommé en novembre 2019 (et qui n’est nulle part cité dans cette saignée financière qui date de l’époque de son prédécesseur, le col. Youssouf Traoré), ne devrait pas faire du neuf avec du vieux pour constituer son équipe. Du moins, s’il veut sauver sa gestion du naufrage. Ou, ce qui en reste.

Il s’agit, dès lors, de trouver les hommes et les femmes, capables de redonner espoir à nos populations en matière de gestion du fonds d’entretien routier.

En tout cas, la balle est dans le camp de M. Mohamed Attayer Ag Hamani, actuel DG de l’AGEROUTE. À lui de montrer de quoi il est capable. Aussi, pour un bon bilan, il se doit de former son équipe et d’insuffler une nouvelle dynamique à la gestion du fonds d’entretien routier afin de ne pas paraître comme un aventurier aux yeux de nos concitoyens.

En tout cas, déçus par tant d’espoirs avortés, les Maliens ne croient plus en l’avenir.

Le DG de l’AGEROUTE, réveillez-vous ! Comme diraient les Témoins de Jéhovah. Car, cette fois, c’est un sommeil de trop. Dormir, c’est mourir un peu. C’est mourir tout court.

Cyrille Coulibaly

Commentaires via Facebook :

4 COMMENTAIRES

  1. Mais l’actuel dg de l’autoroute aussi n’a aucune expérience. Nommé parce que neveu du côté de sa mère de l’ex secrétaire général de la présidence Ben Barka. Son vrai nom est Mohamed Attaher Ag Ahmed MOHAMED Ag Hamani.
    Le nom HAMANI qu’il emprunte N’est pas un nom de famille mais le nom de son grand père. Il est le fils de Ag HAMANI ex PM de ATT.QUEL camouflage N’est ce pas Tionz Mathieu KONE ?

  2. Je l’ai toujours dit que l’AGEROUTE doit être démantelée …c’est l’une des structures étatiques les plus incompétentes au Mali…. il faut simplement voir l’état des routes au Mali …des routes pacotilles toutes approuvées par les service de contrôle de ces agences budgétivores en implicite avec des entreprises de bricolage comme ECGF, SOMAGEC etc..

    je ne suis pas du surpris par cette révélation de vol public par l’AGEROUTE!

    • VOILA quelques uns de mes posts que j’avais écris sur la mafia de l’AGEROUTE:

      https://www.maliweb.net/economie/desenclavement-routes/reseau-routier-district-troncon-cour-dappel-stade-26-mars-honte-2315802.html

      Pkagame 12 Juin 2017 at 15:43

      “Sans aucun doute l’entreprise BECM-CG est la hauteur….car comme l’entreprise EGK elle est l’une des rares entreprises BTP maliennes a être hautement efficaces, professionnelles et rigoureuses a l’exécution du bon travail! Ces deux entreprises maliennes n’ont rien a envier aux autres entreprises multinationales BTP auxquelles l’État malien donne presque les 80% des projets! Quelle honte de seulement jeter des miettes au siens et donner de gros morceaux aux autres.
      Par ailleurs, pour que le problèmes des infrastructures routières soit résolu définitivement il faudra limoger toutes les équipes des structures incompétentes et faillie a savoir l’ AGEROUTE et L’AUTORITE ROUTIERE!!! La soi-disant AUTORITE ROUTIERE avec des revenus de près de 50 milliards annules puises au niveau du BNP ne fout rien de bon….il ne fait que laisser des entreprises bidon et de bricolage comme ECGF et SOMAGEC bricoler nos routes au nom d’entretiens…. c’est une honte de voir qu’on continue d’attribuer des marches d’entretiens routiers a ces genre d’entreprises alors qu’elles ont prouvé au monde entier leur incompétence et leur manque de savoir faire.

      Chaque année que Dieu fait L’AUTORITE ROUTIERE en complicite avec l’AGEROUTE ne font que gaspiller des milliards de nos ressources en complicité avec ces entreprises de bricolage de routes ECGF et SOMAGEC etc.. ces entreprises qui se moquent des usagers en leur bloquant la circulation pendant des semaines et des mois pour enfin ne rien leur construire que des routes qui gonflent comme du ballon au bout de 6 mois! Un exemple palpable c’est les entretiens que Ageroute a approuvé a ces deux entreprises sur les artères Faladie- Tour de l’Afrique- Yirimadio stade 26 Mars dans le cadre des préparatifs du Sommet Françafrique 2017. Allez y simplement voir de vos propres yeux, car jusqu’à présent la SOMAGEC pour sa part n’arrive pas encore a finir avec son bricolage entre le cimetière de Niamakoro et la Tour de l’Afrique sur moins d’un km. Et quelle insulte aux pauvres usagers! L’on se demande s’il y a un service de contrôle au sein de l’Ageroute! Quant a ECGF elle avait fini très vite avec sa part entre la Tour de l’Afrique et la Station Shell allant vers le Stade 26 Mars …mais allez y constater ce qu’elle a bricolé!!! C’est inadmissible simplement!”

  3. It is obvious there must be detail investigation made by authorities from origin of funds to every person having control of those funds in part or entirety. Every person having control of funds must give explanation of management of funds plus proof. Needless to say those found having misused funds should be arrested, convicted of corruption plus given severe prison sentence if funds are not recovered.
    We need all funds we are able to get thus unable to afford corruption of such magnitude. This corrupt act is excess 1200 times average Malian annual income. That is merciless criminality plus should not be tolerated.
    Work smart Mali.
    Henry Author Price Jr aka Kankan

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here