Dr Choguel Kokalla Maïga à la clôture du 6ème congrès du MPR: « D’aucuns me prêtent l’intention de diviser les Maliens… Pour nous, en période de transition, il n’y a ni majorité ni opposition »

0

Les militants du Mouvement Patriotique pour le Renouveau (MPR) étaient en assise statutaire de leur parti, 2 jours durant (les 11 et 12 décembre) au Centre islamique d’Hamdallaye. C’était à la faveur du 6ème  congrès ordinaire du parti et 4ème  congrès des jeunes et des femmes. A la clôture des travaux, le temps fort fut le discours du président du parti, Dr Choguel Kokalla Maïga. Qui a tenu à lever l’équivoque sur l’intention que certains lui prêtent à vouloir diviser les Maliens.

Ce 6ème  congrès ordinaire du Mouvement Patriotique pour le Renouveau (MPR) s’est tenu à un moment décisif autant pour l’histoire de ce parti que la nation malienne. Il coïncide avec la période de transition pour le pays dont son président en est un acteur majeur, car occupant le poste de Premier ministre du Gouvernement depuis le mois de juin. C’est pourquoi les délégués du MPR venus de ses sections de l’intérieur et du district de Bamako après avoir procédé au toilettage des textes de leur parti, ont procédé à l’élection des membres des différentes instances du parti et adressé des motions de remerciement, sans manquer de formuler des recommandations pour l’émergence de leur parti et la réussite de la transition.

Ainsi, ces délégués du parti du tigre débout ont renouvelé leur confiance sur la personne de Dr Choguel Kokalla Maïga pour les rênes du MPR jusqu’au prochain congrès.

C’est pourquoi le tout nouveau président du BEC, lors de son discours de clôture, après avoir remercié les congressistes pour leur assiduité aux travaux a estimé que ce 6ème Congrès a été une réussite. Cela, au regard de la pertinence et la qualité des interventions des délégués ainsi que les messages d’amitié et de solidarité des amis invités du parti. « Ce 6ème  Congrès fera date, celle de la relance du MPR, son rayonnement encore plus grand dans le Mali nouveau, le Mali Kura en construction » a déclaré le président du MPR. Qui s’est particulièrement réjoui particulièrement  devant l’état de fait que les militants de son parti aient compris le sens que cette transition donne à la vision de rupture et au changement. D’où l’occasion pour lui d’affirmer que rupture qu’il s’agit est celle de tourner le dos à ce qui a conduit l’Etat à la faillite, ce qui a conduit le peuple à dire non et qui a contraint les militaires à prendre leurs responsabilités.  « Par changement vous avez compris qu’il s’agit d’une nouvelle naissance, la refondation de l’Etat, la construction d’un nouveau Malien » a expliqué Dr Choguel Kokalla Maïga. Sans manquer de lever l’équivoque sur le fait que certains lui prêtent l’intention de diviser les Maliens, en limitant les forces du changement au seul M5-RFP, faisant des autres, particulièrement les tenants de la majorité présidentielle renversée, le courant de l’inertie. A cet effet, il dira que telle n’est pas sa lecture, ni  son intention. Encore moins celles des autres membres du M5-RFP. « Pour nous, en période de transition, il n’y a ni majorité ni opposition. En cette période, le pays a un objectif à atteindre, assouvir trois besoins : un besoin de sécurité, un besoin de justice, un besoin de réformes politiques et institutionnelles » a-t-il affirmé. Avant de poursuivre que tous ceux qui s’inscrivent dans cette dynamique de résorption de la crise multidimensionnelle, appartiennent aux forces du changement qu’ils aient été ou non militants de la majorité présidentielle ou de l’opposition au régime déchu. « Seuls s’auto-excluent ceux qui s’échinent à vouloir mettre des entraves à la marche en avant des forces vives » a déclaré Dr Choguel Kokalla Maïga.

A la tribune de clôture des assises de son parti, le Premier ministre Maïga a fait un tour d’horizon sur les grandes questions de l’heure, notamment, la tenue des Assises nationales de la Refondation. A ce sujet, il n’a pas perdu de vue la coïncidence de la tenue de ce congrès avec le démarrage des Assises Nationales de la Refondation (ANR). Pour paraphraser le Président de la Transition, il dira que « ces ANR : constitueront un moment privilégié d’examen collectif de conscience et de prospective, un événement précurseur de renaissance de notre Pays. »D’où son appel à la suite du Président de la Transition à l’inclusivité conformément à la vision du Gouvernement qu’il dirige.

M Diawara

.

 

 

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here