A propos du réajustement ministériel du régime IBK : La grosse désillusion…

0
Le premier ministre Modibo Keita
Le premier ministre Modibo Keita

En annonçant le réajustement ministériel, vendredi dernier, Koulouba prend tout le monde de cours sauf les observateurs avisés et chroniqueurs politiques en ce sens que la rupture avec les caciques du RPM et la « fin » de la corruption semble  sonnée, si l’on croit la sortie du Chef de l’Etat en face des ministres de Modibo Kéita III. Ce énième réajustement ministériel, le troisième du genre depuis l’arrivée de Modibo Kéita, à la primature et le cinquième, depuis l’accession d’IBK à Koulouba en 2013, montre le vécu réel du pourvoir par le «Kankélén Tigi». D’où l’apprentissage du plein pouvoir, fini le technocrate, le bon exécutant en quelques sorte qui a permis de sauver le régime d’AOK.
Les limogeages des deux « tourtereaux » : Dr Bokary Tréta, non moins Ministre de l’Agriculture et Mamadou Igor Diarra, le jeune loup aux dents longues du département de l’Economie, des Finances et du Budget, pour diverses raisons, si l’on ne croit nos sources, alimentent les débats dans les salons feutrés de la capitale malienne. Diverses raisons sont avancées pour expliquer acte du PR Modibo Kéita, requinqué par la confiance renouvelée du Chef de l’Etat. Ainsi, pour le premier, homme politique de son rang, tout puissant Secrétaire Général du RPM « parti majoritaire à l’AN » primo, il s’est avéré selon nos radars, que Bokary Tréta aux regards de ses agissements, en haut lieu, surtout dans l’entourage du Président IBK, il ne servait plus le régime et pire, son implication dans bien d’affaires jugées « sales » dont l’engrais frelaté, les mille tracteurs, ce dont IBK n’avait pas besoin, ont creusé de nos jours, le fossé qui le sépare à « Ladji Biourama ».
Devenir PM à tout prix…
Pire, la volonté affichée du SG du RPM, de devenir Premier Ministre avec sa majorité arithmétique, alors qu’IBK a été élu par un vote populaire du peuple malien, a été la goutte d’eau qui a débordé le vase du coté du locataire de Koulouba qui n’avait d’autre choix que de le virer de l’équipe de Modibo Kéita, qui a été victime d’une campagne de presse des plus virulente. En outre, sa propension à vouloir devenir PM, a aggravé sa situation et ternie son image au près du Président IBK, qui a été totalement dépité par ses comportements de son ancien camarde politique, indiquent certaines sources. Pire, la volonté du SG du RPM à vouloir imposer le diktat du RPM dans les nominations, a exacerbé le Chef de l’Etat, qui n’en revenait pas des comportements de Tréta. Mieux, nos informations font état du climat délétère qui a prévalu avant la sentence qui vu Tréta et Mamadou Igor Diarra, chassés du gouvernement dirigé par Modibo Kéita, qu’il ne voulait plus sentir. En guise de rappel, Modibo Kéita, n’a pas été reconduit puisqu’il n’a pas démissionné. En réalité, le PM a chassé le SG du RPM et le jeune Ministre Mamadou Igor Diarra, pour des raisons jugées très évidentes à la primature.
Tout est partie de l’élection du Président de l’AN
Aussi, nous vous rappelons que cette crise est partie depuis que le BPN « drivé » par Tréta, a osé défié IBK en nommant à la présidence de l’AN, Issiaka Sidibé contre toute attente car, el vrai poulain d’IBK était l’honorable Abderhamane Niang de Niafunké, de nos jours, Président de la Haute Cour de Justice (HCJ). Les rapports avec le Cheff d el’Etat se dégraderont au fil du temps, sans que le SG du RPM et ses camarades ne  réalisent la portée de leurs agissements à l’égard du Président élu par la un vote populaire. Depuis lors, comme nous l’annoncions dans nos précédentes éditions, le Président les aura à l’usure pour défiance.

Igor est-il mouillé ?
Quant Mamadou Igor Diarra, il semblerait qu’il serait mouillé jusqu’au coup dans bien de scandales dont l’affaire des tracteurs qui pour un bon financier, n’aurait jamais se passé de la sorte car, explique un spécialiste, ce genre de marché requiert un besoin, une étude sérieuse car il est d’ordre technique et ne se donne pas à un fournisseur sans qu’il ne prévoit le service après vente (pièces de rechange), donc pour l’achat d’une telle quantité de tracteurs (1000), il fallait que le besoin se fasse, aussi que la direction nationale des machines agricoles teste ces engins, le tout appuyé par suivi d’un protocole.  L’appel d’offres selon des spécialistes, n’aurait pas répondu aux exigences. Donc un marché vide de sa quintessence. Sans compter que son nom était cité pour être Premier Ministre, sans  tenir compte que le climat avec son personnel (surtout des impôts) était devenu exécrable. D’ailleurs, selon nos radars, son départ aurait été bien fêté.
Mais il semble que ce jeune banquier n’est pas celui avale toutes les couleuvres qu’on lui présente. Homme de principe, Mamadou Igor Diarra, selon des témoignages, est un homme de principe. Est-ce pour cela qu’il a été débarqué ?
Les commentaires vont bon train mais des proches déplorent ce qui vient d’arriver.
S’agissant de Me Gaoussou Diarra, il a demandé à quitter le gouvernement pour des raisons personnelles. No comment !
Bokari Dicko

PARTAGER