Journées Maliennes des Ressources Humaines : Les problèmes liés à la GRH au centre des discussions

1

Le Pr Abraham Bengaly, représentant le Ministre du Travail, de la Fonction publique et de la Réforme de l’Etat, chargé des relations avec les Institutions, a procédé le 15 mars 2015 au CICB, à l’ouverture des deuxièmes journées maliennes des Ressources humaines, organisées par l’Association malienne des gestionnaires des ressources humaines (AMAGRH) et ses partenaires. Cette édition est placée sous le thème : «cadre juridique et institutionnel de la gestion des ressources humaines au Mali: les acteurs et leurs rôles».  L’objectif est d’offrir aux professionnels un espace d’échange sur la problématique d’actualité et d’intérêt national liée à la gestion des ressources humaines (GRH) et de promouvoir l’expertise  malienne en matière de GRH.

«Nous avons choisi ce thème car un tour d’horizon de l’actualité sociale à travers la presse écrite nous permet de faire un constant alarmant : une recrudescence des mouvements sociaux dans certains secteurs ; la récurrence de certaines revendications. C’est pourquoi on a pensé qu’il y a lieu de commencer la réflexion par les règles de bases ; celles qui fixent le cadre juridique et institutionnel de notre action de tous les jours. En se demandant si les règles de base en matière de GRH sont elles connues de tous ? Si oui, quelles sont les difficultés dans l’application ? Si non, quelles actions devons nous entreprendre ?», a introduit le président de l’Amagrh Nouhoum Diakité. Avant d’ajouter que «les réponses qu’on apportera à ces questions nous permettront de contribuer à l’amélioration de la connaissance des textes afin de favoriser une application saine qui préserve le climat social. Car sans climat social serein, les organisations vont évoluer dans un environnement extrêmement difficile. Et dans ce cas, il sera difficile de maintenir un climat de confiance entre les partenaires sociaux».

Des personnalités des ressources humaines du Burkina Faso, du Bénin, du Sénégal, et du Mali prennent part à ces journées qui se dérouleront durant deux jours sous forme d’ateliers et de conférences sur des thématiques par des professionnels ciblés. Pour les sessions, il s’agit de faire l’état des lieux  des textes juridiques de gestion des ressources humaines au Mali, rôle et responsabilités des différentes structures administratives, utilisation du personnel dans le respect des normes légales et réglementaires, perspectives et réformes en cours des cadres juridiques et réglementaires, comparaison de la situation du Mali avec les autres pays de la sous région.

Selon le Pr Abraham Bengaly, «le thème de ces journées est capital car repose sur des textes qui font le fonctionnement des sociétés. Important qu’il ait interaction entre ceux qui ont la charge des Grh et le personnel à travers un cadre dialogue, de formation pour mieux cerner les problèmes. Un tel cadre va permettre d’instaurer aussi le dialogue entre le secteur public et le secteur privé. Le gouvernement réitère sou soutien à l’Amagrh pour le travail remarquable qu’il fait. Car sans ressources humaines de développement, pas de résultat».

Pour sa part, le président du Conseil national du patronat du Mali, Mamadou Zinzin Coulibaly a déclaré : «l’entreprise est une structure économique qui ne saurait exister sans les hommes et les femmes qui jouent un rôle important en son sein. Leurs résultats dépendent de la motivation des ressources humaines». Avant d’inviter les membres de l’association à s’acquitter de leur cotisation pour sortir de la recherche du sponsoring pour mener leurs activités.

Hadama B. Fofana

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

1 commentaire

  1. Monsieur le représentant du Ministre du travail, je vous invite d’aller dans les services du Mali, juste pour constater l’amateurisme et le ” je m’en foutisme ” de certains Directeurs des Ressources Humaines. Ils gèrent comme si les cadres de cet pays sont des “Moutons de Monipêbougou. Ils s’arrangent pour mettre les Agents dos à dos, favorisent certains Agents afin de détourner tout le budget de sa Direction, ils attendent la descente pour faire travailler les soient disant stagiaires à la place des cadres qui restent toute la journée à ne rien faire, s’ils demandent du travail, on leur dit: ca viendra. En ce qui concerne l’utilisation du personnel dans le respect des normes légales et réglementaires, je vous assure que cela est piétiné et jeté dans les égouts. Le Mali ne pourra pas se développer Car les responsables de l’inspection du travail ne sanctionnent pas les mauvais DRH .Le PM doit exiger une enquête de moralité avant toutes nominations, comme ca, le Mali pourra s’améliorer.et rehausser l’image de son administration.

Comments are closed.