Le gouvernement malien persiste à dénoncer un “abandon en plein vol” de la France

7

Le Premier ministre malien Choguel Kokalla Maïga persiste à dénoncer un “abandon en plein vol” de la France avec sa décision de retrait du Mali de la force Barkhane, incapable selon lui d’enrayer la montée du terrorisme dans le pays, en pleine tensions entre Paris et Bamako.

“Les faits sont que le Mali a demandé à la France de l’aider à détruire le terrorisme et à recouvrir l’intégralité de son territoire. Près de neuf ans après, que constatons-nous ? Le terrorisme qui était confiné à Kidal – bastion des rebelles touaregs, NDLR) s’est étendu à 80% de notre territoire”, a-t-il déclaré lors d’une interview publiée lundi par Le Monde Afrique.

Barkhane a décidé de “se concentrer sur le Liptako”, dans l’Est du Mali, où l’EIGS (Etat islamique au Grand Sahara) est actif, quand “le groupe le plus dangereux pour l’Etat malien, c’est le GSIM (Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans, proche d’Al-Qaïda)” dans le Nord, a-t-il en outre regretté.

“Pendant qu’Al-Qaïda multiplie ses attaques, notre principal allié, en tout cas celui que nous croyions l’être, décide de quitter sa zone d’influence pour se concentrer sur les trois frontières. N’est-ce pas de l’abandon en plein vol ? Nous sommes en train de chercher des solutions”, a-t-il martelé. Des propos similaires de M. Maïga tenus récemment devant les Nations unies avaient été fortement condamnés par la France. “C’est une honte”, avait tonné le président Emmanuel Macron.

Face à cette situation, le gouvernement malien, qui “a bien compris que s’il ne compte que sur un seul partenaire, (…) pourra à tout moment être abandonné”, en “cherche d’autres”, a expliqué son Premier ministre, démentant toutefois des discussions avec le groupe privé russe Wagner, qu’il a qualifiées de “rumeurs”.

Présent, entre autres, en Libye et en Centrafrique, où il est accusé d’exactions depuis le printemps, le groupe Wagner est soupçonné, notamment par Paris, d’agir pour le compte du Kremlin là où ce dernier ne veut pas apparaître officiellement. La France, l’Allemagne ou l’Estonie ont d’ores et déjà averti qu’elles réexamineraient leur présence militaire au Mali si un accord était conclu entre Bamako et Wagner.

Choguel Kokalla Maïga a par ailleurs prévenu que le calendrier des élections présidentielle et législatives, prévues le 27 février 2022, ne devrait pas être respecté, autre point de friction entre une partie de la communauté internationale et ce gouvernement malien issu d’un coup d’état militaire. “Quelques semaines ou quelques mois de décalage, ce n’est pas la fin du monde pour un pays en crise depuis dix ans”, a-t-il justifié.

Commentaires via Facebook :

7 COMMENTAIRES

  1. Assimi n’aura pas le culot de nommer un autre PM. Quitte à mettre le Mali à feu et à sang. Il est intellectuellement limité pour se rendre compte des risques qu’il fait courir au pays. Il faut laisser les choses comme telles. Quand au bout de trois mois, les salaires ne seront plus payé, on se rendra compte de nos bévues.

    • Aziza, CHOGUEL DOIT ETRE DEMIS DE SES FONCTIONS! IL FAUT SAUVER LE MALI ET CHAQUE MINUTE EST IMPORTANTE! LE COMITE’ STRATEGIQUE DU M5/RFP PEUT TROMPER LES VOYOUS ET LES ABRUTIS MAIS IL N’A AUCUN POIDS AILLEURS! STRATEGIQUEMENT, CHOGUEL A DEMONTRE’ QU’ IL EST UN POIDS PLUME! EN CE QUI CONCERNE MON FILS ASSIMI ET LES AUTRES COLONELS DU CNSP, ILS SAVENT QU’ILS ONT LE POUVOIR AND NOTHING ELSE!

  2. Pourquoi obliger la TRANSITION à organiser les élections en Février alors qu’il n’y a pas de sécurité… ?
    Organiser les élections sur seulement une partie du TERRITOIRE NATIONAL… ?
    C’est dangereux pour l’unité du pays… !
    En ce sens que, cela risque d’encourager les rebelles séparatistes… Et de les conforter dans leur idée que l’autre partie du TERRITOIRE où il n’y a pas d’élection leur appartiendrait.
    Si on veut éviter la partition de notre pays, mieux vaudrait sécuriser d’abord le pays tout entier … Et organiser les élections sur l’ensemble du TERRITOIRE NATIONAL… Quitte à dialoguer avec nos frères égarés du NORD et du CENTRE du pays.
    S’ils ne veulent pas dialoguer…, comme l’a dit CHOGUEL, on serait obligés de faire appel à des AMIS qui voudraient bien nous aider à récupérer l’entièreté de notre pays.
    On ne peut pas laisser nos POPULATIONS indéfiniment prises en otage par l’insécurité… Avoir la partition de notre pays comme épée de Damoclès au-dessus de nos têtes et pendant ce temps des “ALLIÉS” se jouent de nos faibles moyens et de nos AUTORITÉS.
    C’est pas responsable, enfin… !

    Vivement le Mali pour nous tous à égalité de Droits et de Devoirs.

    • En 1992, on a organiser les élections sans la région de Kidal. J’ai écrit à l’époque un poème dans lequel je disais que je n’allais jamais voter sans les descendants de Fihroun et Chaïboue. On a voté quand même. Et depuis, les Maliens votent dans l’insécurité.
      Si on veut attendre la fin totale de l’insécurité pour organiser les élections, il faudrait alors attendre plusieurs décennies.
      Je pense que seul un gouvernement élu peut obtenir la paix?

    • BAMAKE’, IKA KOUMAKAN DJOUGOU TE’. Avec ou sans les elections QUE CE GOUVERNEMENT BIDON DE LA TRANSITION DEGAGE CAR IL A DEMONTRE’ QU’IL EST TRES INCOMPETANT, TRES IRRESPONSABLE ET TRES INCONSCIENT! AUJOURD’HUI, IL EST ENTRAIN DE PORTER ATTEINTE AUX INTERETS SUPERIEURS DU MALI! CE QUI N’EST PAS ACCEPTABLE!
      BAMAKE’, SAIS-TU LA SIGNIFICATION DE LA SAGESSE BAMANAN QUI DIT: DJAGO BE’ NALOMA KOUN’, FATO BE’ AYA LA? CHOGUEL EST TOUJOURS LE FATO. HIER C’ETAIT LE M5/RFP QUI JOUAIT LE ROLE DE NALOMA POUR LUI. AUJOURD’HUI, JE PENSE QU’IL TIENT A’ DONNER CE ROLE A’ MON FILS ASSIMI QUI FRANCHEMENT EST PERDU. ON LUI CASSE LES OREILLES AVEC LES HISTOIRES DE MODIBO KEITA MAIS ON NE LUI DIT JAMAIS QUE MODIBO ETAIT UN MEMBRE DU GOUVERNEMENT FRANCAIS A’ PARIS. LA FEDERATION DU MALI QUI REGROUPAIT LE SENEGAL ET LE SOUDAN FRANCAIS A ECLATE’ SOUS SA PRESIDENCE. AU COUP D’ETAT DE 1969 LE MALI NE COMPTAIT QUE 8 MILLIONS D’HABITANTS!!!! MON DEFUNT PERE AUSSI PENSAIT QUE MODIBO KEITA ETAIT UN DIEU! BEN ET AMINA DOIVENT CESSER DE NOUS CASSER LES OREILLES!

      • Depuis le Premier Ministre Feu Modibo KEITA ( paix à son âme ) que Soumaïlou Boubey MAÏGA a remplacé… Aucun Chef de Gouvernement n’a tenu un an en place. A peine qu’un Premier Ministre est nommé…, à peine qu’il entre en fonction et qu’il nomme les membres de son Gouvernement que des voix se lèvent pour dénoncer son incompétence et demander sa démission… C’est pas responsable… Car, c’est rendre le pays ingouvernable.
        Pourquoi nos Partenaires respecteraient nos Gouvernants si nous même, nous ne voulions pas d’eux… ???

        Vivement le Mali pour nous tous à égalité de Droits et de Devoirs.

  3. Nous ne laisserons pas Choguel dans sa fuite en avant, entrainer le Mali avec lui! Un nouveau PM doit etre nomme’ immediatement pour apaiser la tension et permettre a’ notre faso de continuer a’ beneficier de l’aide de la France, des autres grands decideurs, des pays freres et amis et des organisations internationales. Nous avons 20 millions de maliennes et de maliens a’ proteger. Choguel doit aller mediter pour controler ses emotions! LE MALI A D’AUTRES PRIORITE’S BEAUCOUP PLUS IMPORTANTES!!!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here