Mali : EMK, un des regroupements membres du M5-Rfp, exige la démission du Premier ministre

0

A l’occasion du 2e anniversaire de son « Appel au Peuple du Mali pour se rassembler et lutter », Espoir Mali Kura (EMK) dit ne plus reconnaître le comité stratégique du M5-Rfp et son président, Choguel K Maïga.  Il appelle par la même occasion à la mise en place d’un gouvernement dirigé par un Premier ministre rompu à la tâche. C’était à la faveur d’une conférence le samedi 14 mai à son siège sis à Magnambougou sous l’égide de son coordinateur Cheick Oumar Sissoko.

Espoir Mali Kura (EMK), une des composantes du M5-Rfp, retire son soutien au Premier ministre et exige sa démission à la tête du gouvernement.  Cette sortie d’EMK intervient dans un contexte marqué par des soubresauts à l’intérieur du mouvement où certains de ses membres, notamment le ministre Ibrahim Ikassa Maïga et autres, disent avoir démis le coordinateur, Cheick Oumar Sissoko, de ses fonctions. Toute chose que le comité le Comité de Pilotage d’EMK dit avoir appris avec beaucoup de surprise. « EMK n’est pas une entreprise privée capitalistique aux actions détenues par quelques individus », clarifie-t-il.

Selon le regroupement dirigé par Cheick Oumar Sissoko, la rectification de la transition exigée a échoué.  L’EMK appelle pour cela à une 3e étape, cette fois-ci  de rupture. Celle- ci ne peut se faire avec le gouvernement actuel jugé incapable d’endiguer les mots que minent le Mali que sont la corruption, le népotisme et l’impunité. « Hormis la question de la sécurité, rien n’a changé et pire, on continue à protéger les voleurs, les corrompus », assure EMK.

Pour sortir le pays de l’impasse, EMK appelle à la mise en place un gouvernement de mission composé de 15 à 20 personnes. Il faut, insiste le cinéaste et ancien ministre de la Culture, « un gouvernement de gens compétents, honnêtes, patriotes rompus à la tâche. Un gouvernement dirigé par un Premier ministre qui a une culture politique des lourds problèmes du pays. Un Premier ministre travailleur, qui a une grande capacité d’écoute et qui sait rassembler ». L’actuel Premier ministre Choguel K Maïga a échoué à mettre en place une gouvernance vertueuse mettant fin à la corruption et à l’impunité.

EMK va faire un appel à la mobilisation contre le pouvoir

« Depuis bientôt 12 mois, nous assistons à un one man show du PM Choguel », tacle Cheick Oumar Sissoko, qui dénonce la persistance des errements du régime IBK.  « L’accent de souveraineté du début de mandat n’a pas résisté à la mythomanie, à la logomachie de l’homme faites de volonté affichée de diviser notre peuple, d’affaiblir le M5-Rfp, EMK, la classe politique et les jeunes », juge-t-il. De quoi faire du départ du Premier ministre une impérieuse nécessité. Celui-ci selon Cheick Oumar Sissoko va malheureusement laisser le pays exsangue de ressources financières. « Il va laisser un pays isolé, divisé et, fragilisé. » a-t-il insisté.

Pour terminer, Cheick Oumar Sissoko prévient : « Si la Transition de rupture ne devient pas une réalité. EMK va faire un appel à la mobilisation contre le pouvoir. Et cela, nous ne le souhaitons pas ». Il faut rappeler que EMK a été le premier mouvement à appeler à la démission de l’ancien président de la République, IBK, et son régime le 14 mai 2020. Sa sortie médiatique ne va pas davantage fragiliser la position de Choguel K Maïga qui devient de plus en plus isolé sur la scène politique.

Abdrahamane SISSOKO/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here