Mali : imbroglio autour du Collectif pour la Refondation du Mali

0

Le Collectif pour la Refondation du Mali (Corema) devient l’Alliance pour la Refondation du Mali (Arema). C’est la principale décision de ses membres fondateurs réunis en assemblée générale, le mardi 28 juin au CICB. Une sentence que s’oppose Aboubacar Sidiki Fomba qui se considère toujours comme porte-parole et président de la commission scientifique du mouvement.

Ne dites plus le Collectif pour la Refondation du Mali (Corema) mais l’Alliance pour la Refondation du Mali (Arema). C’est du moins ce qu’ont acté de nombreuses personnalités qui se considèrent toutes comme membres fondateurs du mouvement. Ce changement de dénomination fait suite à une crise qui sévit au sein du mouvement depuis quelques semaines. Elles sont, selon nos informations, liées à l’examen et à l’adoption de la Loi électorale par le Conseil National de la Transition (Cnt). Les missions de bons offices engagées par plusieurs personnalités se sont toutes soldées par un échec.

Face à cette situation la réunion, selon ses organisateurs, après échange et consultation des bases du Corema a décidé de l’absorption de tous les militants et bases anciennement Coréma par l’Arema.  Celle-ci conserve les objectifs et la vision de base notamment le soutien à la transition et aux autorités de la transition pour la refondation et l’indépendance totale du Mali. « Toutes les bases et entités anciennement Corema répondent désormais au nom de l’Arema », assurent-ils.

La réaction de Fousseynou Ouattara et Aboubacar Sidki Fomba 

Cette décision fait suite à « l’entêtement » des sieurs Fousseynou Ouattara et Aboubacar Sidiki Fomba respectivement président et porte-parole du mouvement. Elle acte l’exclusion des deux personnalités, toutes membres du Conseil National de la Transition (Cnt).

Un directoire avec à sa tête Mohamed Ousmane Ag Mohamedoune a été mis en place en attendant le congrès.

Une sentence qui n’a pas laissé les sieurs Fousseynou Ouattara et Aboubacar Sidiki Fomba indifférents. Dans un document signé par le premier, on peut lire que le nommé Mohamed Ousmane Ag Mohamedoune est exclu du Corema pour « usurpation de titre, calomnie et tentative de division ».

Le second a réagi à travers un communiqué. Aboubacar Sidiki Fomba accuse Mohamed Ousmane Ag Mohamedoune de « manipulation ». Selon lui le mouvement de l’inclusivité dont Mohamed Ousmane Ag Mohamedoune est le premier responsable n’a jamais notifié par lettre son adhésion au Corema, règle préalable pour prétendre être membre du COREMA à fortiori membre fondateur.

En ayant été incapables de gérer leurs mésententes à l’interne, les membres, qu’ils soient de l’Arema ou du Corema, se donnent en spectacle. Il faut rappeler que les membres de cette organisation font partie des plus grands soutiens des militaires au pouvoir.

Abdrahamane SISSOKO/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here