Moussa Mara au CSCOM de Médine : Le parti Yelema courtise l’électorat de la commune II

0

Le Président du parti Yelema, Moussa Mara a présidé le vendredi 29 janvier 2016 dans l’après-midi, la cérémonie qui consacre la fin de la réalisation des travaux de l’accès et le raccordement du centre de santé communautaire de Médine-Coura au château d’eau du groupe scolaire Mamadou Diarra. Sollicitée par l’Association de santé communautaire de Medina- Coura, la réalisation de cet ouvrage a été faite par la cellule Yelema de la commune II, pour suppléer les difficultés de ravitaillement du centre de santé en eau par la SOMAGEP. Cela a été possible avec le consentement du comité de gestion scolaire et les directeurs d’école du groupe. En plus du maire délégué du centre secondaire d’Etat civil de Médine, Seydou Tall, la cérémonie a enregistré la présence du président de l’Association de santé communautaire de Medina- Coura, El Hadj Mamourou Mahamoud Camara, du vice-président de la coordination Yelema  en commune II, Cheick Traoré dit Bob, du coordinateur par intérim des chefs de quartiers de la commune II, Mamadou Bouya Simpara, non moins chef de quartier de Quinzambougou.

Après les mots de bienvenue du maire  Seydou Tall et du Coordinateur par intérim des chefs de quartiers de la commune II, le président du bureau  de l’ASACOME a prononcé son discours. A l’entame de ses propos, El Hadj Mamourou Mahamoud Camara a fait une brève présentation du CSCOME, évoqué quelques difficultés actuelles et rappelé l’état de l’aide et de l’assistance officiellement demandées par l’ASACOME au président de la cellule Yelema de la commune II.

Selon lui, le cscom de Médine, crée en 1993 et fonctionnel  à partir de 2001, est aujourd’hui  confronté à des difficultés qui s’apprécient à travers les besoins prioritaires, à savoir l’amélioration des conditions au sein des unités fonctionnelles ; la mise en service d’un médecin spécialiste en gynécologie ; un véhicule ambulance ; l’acquisition de matériels techniques des équipements complets pour le bureau du gestionnaire et le dépôt de vente de médicaments ; la réalisation de travaux d’infrastructures pour le renforcement de la maternité etc. Il a ensuite  rappelé que dans la recherche de solutions possibles aux difficultés quotidiennes rencontrées, l’ASACOME a adressé le 16 décembre 2015 une lettre de demande d’aide et d’assistance matérielle pour le cscom au président de la cellule Yelema de la commune II. Aux dires de Mr Camara, il s’agissait de la réalisation de deux travaux d’intérêt communautaire.  L’un fait l’objet de cette cérémonie et l’autre se porte sur l’aménagement par pavage ou dallage de la ruelle séparant le groupe scolaire  Mamadou Diarra et la devanture du cscom et dont le budget estimatif s’élève à 8.080.000 FCFA. Pour terminer, El Hadj Mamourou Mahamoud Camara a, au nom de tout le personnel du cscom, les malades et leurs accompagnateurs, apprécié cette première réalisation. Il a conclu en disant que « même si l’eau n’est pas un médicament, c’est un élément irremplaçable de la bonne santé et d’un environnement sain ».

A La suite du président de l’ASACOME, le secrétaire administratif du cscom de Médine-coura, Ousmane Goïta a indiqué que : « la santé n’a pas de prix. Sans eau, il n’y a pas de vie »

Le vice-président de la coordination Yelema en commune II, Cheick Traoré, alias Bob, a pour sa part insisté sur le fait qu’il est incompréhensif de voir Médine, 3ème quartier le plus peuplé de la commune II et loti depuis presque 100 ans, puisse se retrouver avec un cscom en insuffisance d’eau potable. « Il est temps que les maliens s’intéressent à l’intérêt général plutôt que de se focaliser uniquement sur l’intérêt personnel qui n’arrange personne », a martelé Bob.

Suivra ensuite la remise des doléances de l’ASACOME et de la coordination des artisans de la commune II au parrain de la cérémonie, Mara.

La franchise d’un candidat 

En réponse, le président du Parti Yelema, Moussa Mara, a  présenté ses excuses à l’assistance pour le retard accusé dû aux embouteillages de la circulation. Moussa Mara aremercié les uns et les autres pour leur présence à la cérémonie. Il a félicité et encouragé les responsables de la coordination du parti en commune II pour leur engagement militant. Pour Mara, poser un acte d’intérêt général dans sa commune, c’est s’acquitter d’un devoir citoyen.  A en croire l’ancien premier ministre, si chacun joue son rôle dans sa collectivité, le pays va se construire et se développer. Le parrain de la cérémonie de poursuivre en disant que les centres de santé communautaire au Mali, en général et ceux de Bamako, en particulier sont confrontés à d’énormes difficultés. Pour ce faire, il a déclaré que si les Associations de Santé Communautaire jouent pleinement leur rôle, les Cscom auront moins de problèmes. A l’entendre : «Il ya beaucoup de défaillance dans la gestion des ASACO. La bonne gestion des ASACO repose sur la gestion transparente des ressources financières.  Il faut que les gens sachent que le travail du bureau de l’ASACO est basé sur le bénévolat. Ce n’est pas un lieu où on vient chercher le prix de condiments. Le vrai problème au Mali, c’est la mauvaise gouvernance.  Nous allons minutieusement examiner les différents projets qui ont fait l’objet de doléances. Ensuite, nous vous dirons ce dont nous sommes capables de faire. C’est le lieu de dire ma méthode de travail. Ma stratégie se fonde sur le travail commun et l’union des forces. Quel qu’en soit le montant des projets adoptés, nous allons suivre les procédures ensembles et contribuer ensemble pour sa réalisation. Je ne fais pas de promesse, mais je contribue. Généralement, les gens ne préservent jamais les biens acquis gratuitement. Mara seul ne fait pas le travail ». La cérémonie prendra fin par la visite du cscom.

Jean GOÏTA

 

PARTAGER