Pour repenser notre société afin de voir émerger un nouveau Mali : L’Um-Rda estime que cela suppose l’avènement d’un nouveau type de malien épris de patriotisme, d’équité et de justice sociale

0
Dr Ibrahim Bocar Bah lors de la présentation de vœux de l’UM-RDA fasojigi à la presse
Dr Ibrahim Bocar Bah lors de la présentation de vœux de l’UM-RDA fasojigi à la presse

L’Union malienne du Rassemblement démocratique africain (Um-Rda) a organisé, le samedi 26 janvier, à son siège sis à Korofina, sa rentrée politique couplée avec la cérémonie de présentation de vœux à la presse. Ladite cérémonie était présidée par le président du parti, Ibrahim Bocar Bah, en présence de plusieurs cadres de l’Um-Rda.

Après l’intonation de l’hymne national du Mali, le président de l’Um-Rda dévoile l’ordre du jour de la cérémonie qui s’articule autour de deux points essentiels : la vie du parti et les problèmes d’actualité, ainsi que la contribution du parti à la réussite du second mandat du président IBK.

S’agissant de la vie du parti, il dira que les préoccupations identifiées par le 2ème Congrès ordinaire de l’Um-Rda faso jigi étaient les suivantes : la non-tenue régulière des réunions statutaires du Bureau Politique National (Bpn), le déficit de communication avec les différentes bases du parti c’est-à-dire les sections de l’intérieur comme de l’extérieur, le déficit de visites de terrain, le faible appui technique et financier au profit des sections, le problème de positionnement du Parti sur l’échiquier politique national.

Pour remédier à ces préoccupations, il ajoutera que le parti s’est doté de deux outils majeurs, notamment le Programme de mandature 2017-2022 et le Projet de société qui sont aujourd’hui opérationnels. “Dans tous ces domaines, fort heureusement, le rapport d’activités 2017 et celui de 2018 en cours de finalisation ont montré que des progrès significatifs ont été réalisés avec la tenue régulière des réunions statutaires, les visites de terrain qui ont été multipliées et les appuis aux sections à la mesure de nos moyens”, s’est-il réjoui.

Um-Rda, 6ème force politique au vu de son nombre de maires

En ce qui concerne le positionnement du parti sur l’échiquier politique, il a précisé que l’Um-Rda s’est classée 6ème force politique en termes de nombre de maires et 12ème pour les conseillers communaux sur l’ensemble du territoire national aux élections communales du 20 novembre 2016. Ainsi, dans le cadre des relations de partenariat avec les autres partis politiques, dès la mise en place du bureau, l’instance dirigeante du parti a initié des rencontres avec une vingtaine de formations politiques. “L’Um-Rda a été très active au sein de l’hémicycle à travers ses députés et également membre de premier plan de l’Alliance EPM, avec laquelle elle a remporté de nombreux succès dont le plus éclatant est la brillante réélection de S.E.M. Ibrahim Boubacar Kéïta à la magistrature suprême de notre pays. Ses responsables jouent également un rôle clé dans le fonctionnement de cette Alliance”, a-t-il ajouté.

S’agissant des problèmes d’actualité, il poursuivra que l’Um-Rda a identifié des questions cruciales dont la recherche de solutions s’impose. Entre autres, le problème sécuritaire qui subsiste, l’effritement de nos valeurs sociétales avec pour conséquences l’incivisme, l’absence d’amour de la patrie, le non-respect du bien public, la problématique de l’emploi des jeunes qui représentent plus de 65% de la population active, la transformation structurelle de l’économie en lien avec l’industrialisation et le front social en lien avec la multiplication des préavis de grève.

A entendre le président de l’Um-Rda, si dans le domaine sécuritaire d’importants défis subsistent en raison de la complexité de cette question, et dans une certaine mesure le retard dans la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu du processus d’Alger, d’énormes efforts ont été déployés pour équiper, motiver et renforcer nos forces de défense et de sécurité, notamment la Loi d’orientation et de programmation militaire (Lopm) et la Loi de programmation sur la sécurité intérieure (Lpsi).

Tirer les leçons du 1er mandat

Selon lui, sur le front social, d’énormes sacrifices financiers ont été déployés par le gouvernement pour faire face aux revendications catégorielles. “Il demeure que de nombreux préavis de grève se sont amoncelés avec le cahier de doléances de l’Union nationale des travailleurs du Mali (Untm) dont les négociations se poursuivent. Il est attendu que la Conférence sociale puisse leur trouver une issue heureuse”, a-t-il dit.

Evoquant la contribution à la réussite du second mandat du président IBK, il précisera que l’Um-Rda, membre de l’Alliance “Ensemble Pour le Mali” accompagne de toute son énergie l’équipe gouvernementale conduite par le Premier ministre Soumeylou Boubèye Maïga en vue de la réussite du second mandat de son champion Ibrahim Boubacar Kéïta.

De son point de vue, cette réussite passera nécessairement par  la prise en compte des leçons tirées du 1er mandat et du contexte très évolutif des besoins à satisfaire des populations maliennes, l’amélioration de la gouvernance et la lutte sans merci contre la corruption et la délinquance financière, l’assainissement de la gestion des affaires publiques et la moralisation de notre système politique, l’accélération des réformes institutionnelles et en particulier la révision constitutionnelle, la mise en œuvre accélérée de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu du processus d’Alger, l’impérieuse nécessité de combler le déficit de communication qui a beaucoup péché au cours du 1er mandat, l’amélioration des relations de l’État avec les syndicats par une bonne gestion de leurs revendications dans le cadre d’un dialogue responsable ; la crise sécuritaire au centre avec des tournures communautaires doit trouver une solution rapide, car il s’agit du ventre mou de notre pays.

Pour finir, il estime qu’il est urgent de repenser notre société dans toutes ses dimensions afin de voir émerger un nouveau Mali. “Bien entendu le nouveau Mali suppose l’avènement d’un nouveau type de malien épris de patriotisme, de citoyenneté, d’équité et de justice sociale. Notre grand Mali, héritage et bien commun de nous tous doit sortir définitivement de la crise multidimensionnelle”, a-t-il déclaré.  

  Boubacar PAÏTAO

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here