UDD : Les obsessions de Tiéman Hubert Coulibaly

1

A l’aube de cette année 2021, le président de l’Union pour la Démocratie et le Développement (UDD) a adressé ses vœux de nouvel an à la presse au cours d’une conférence animée le samedi 30 janvier à Bamako. Profitant de l’occasion, Tiéman Hubert Coulibaly a affiché les ambitions de son parti pour les prochaines échéances électorales et parlé également de ce qui lui tient chèrement à cœur pour un Mali moderne. 

De constat général, l’année 2020 a été une année pénible pour l’ensemble des pays du monde. De ce point de vue commun, Tiéman Hubert Coulibaly ne se démarque point. Pis, il estime qu’elle a été surtout une vilaine année pour le Mali. Mais pour autant, en homme politique lucide, il laisse croire que les champs fleurissent d’espérance pour la nouvelle année. Et cela, après avoir suffisamment pris le temps d’analyser l’évolution actuelle de la situation du pays au cours des 30 premiers jours du nouvel an dans un pays en crise qui s’illustre ces 8 dernières années par une série de coups d’Etat.

« La construction démocratique de notre pays se poursuit. Quand un organisme en croissance connait des crises successives, il faut analyser froidement pour comprendre les raisons de la crise. Et cela est une tâche exaltante de notre génération. Raison pour laquelle, je dis que 2021 est une année d’espoir », a-t-il dit avec réserve compte tenu de l’immensité des défis à relever. « Espoir de la reconstruction démocratique relancée mais aussi également une année d’inquiétudes et de craintes d’échec. Nous ne devons pas échouer. Et si nous ne devons pas échouer il faut rapidement identifier les facteurs d’échec et les éviter », propose-t-il.

Visiblement dans le même tempo que les autorités transitoires du pays en ce qui concerne la gestion du pays, l’UDD affiche sa disponibilité à aider à la réussite de la transition pour pouvoir remettre le pays sur les bons rails. Ainsi, pour aider les nouvelles autorités à poser les jalons de la réussite, le parti de la Colombe dit refuser de s’inscrire dans une logique de harcèlement des autorités de la transition. « Au contraire, nous voulons tout faire pour les aider pour que leur tâche soit accomplie dans la plus belle des manières dans le respect de certains principes de notre société. Mais également dans un esprit de consultation et d’inclusion », a-t-il insisté.

Pour le président Tiéman, rien de bon ne se fera s’il n’y a pas de consultation ou si la démarche est entreprise dans une logique d’exclusion de l’un ou l’autre acteur ou groupe d’acteurs du pays.  C’est ainsi que l’ancien ministre de l’Administration territoriale apprécie certaines actions de l’un de ses successeurs au département. « Nous saluons déjà les efforts faits par le ministre de l’Administration territoriale qui a réuni les acteurs politiques pour discuter des réformes notamment les réformes électorales et la relecture de la charte des partis. En gros, les thématiques qui concernent l’animation de la vie politique »a-t-il apprécie.

Néanmoins, il a tenu à mettre en demeure ceux qui sont aux commandes du pays quant au chronogramme de la transition. « Les autorités de la transition doivent tout faire pour que les choses se passent dans les délais », a prévenu Tiéman Hubert Coulibaly qui, sans se montrer désintéressé par Koulouba fait savoir qu’il a d’autres obsessions pour le Mali que le fauteuil présidentiel. « Je ne suis pas obsédé par le pouvoir. Mon obsession est relative à l’interrogation de savoir comment arriver dans les meilleures conditions aux prochaines élections présidentielles. En ce moment nous devons parler de ce qui est nécessaire et ce qui est utile. Ce qui est nécessaire aujourd’hui est que cette transition réussisse. Et ce qui est utile est que nous, les responsables politiques, réfléchissons au projet qui pourra faire de notre pays un pays différent. Transformer le Mali surtout sur le plan économique ».

Tout en réfléchissant au projet de redressement du Mali, le président de l’UDD et de l’ARP tire également la sonnette d’alarme sur le comportement préjudiciable des assoiffés du pouvoir. « Il ne faut pas non plus que ceux qui ne sont obsédés que par l’occupation du pouvoir arrivent à nous distraire »car, dit-il, nous marchons déjà pas à pas vers un équilibre qu’il faut apprécier.

Et sans détour, Tiéman Hubert Coulibaly a clairement affiché ses ambitions pour les scrutins prochains mais que ceux-ci se tiennent dans un climat pacifique en vue de l’avènement d’un Mali nouveau dont nous rêvons tous. « Il est évident que je me prépare aux élections présidentielles prochaines car je dois participer à la construction d’un Mali moderne.  Mais encore une fois je répète que je ne suis pas obsédé par le pouvoir. Moi je suis obsédé par un pays redressé, un pays dans lequel je peux vivre en paix ». 

Reconnaissant l’importance du rôle de la presse à sa juste valeur, Tiéman Hubert Coulibaly a rappelé qu’elle est la gardienne de la démocratie et bien souvent le recours du faible face au fort. C’est ainsi qu’il a souhaité aux hommes de la presse beaucoup de réussite professionnelle dans un Mali en paix.

Alassane Cissouma

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. 🗿LE CFA FINANCE L HEGEMONIE DE LA FRANCE EN AFRIQUE ET AU MALI! L ISLAM EST L INSTRUMENT D INVASION DES ARABES!🗿

    TOUT PARTI POLITIQUE QUI N A PAS DANS SON AGENDA COMME PRIORITE LE DEMANTELEMENT DU SYSTEME FINANCIER CFA QUI ALIMENTE LE MAINTIEN DU COLONIALISME, OU ENCORE L ISLAM COMME RELIGION QUI LEGALISE LES DJIHADES DEPUIS UN MILLENAIRE DEJA, SUR NOS TERRES ,AMENANT DESASTRES ET DESOLATIONS PARMI NOS PEUPLES,….TOUT PARTI POLITIQUE QUI NE DENONCE PAS L ISLAM ET LE CFA, MALGRES TOUT CE QUI EST VISIBLE ET CONNU DE TOUS, N A PAS LE DROIT D ETRE!

    🗿LES MALIENS NE DOIVENT PAS SUIVRE BETEMENT LES AGENTS DES ARABES ET LES AGENTS DES FRANCAIS! CHERCHONS DES LEADERS AUTHENTIQUEMENT AFRICAINS NON-MUSULMANS ET NON-FRANCISES🗿

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here