URD : le nouveau président se nomme Gouagnon Coulibaly

0

Gouagnon Coulibaly est le tout nouveau président de l’Union pour la République et la Démocratie (URD). Il a été élu le dimanche 16 janvier à la suite du congrès extraordinaire du parti de la poignée de main.

C’est désormais Gouagnon Coulibaly qui préside aux destinées de l’Union pour la République et la Démocratie (URD) jusqu’au prochain congrès ordinaire du parti prévu dans 02 ans. A 60 ans, l’ancien député élu à Kati et membre fondateur du parti de la poignée de main a été élu à l’unanimité par les 1204 délégués présents au congrès extraordinaire de l’URD. Gouagnon Coulibaly succède ainsi au très regretté Soumaïla Cissé, décédé le 25 décembre 2020.

Ce congrès extraordinaire a été convoqué afin de doter l’URD d’un nouveau président. Pas sûr toutefois que l’élection du président Coulibaly à la tête du parti mettra fin aux divisions qui minent l’URD. Ce d’autant qu’une partie de ses membres avec en tête le 1er vice-président, Salikou Sanogo, s’était opposée à l’organisation du congrès extraordinaire en intentant un procès contre ses organisateurs. Un procès qu’ils ont perdu.

Quoiqu’il en soit, le président Gouagnon Coulibaly après son élection a tendu la main à tous les membres de l’URD. Il a appelé à l’apaisement des cœurs et des esprits afin de s’engager résolument vers des retrouvailles indispensables, sincères et rapides. Pour cela, il a exhorté la commission de conciliation et d’arbitrage à redoubler d’efforts pour « la recherche de solutions idoines de conciliation et qui soit en adéquation avec les textes et pratiques convenus du parti ».

Sur le plan purement politique, le président Gouagnon Coulibaly a annoncé le retour de l’URD sur l’échiquier politique. « URD is back », a-t-il clamé. Signe que les temps ont changé à l’URD. Le président Coulibaly entend faire l’URD une force de proposition et d’engagement, « un parti qui pèse de tout son poids dans le débat public et politique à travers la pertinence de ses propositions et la luminosité de ses idées ». Ce qui tranche avec la gouvernance du Pr Salikou Sanogo, jugée « chaotique et engluée dans l’immobilisme ».

Aussi, le président Coulibaly a rappelé que le congrès extraordinaire s’est déroulé dans le strict respect des textes du parti. Enfin, il faut dire que l’ombre du défunt président du parti, le très regretté Soumaïla Cissé, a plané tout au long des travaux.

 

Abdrahamane SISSOKO/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here