Mali : l’accès à l’oxygène et la survie de l’enfant au menu

0

Le directeur général de l’Office Nationale de la Santé de Reproduction (ONASR), Dr Ben Moulaye Idriss, a présidé à la rencontre sur l’accès à l’oxygène et la survie de l’enfant au Mali. C’était le jeudi 26 mai au Centre international de Conférences (CICB) de Bamako.

La rencontre sur l’accès à l’oxygène et la survie de l’enfant au Mali a pour objet de consolider les partenariats existants auprès du ministère de la Santé et du Développement social et de mobiliser de nouveaux partenaires. Il s’agira de mettre en exergue la capacité du Mali à assurer l’accès à l’oxygène à l’échelle nationale et la nécessite d’accompagnement des partenaires pour la survie de l’enfant.

L’objectif général  est de renforcer la synergie d’action des partenaires qui accompagnent le ministère de la santé pour l’accès à l’oxygène à travers une rencontre d’échange. Plus spécifiquement, il s’agit de : Organiser une rencontre en présentiel pour rendre visible les actions du ministère de la Santé pour l’accès à l’oxygène à l’échelle nationale et attirer d’autres partenaires ; Donner la voix aux régions pour des témoignages sur les cas de succès et enfin Mettre en place un cadre d’échanges des PTF autour de l’ONASR sur la problématique de l’accès à l’oxygène et la survie de l’enfant.

La crise politique avec la flambée de la pandémie de COVID 19 a augmenté considérablement les besoins d’accès à l’oxygène pour les populations. En raison des multiples défis auxquels le pays fait face, l’accès à l’oxygène requiert l’appui des Partenaires Techniques et Financiers. Selon le directeur pays de l’ONG Muso, l’accès à l’oxygène ne doit pas être considéré comme un privilège, il doit être partie intégrante de l’offre de soin au niveau de toutes les structures de santé à l’image des médicaments essentiels.

Dr Djoumé Diakité a indiqué que cette rencontre se tient au moment où la problématique des renforcements des systèmes de santé revient avec acuité. Il a rappelé que cela passera nécessairement par une synergie d’action entre l’Etat et les partenaires techniques d’une part et de l’autre entre les partenaires techniques pour une bonne coordination. Il a indiqué que la présente rencontre à l’avantage d’engager la réflexion sur la consolidation des acquis.

« Les défis de la santé de reproduction en général et à l’accès à l’oxygène et la survie de l’enfant ne saurait connaitre un dénouement sans une bonne collaboration entre l’Etat, les partenaires techniques et financiers et la société civile » le directeur général de l’Office Nationale de la Santé de Reproduction (ONASR). Dr Ben Moulaye Idriss dit espérer que cette rencontre sera une opportunité de consolidation des partenaires existants et de mobilisation de nouveaux acteurs autour de l’ONASR, qui a pour objectif la réduction de la mortalité néonatale et infanto-juvénile.

Cette initiative, dit-il, visant à doter les structures sanitaires en appareil d’oxygène et à former le personnel de santé témoigne de l’engagement à soutenir les efforts du gouvernement dans la lutte contre les maladies respiratoires, l’amélioration de la santé et de la survie de l’enfant.

Au cours de la rencontre, les représentants de Douentza, de Diéma, de Sikasso, de Koulikoro et de Ségou ont fait des témoignages sur l’impact de l’appareil d’oxygène.

Abdrahamane SISSOKO/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here