Esclavage dans le septentrion : Vivement une loi pour punir les « négriers »

0

Les experts d’Aba-Roli  et de l’association Temedt se sont  penchés le weekend dernier sur l’élaboration d’une loi anti esclavagiste devant sanctionner les comportements barbares en cette ère de modernisme.

La salle de réunion du Centre Aoua Keïta a servi de cadre le vendredi  28 octobre dernier à la deuxième réunion du comité d’experts de  Aba-Roli et de l’association  Temedt avec comme objectif,  rédiger une loi anti esclavagiste.  C’était sous la houlette de Me. Amadou Tiéoulé Diarra, directeur de Aba Roli dans notre pays. Aba Roli est une association du barreau américain et qui œuvre beaucoup pour l’éradication de l’esclavage dans le nord du Mali. L’organisation et ses partenaires maliens veulent  informer, sensibiliser cette population dans la philosophie de l’abandon de  cette pratique ancestrale ;  pour réussir ce pari, les organisateurs sont à pied d’œuvre et ne ménagent aucun effort pour venir à bout de leur combat.

 L’atelier du weekend dernier donc, visait à  renforcer les capacités des acteurs impliqués activement à éradiquer ce fléau.  Maimouna Mariko, membre de l’organisation pour une meilleure lutte contre ce fléau estime qu’il est urgent de mettre en place une commission dite « commission loi anti esclavage ». Quant au directeur pays M. Diarra, il  a tenu à saluer l’effort de  l’avocat de la clinique de Gao M. Cheick Oumar Coulibaly, qui a déposé des plaintes à Ménaka et à Ansogo contre certaines personnes soupçonnées  de  pratiques esclavagistes. Il dira d’ailleurs qu’ «  Il s’agit pour nous avant d’installer les deux (2) principaux experts dans la commission de rédaction d’un draft de loi,  de livrer quelques réflexions comme par exemple des tentatives de définitions, d’approches qui collent avec nos réalités du terrain, mais tout en gardant en tête que notre travail de recherche ne doit pas avoir la prétention de remettre en cause ce sujet de l’esclave au Mali ».

 Au cours de cette journée plusieurs communications ont été faites sur la situation des plaintes au niveau de la clinique de Me Coulibaly ; le juge nigérien Boubacar Oumborik a édifié les participants estimés à une vingtaine de personnes, venant de l’association Temedt et d’autres structures, sur la pratique de l’esclavage au Niger. La mise en place d’une commission de rédaction sur la loi anti esclavage a clôturé  cette rencontre très riche en enseignements.

 

A.B.D.

 

Commentaires via Facebook :