Evaluation interne des partis politiques : Un rapport de NDI recommande plus d’inclusion des femmes !

2

National Democratic Institute  a publié,  mardi 24 mai à Bamako, un rapport sur l’évaluation  interne des partis politiques en terme  de reformes en faveur de la participation effective des femmes au processus politique. 

 

Les résultats du rapport d’évaluation interne des partis politiques ont été projetés par l’équipe de NDI en présence de plusieurs chefs  et représentants de partis politiques. L’URD, le RPM, le RPDM, l’ADP-Maliba, l’Adema PASJ et d’autres formations politiques étaient présents. L’évaluation fait  beaucoup de constats dans la gestion interne des partis politiques au Mali qui  relèguent les femmes au second rang à la veille des élections oumême dans la gestion des instances du parti « La femme est toujours reléguée au second plan dans les bureaux mixtes du parti. Le poste de secrétaire général  a été confisqué au profit des hommes », constate une militante d’une formation politiquedont les évaluateurs ont tenu le nom secret. 

 

En effet, cette évaluation révèle que les femmes au sein des partis politiques sont confrontées à d’énormes difficultés pour leur émergence dans l’arène politique. Au nombre de celles-ci, la non maîtrise des textes du parti, de la Charte des partis politiques, l’inexistence dans les textes des partis des mécanismes d’application efficients de la loi 052, portant promotion du genre dans les postes électifs et nominatifs. S’y ajoutent aux difficultés pour les femmes à se faire une place à la tête des instances ou à être les porte-étendards du parti aux élections, les pesanteurs sociales et les préjugés dont elles sont victimes. Les rares femmes qui sont élues souffrent d’un manque d’accompagnement  du parti durant l’exercice de leur mandat. 

 

Pour  le Directeur  pays de NDI, Dr Badié Hima, « Les inégalités structurelles ont une incidence sur la qualité́ et l’ampleur de l’accès des femmes au pouvoir politique ».  Il a déploré le fait qu’elles restent profondément ancrées dans la culture sociale et politique et codifiées par les institutions politiques, juridiques et financières du pays. Selon le Directeur pays,  l’outil « Gagnez avec les Femmes », utilisé par plus de 100 pays, permet de promouvoir la participation politique des femmes comme électrices, candidates, militantes et élues. « La participation pleine et équitable des femmes à la vie publique est essentielle pour la construction et le maintien de démocraties fortes et dynamiques », déclare Dr Badié Hima. 

 

Pour y parvenir, le NDI a formulé une batterie de recommandations à l’intention des partis politiques pour rehausser le nombre de femmes dans l’animation de la vie politique. Il s’agit surtout du respect des critères de sélection des femmes candidats et des candidates, l’opérationnalisation de l’école du parti pour renforcer l’idéologie du parti, la vulgarisation des textes du parti dans les langues nationales. L’évaluation de NDI recommande la relecture des textes et des procédures des partis politiques pour renforcer les règles démocratiques favorisant l’inclusion des femmes, l’éradication de la violence en milieu politique, la création des commissions d’éthique, chargées du monitoring des violences politiques et électorales, .

Présidant cette rencontre, le ministre de la Refondation et des Réformes de l’Etat, Pr Ibrahim Ikassa Maïga, a loué la qualité de cette évaluation interne des partis politiques en déclarant qu’ellese fonde sur le droit de la participation de la femme en politique. « Elle permettra d’accroître la gouvernance au sein des partis politiqués », a-t-il témoigné, ajoutant  que le NDI a mis ainsi à la disposition de la transition un meilleur outil en matière des reformes politiques en cours. 

Siaka DIAMOUTENE/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. COULIBLAY KE MERCI POUR TON ANALYSE PERTINANTE COMME D’HABITUDE ET IL FAUT Y AJOUTER LES ELEMENTS CULTURELS QUI DESAVANTAGENT LES FEMMES MAIS AUSSI LA DEMOCRATIE MALIENNE A ETE TRES ASSOCIEE A LA CLEPTOCRATIE, A LA DELINQUENCE FINANCIER ET AU DETROUNEMENT DES FONDS PUBLIC TOUTS CES CHOSES DONT LES FEMMES ONT HONTE ET ELLES SONT VERTUEUSES ET DIGNES ALORS ELLES S’ELOIGNET DE LA POURRITURE SOCIALE QU’EST DEVENUE LA DEMOCRATIE MALIENNE!

  2. Sans un budget destiné à nos partis politiques, les femmes prendraient sans aucune équivoque la portion congrue. Il faut que nos leaders politiques aillent jeter un coup d’œil à ailleurs pour savoir comment les partis politiques sont financés là bas. Tant que c’est les ressources de notre administration qui seraient la vache laitière des partis politique, notre pays ne bougera pas d’un pas et les femmes seraient les parents pauvres de ce système, parce qu’elles ne savent pas voler ou elles ont peur de voler. Il faut que vous NDI au lieu de spéculer inutilement, donnez rapidement des moyens aux nos braves femmes pour qu’elles s’expriment au sein de ces partis ou les aider à en créer tout de suite.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here