Affaire de complot contre l’Etat: La défense des détenus dénonce l’interférence du ministre de la justice dans une décision judicaire

1

Le Bâtonnier, Me Kassoum Tapo, a déploré l’interférence du ministre de la justice  dans la décision de la Chambre d’Accusation de la Cour d’Appel de Bamako annulant la procédure judiciaire dans l’affaire dite « complot contre les institutions ».

Quelques instants après la décision de la Chambre d’accusation  en annulant  la procédure judiciaire  et la levée des mandats de dépôts  contre détenus,  le Procureur général de la Cour d’Appel de Bamako a fait appel à cette décision après  consultation avec le ministre de la justice.  C’est cette immixtion du pouvoir exécutif dans les affaires judiciaires que  les avocats de la défense des détenus dénoncent.

«  C’est inadmissible. On sait maintenant d’où viennent tous les coups. On est en train de glisser dans un terrain extrêmement dangereux », a  déclaré Me Kassoum Tapo, en citant nommément le ministre de la justice qu’il accuse de s’interférer dans ce dossier. Il a exprimé son étonnement suite à la démarche du ministre en évoquant que ce dernier aime à rappeler  qu’il a été rué  dans le passé dans les brancards avec un ministre. Et ce qui a motivé sa démission.  « Aujourd’hui, c’est lui ministre qui donne  des instructions de pourvoir contre une arrêt de la chambre d’accusation », s’étonne cet avocat de la défense de Boubou Cissé et coaccusés. Lequel s’interroge sur les motifs de  son interférence  dans une décision de justice.

« Le procureur a dit qu’il est allé prendre les instructions du ministre avant de faire le pourvoi en cassation », révèle la défense qui reproche au Garde des Sceaux  « de jouer un double jeu ». Il est revenu sur la nullité de la procédure et des mandats de dépôt  en faisant référence la loi de 1989 qui, selon lui, n’autorise pas la Sécurité d’Etat à arrêter les gens, mais  plutôt   à fournir des renseignements au procureur général en cas de menace sur la sécurité du  pays.

L’ancien ministre de la justice, Me Mamadou Ismail Konaté, commente ce pourvoi en cassation  du procureur  sur tweeter en le qualifiant «  d’Offensive néfaste ». Pour lui, le pourvoi du procureur  viole la règle » au pénal, car, dit-il,  la liberté est le principe  en la matière. Les proches des détenus  déçus  par ce pourvoi du procureur de la Cour d’Appel crient à un procès politique.

Les six coaccusés de l’ancien premier ministre Boubou Cissé restent toujours détenus  dans la maison centrale d’arrêt de Bamako.  Seul Boubou Cissé est parvenu  à s’échapper lors de la tentative de son arrestation par les services secrets.  Aujourd’hui, il vit cacher.

Siaka DIAMOUTENE/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. C’es dommage que celui qui parle ici Me Tapo n’est pas plus intelligent que le poisson qu’il peche dans le Bani!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here