Procès du Général Sanogo : Enfin quand la Justice paraitra au grand jour !

3

« Le roi assis sur le trône de la justice dissipe tout mal par son regard». Ces propos du Roi Salomon de l’antiquité, revêt tout son sens vue que le procès de celui dont l’action en mars 2012 a été saluée par les patriotes, s’annonce.

Pour rappel, Mr ATT au pouvoir depuis presque 10 ans  avait créé les conditions de la partition du pays lorsqu’il a accueilli les rebelles Libyens, armes à la main, sur le territoire malien, pendant que ceux qui rentraient au Tchad et au Niger ont été complètement dépossédés de leurs armes.

La  goutte d’eau a débordé le vase lorsque, les vaillants soldats maliens  postés pour défendre la patrie étaient complétement  sous  équipés pour faire face à l’ennemi. Le projet de déstabiliser le Mali pour empêcher les élections de se tenir en 2012, et ouvrir une période de transition, se réalisa. Ceux qui ont conçu ce projet sont encore vivants et se déguisent en « bons patriotes, donneurs de leçons ». C’est dans l’expectative, et dans le désespoir, qu’un groupe de jeunes soldats, aidera le peuple malien à réaliser une phase cruciale de son histoire : débarrasser le Mali d’un leader épris de ses propres ambitions que celle du peuple.

A cause du système par les « maitres » et entretenus par les « élèves », des complots s’organisèrent pour arrêter l’élan pris par les jeunes militaires et le peuple patriote. Ce complot arriva à son paroxysme en fin avril 2012 lorsque les fidèles d’ATT appuyés par des leaders politiques connus de tous, ont voulu attenter à la vie de Sanogo et de son groupe.  Complot savamment organisé.

Dans la dynamique d’auto-défense que Sanogo et camarades organisèrent leur propre sécurité en démantelant les  manœuvres orchestrées par les fidèles du président déchu. Les barons du  régime  déchu n’ont pas gommé un seul instant  leur chute. C’est pourquoi ils mettront tout en œuvre pour accuser Sanogo et camarades de meurtres et complicité de meurtres, après exhumé et exhibé des corps pour preuve de culpabilité de Sanogo.

A peine le premier gouvernement formé, il y’avait comme mission confiée de neutraliser Sanogo une fois pour toutes. Cela semblait ressembler plus à un règlement de compte qu’une action judiciaire contre Sanogo pour qui sait comment on a débarqué chez Sanogo pour l’arrêter. C’est depuis trois ans que Sanogo et autres camarades sont mis on dirait « hors d’état de nuire ». Longtemps attendu, son procès est annoncé pour le 30 novembre à Sikasso. C’est enfin l’heure pour  que la vérité jaillisse du décombre des mensonges et des complots organisés. Tous les témoins feront preuve de grandeur d’esprit pour dire la vérité. Et enfin Sanogo sera disculpé à la grande satisfaction des compatriotes. Seulement la question demeure : les autorités veilleraient-elles à ce que la justice reste libre et indépendante ? Pourraient-elles contrarier le Maitre, qui voudrait garder Sanogo en prison ?

Le chérif

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

3 COMMENTAIRES

  1. “C’est dans l’expectative, et dans le désespoir, qu’un groupe de jeunes soldats aidera le peuple Malien à réaliser une phase cruciale de sont histoire”

    Qu’est-ce qui est une phase cruciale ? Faire partir ATT un mois avant l’heure pour que le pays soit livré aux criminels de tout acabit sans que ces mêmes soldats ne lèvent le petit doigt contre eux ? La phase cruciale est-elle le fait que des pères de famille Malien se fassent fouetter en public et devant les projecteurs du monde entier par des gens que nous ne connaissons pas et qui ne l’on jamais fait dans leurs propres pays pendant que soi-disant groupe de jeunes soldats fait le Rodéo à l’autre côté du pays ? Est-ce avec de telles idées démagogiques que nous voulons sortir de l’ornière ?

    Voici un autre maudit de chérif ! 😚😚😚

  2. Ce Chérif est un vrai fumier. La tentative des bérets rouges n’avait aucun lien avec A.T.T, ni avec des hommes politiques. Ce sont les dérives, les spoliations, les rackets, les braquages et autres arrestations arbitraires répétés, qui ont fini par exaspérer les bérets rouges, les autres corps de l’armée et de la sécurité, qui voulaient mettre un termes à toutes les exactions et les folies de la junte installée à Kati. Presque, tous (Police, Garde, Gendarmerie) avaient donnés leur accord pour freiner la junte. Mais, il y’a eu des fuites. Des traîtres ont quitté les rangs, et ont été balancer leurs camarades à Sanogo. Lorsque celui-ci convoqua le Patron de la Compagnie Para à Kati, Abidine refusa de déférer à une convocation venant d’un Officier n’ayant pas qualité à lui donner des ordres, vu son grade. Puis les choses se sont précipitées. Pour les détails, le procès vous édifiera. Il ne faut pas raconter des âneries sur le compte d’hommes politiques ignorants tout de ce qui se tramait dans les casernes. Les Policiers furent les premiers à faire défection, suivis des Gendarmes. Alors que tous avaient opté pour ramener l’ordre dans le pays. Mais des traîtres, il y’en a toujours eu dans nos rangs. Pour le reste, l’opinion a tout suivi en directe. Donc, des gens comme ce Chérif, qui ne savent rien de tout, ne sont pas qualifiés pour informer l’opinion. Pour ce qui est des djihadistes, ce n’est un secret pour personne, que ce sont les gens du M.N.L.A qui les ont copté, pensant pouvoir les manipuler à leur guise. Ce sont eux qui les ont incité à ne pas déposer les armes, qui devaient être consignées depuis la frontière. Les déclarations de Djérry Maïga ont été très claires à ce sujet. Ce Cherif est vraiment un crétin. Où était-il ce plaisantin de Chérif, quand Mohamodou Djérry Maïga racontait leurs connections avec les fondamentalistes? Comment veut-il déformer une histoire récente du Mali, en plein jour? Le journalisme est vraiment galvaudé dans ce pays. N’importe quel crétin peut prendre sa plume, et raconter toutes sortes d’idioties. Nous avons même appris ici, que A.T.T avait vendu le Nord aux Djihadistes, des propos tenus par des cadres de ce pays. Quelle honte!

    • Toure’, l’ordre etait revenu par le canal du President Djoncounda Traore’!
      Si je ne me trompe pas, tonton ATT avait demissionne’ et Djoncounda qui etait le President du Parlement, l’a remplace’ conformement a’ la constitution malienne qui est en vigueur!
      En ce qui concerne l’invitation, il devient evident que Sanogo avait bien essaye’ la voie pacifique. Je t’informe par ailleurs que la fonction prime le grade!
      Toure’, two wrongs don’t make a right! You need to learn how to write an argumentative essay!!!!

Comments are closed.