Victimes d’accident de circulation routière : Le chauffeur Madou Diallo et son employeur courent derrière un procès

0

Victime d’un accident de circulation routière (carambolage entre un mini car et trois camions Benn) survenu le 20 mars 2018 sur la RN6 entre Kasséla et Zantiguila, Madou Diallo, le chauffeur du minicar accidenté court toujours derrière un procès pour pouvoir rentrer dans ses droits.

 

Dans cette affaire, Madou Diallo, le chauffeur du minicar accidenté accuse son employeur Boubacar Fofana (propriétaire du minicar) de complicité avec les autorités judiciaires pour que le procès n’ait pas lieu. Pour preuve, il a avancé la dissimulation (ou disparition) du certificat d’expertise de l’accident et la vente en pièces détachées du minicar accidenté.  Il pointe un doigt vers son patron qui ne s’occuperait pas de lui.

Joint par nos soins, Boubacar Fofana a démenti les allégations de son chauffeur. Il a laissé entendre qu’il est en train de tout mettre en œuvre pour que le procès ait lieu. A ses dires, il est aussi victime car il a perdu dans l’accident son minicar d’une valeur de 8 millions de Fcfa. Ensuite, après l’accident, il a pris en charge les frais médicaux et d’entretien du chauffeur accidenté.

Concernant la vente du minicar en pièces détachées, Boubacar Fofana confirme. Mais, a-t-il précisé, c’est le chauffeur Madou Diallo lui-même qui aurait vendu la ferraille à 100 000 Fcfa et aurait bénéficié de 15 000 Fcfa sur les 100 000Fcfa. Boubacar Fofana jure sur l’honneur que tout Fana et les syndicats des transporteurs peuvent témoigner de son assistance envers Madou Diallo. Boubacar Fofana regrette la lenteur administrative qui retarde le procès devant l’opposer aux propriétaires des trois camions Benn étant à la base de l’accident. “Tôt ou tard, le procès aura lieu pour que mon chauffeur et moi rentrions dans nos droits”, a rassuré Boubacar Fofana.

Ce qui est sûr, de la conclusion du procès-verbal d’enquête préliminaire de l’accident dont notre rédaction a reçu copie, selon les enquêteurs  de la Brigade territoriale de la Gendarmerie nationale de  Baguinéda, il ressort des indices graves et concordants à l’encontre des chauffeurs des deux camion Benn (Boubacar Sanogo et Mamadou Coulibaly) qui sont de nature à motiver leur inculpation pour coups et blessures involontaires par suite d’accident de la circulation routière, un délit qui est prévu et réprimé par l’Article 210 du Code pénal.

Siaka DOUMBIA

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here